Préparer sa “place au soleil” : les collections coloniales de la Bnu

À l’occasion de la parution de l’ouvrage l’Appel du large, les Alsaciens et les Lorraines dans la marine, les colonies et les pays lointains Allemagne / France 1871-1918, publié sous la direction de Jean-Noël Grandhomme et de Francis Grandhomme aux éditions des Paraiges, voici une brève sélection d’exemples issus des collections de la Bnu qui reflètent la présence de documents relatifs à l’histoire du colonialisme.

L’Appel du large réunit plus de 40 contributions autour de ces thématiques et notamment un article consacré aux collections relatives à l’empire colonial allemand présentes dans les collections de l’actuelle Bnu 1. Ces ouvrages ont été rassemblés à l’époque de l’Empire allemand dans ce qui était alors la bibliothèque impériale. Ces fonds relatifs à des questions coloniales ont ensuite été complétés par des apports concernant cette fois, l’Empire français et les colonies françaises en raison du retour de l’Alsace à la France.

Au temps de l’empire colonial allemand

La question de l’empire colonial allemand n’a pas fait l’objet d’une collection à part, mais les ouvrages ont été répartis en fonction des disciplines dans les différentes sections de la bibliothèque de la période 1871-1918 : linguistique, histoire de l’Afrique, de l’Asie ou de l’Océanie, géographie, etc. Les collections de la Bnu conservent également des guides pratiques destinés aux candidats à l’installation dans les colonies. Comme cet exemplaire de Deutsches Kolonial-Handbuch qui contient les adresses des principales administrations ou des commerces importants présents dans l’empire colonial allemand dans les années 1910 mais aussi les adresses pour se procurer le nécessaire avant le départ pour les tropiques.

La Bnu conserve également les archives de la Gesellschaft für Erdkunde une Kolonialwesen, section strasbourgeoise de la Deutschen Kolonialgesellschaft 2, association allemande dont l’objectif était de soutenir et de promouvoir le développement économique de ces terres qui l’époque devaient soutenir la puissance de l’Empire allemand que Guillaume II souhaitait promouvoir dans le cadre de sa “Weltpolitik”.

Mitteilungen der Gesellschaft für Erdkunde und Kolonialwesen zu Strassburg i. E
Strassburg
: M. DuMont Schauberg, 1910-1917, coll. Bnu, M.119.191, ici 1915-1916 / 1916-1917.
Deutsche Kolonialzeitung : Organ des Deutschen Kolonialvereins, Berlin : Deutscher Kolonialverein, 1884-1922, coll. Bnu, D.29.967, ici 14/03/1901

Reflet de l’idéologie coloniale à l’œuvre dans l’Europe de cette époque, les ouvrages et les revues conservées dans les collections de la Bnu témoignent de l’intérêt pour les colonies qui mêle à la fois le goût pour les études scientifiques : géographie, agronomie, anthropologie, archéologie, les intérêts économiques visant à l’exploitation impérialiste de ces terres : mines, agriculture, commerce… et les intérêts politiques avec une volonté de démonter la puissance de l’Empire allemand fondé en 1871 face à ses rivaux européens et à leurs empires coloniaux notamment anglais ou français.

Kolonie und Heimat : Unabhängige koloniale Wochenschiŕft. Organe des Frauenbundes der Deutschen Kolonialgesellschaft, Berlin : [éditeur inconnu], 1908-1919, coll. Bnu, G.501.018, janvier, mai, juin 1910.

Dans ce contexte, outre ces valeurs très concrètes, l’aventure coloniale allemande, comme dans d’autres pays, nourrit et se nourrit d’un imaginaire qui magnifie encore ce processus d’appropriation notamment par la publication de récits d’aventure dans ces pays lointains. Des récits qui alimentent une vision idéalisée des colonies.

Karl Mauch, Lebensbild eines Afrikareisenden,
d’E. Mager, Stuttgart : W. Kohlhammer, 1895, coll. Bnu, D.169.054.

Cette vision colonisatrice a néanmoins suscitée des contradictions et des attaques dès cette époque dans l’ensemble de l’Empire allemand. En Alsace, l’exemple de la revue Dur’s Elsass souligne les attaques portées contre ces projets. Son rédacteur en chef, l’illustrateur Henri Zislin (1875-1958) saisit, par exemple, l’occasion de la crise d’Agadir de 1911 pour s’en prendre aux ambitions impérialistes allemandes. L’année suivante, il imagine Germania, allégorie de l’empire allemande semant ses canonnières à travers le monde.

 

L’Empire français à la Bnu

Après 1918, la bibliothèque impériale devenue bibliothèque nationale et universitaire poursuit l’accroissement de ses collections cette fois dans le contexte de l’empire colonial français. Durant l’Entre-deux-guerres, les fonds de la Bnu enregistrent notamment l’entrée du fonds Jules Harmand3 qui se compose de 660 ouvrages et d’une dizaine de cartes de l’Indochine française, datant toutes de la fin du 19e siècle. Ces cartes, dressées par l’état-major des armées françaises, représentent la conquête du Tonkin (1883), les itinéraires des missions d’exploration de Jules Harmand et d’Auguste Pavie (1889), ainsi que d’intéressants plans des villes de Hanoi, Saigon et Tourane. Ce fonds Jules Harmand a été enregistré en octobre 1922. Il s’agissait en fait d’une donation de Mme Harmand, effectuée après la mort de son mari. Les archives de la Bnu conservent une intense correspondance épistolaire entre Mme Harmand et l’administrateur de la bibliothèque, Ernest Wickersheimer, sur la période de juin 1921 à août 1922. Elle y explique que ce don est une volonté de son mari qui avait étudié à l’École de santé de Strasbourg. Auguste Pavie, explorateur et diplomate, ami de son défunt mari, et surtout l’orientaliste Antoine Cabaton, souhaitaient que la bibliothèque personnelle de Jules Harmand soit donnée à la Bibliothèque universitaire et régionale de Strasbourg car elle « ne possédait qu’un nombre assez restreint d’ouvrages relatifs aux questions coloniales ».

Tour de Đồng Dương, ancienne ville d’Indrapura, cxtrait de : Henri Parmentier, Inventaire descriptif des monuments Cams. Paris : Imprimerie nationale, 1909-1918, coll. Bnu.D.27.732.

Outre ce fonds important, la Bnu a également conservé plusieurs documents, affiches, programmes relatifs à l’exposition coloniale qui s’est tenue à Strasbourg en 1924. Un événement dont l’ambition était outre de présenter la “grandeur” de l’Empire français, de démonter aux Alsaciens la puissance de la France qu’ils venaient de retrouver.

Jean Jacoby, Exposition coloniale, agricole et industrielle de Strasbourg, 1924, coll. Bnu.

Des sources pour étudier la vision franco-allemande des colonies

Aujourd’hui, des nouvelles études s’intéressent à ces questions coloniales, aux visions qu’elles portent, mais aussi aux préjugés qu’elles ont installé au sein des sociétés européennes et qui, parfois, restent toujours présentes dans les représentations de ces pays ou des populations qui en sont originaires. Cela a récemment fait l’objet de l’exposition Fribourg et le colonialisme: Hier ? Aujourd’hui ! à l’Augustinermuseum de Fribourg-en-Brisgau. Dont le propos s’est penché tant au niveau politique, économique que culturel aux structures de l’oppression et de l’exploitation mises en place avant 1919 dans les colonies. En ouvrant la problématique à notre époque pour déterminer quels sont les préjugés et les modèles de comportement qui ont été transmis – inconsciemment ou même consciemment – de génération en génération ? et comment ils expriment au quotidien ?4.

Les fonds de la Bnu apportent des sources pertinentes pour les chercheurs ou les chercheuses qui souhaiteraient s’interroger quant à la manière dont les imaginaires coloniaux se sont construits, dans quel but, avec l’apport particulier à la Bnu d’offrir dans un même ensemble le regard français et le regard allemand sur cette question.

 

1. Jérôme Schweitzer, “Préparer sa place au soleil : les colonies dans les collections de la Kaiserliche Universitäts- und Landesbibliothek de Strasbourg 1871-1918” dans L’Appel du marge, les Alsaciens et les Lorraines dans la marine, les colonies et les pays lointains Allemagne / France 1871-1918, publié sous la direction de Jean-Noël Grandhomme et de Francis Grandhomme aux éditions des Paraiges, 2023, p. 579-588.

2. Jérôme Schweitzer, ” La Société de géographie et d’intérêt colonial de Strasbourg (section de la Société coloniale allemande)” dans le Dictionnaire culturel de Strasbourg : 1880-1930, publié sous la direction de Roland Recht et de Jean-Claude Richez, Presses universitaires de Strasbourg, 2017, p.225-226.

3. Alexandre Koebel, « L’Indochine à la Bnu », La Revue de la Bnu [En ligne], 11 | 2015, mis en ligne le 01 novembre 2020, consulté le 08 décembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/rbnu/2968 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rbnu.2968

4. L’exposition s’est accompagnée de la parution du catalogue, Freiburg und Kolonialismus : Gestern? Heute! disponible à la Bnu



Citer ce billet
Jérôme Schweitzer (2023, 11 décembre). Préparer sa “place au soleil” : les collections coloniales de la Bnu. Lieu de recherche : le carnet de la Bnu. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4db

Jérôme Schweitzer

Directeur du pôle Partage, diffusion et réseaux

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search