Paroles de chercheur : Régine Hunziker-Rodewald

En quelques mots, pourriez-vous vous présenter ? 

C’est la culture de la Bible hébraïque, dans un sens très large, qui me fascine depuis plus de 40 ans ! Pourtant, l’émergence de cette fascination n’a pas suivi une ligne entièrement droite. Toute jeune, j’ai commencé à l’Université de Zurich par des études d’archéologie classique, de préhistoire, d’égyptologie et de sciences islamiques. « Curieuse par nature », j’étais, et je suis toujours, attirée par la façon dont nos ancêtres, hommes et femmes, réfléchissaient, exprimaient leurs pensées, en parole et en image et, surtout, comment ils et elles approchaient le phénomène imaginaire de l’invisible, du divin. Ainsi, je me suis d’abord plongée dans les langues de l’Antiquité. Après le latin – de loin mon favori, déjà au lycée –, j’ai entamé dans les universités de Zurich, Bâle, Berne et Tübingen le grec classique, les hiéroglyphes égyptiens, l’arabe, l’hébreu, l’akkadien, l’araméen, le phénicien, l’ougaritique. Dans ces langues, inscriptions et textes, c’est l’origine et le développement des significations contextuelles qui me captivent ainsi que les règles, conscientes ou non, de la communication humaine. Là, les recherches disciplinaires de mes études et de mon enseignement se rejoignent : l’archéologie, l’histoire et la religion. Nommée professeur à l’Université de Strasbourg en 2008, je me suis adonnée à la transmission à mes étudiants de cette passion pour l’expression humaine, à travers les lectures de la culture et du patrimoine matériels de l’Asie de l’Ouest, philologiques, épigraphiques et iconographiques. Depuis 2020, notre intérêt, avec nos équipes, se focalise même sur l’approche de l’invisible présent dans les epigraphs (dessins et gravures) d’origine humaine dans les grottes du Sud-Ouest de la France. Loin de vouloir les interpréter, nous nous penchons en petite équipe de doctorants et professeurs, y compris une pasteure, sur le vocabulaire « religieux » des archéologues, géomorphologues et spéléologues qui attribuent des « mythes », des « rituels », du « sacré », de la « magie », du « chamanisme » etc. à ce que l’on trouve dans ces grottes en France et ailleurs dans le monde.  

Photo Bnu / Jean-Pierre Rosenkranz

 

Quelle est votre fréquentation des bibliothèques et quelle place occupe la documentation dans vos recherches ? 

Pour la compréhension des cultures du Levant ancien, de la Mésopotamie, de l’Anatolie, de l’Égypte et au moins du nord de l’Arabie Saoudite – tout cet univers dans lequel la Bible hébraïque plonge ses racines – et pour la recherche sur la nature spécifique de la cognition humaine, l’accès aux sources sous toutes leurs formes est indispensable. C’est le travail quotidien d’un enseignant-chercheur. L’emprunt de documents au guichet, la consultation d’ouvrages sur place, la visite accompagnée des réserves pour mener des recherches complexes, ne sont qu’une des formes de ma fréquentation des bibliothèques. Plus importantes sont les recherches effectuées en ligne, la récupération d’articles au format PDF, les demandes auprès du service « Prêt entre bibliothèques », au niveau national et international, les commandes de scans et de photos en haute résolution pour mes publications, ainsi que l’utilisation des salles de travail réservables qui permettent de réunir mes étudiants et collègues dans le lieu central de nos recherches : la bibliothèque publique. Rappelons-nous que la transmission des chefs-d’œuvre vétérotestamentaires, souvent très critiques à l’égard du Palais et du Temple, serait très probablement due à des collections privées postexiliques. Celles-ci, comme aussi la fameuse bibliothèque royale d’Assurbanipal du 7e siècle avant notre ère, n’étaient pas ouvertes au public : donc quel privilège pour nous tous, usagers des bibliothèques publiques, aujourd’hui ! 

 

Quels liens entretenez-vous avec la Bnu ? 

Je suis présidente de la Sociéte Julius Euting (1839-1913). Spécialiste internationalement reconnu de l’épigraphie et de la paléographie sémitiques, Julius Euting était bibliothécaire (depuis 1871) et directeur (depuis 1900) de la Kaiserliche Universitäts-und Landesbibliothek, aujourd’hui la Bnu. Il était également professeur honoraire de l’Université de Strasbourg et grand voyageur en Europe et dans les pays de l’Asie de l’Ouest. C’est à cela que l’on doit le fonds très précieux d’objets et de documents à la Bnu. Je continue à publier et à situer historiquement et philologiquement des artéfacts de cette collection, présentés par des photos de l’excellent photographe de la Bnu (Jean-Pierre Rosenkranz). À tout moment, je peux compter sur la généreuse disponibilité des conservateurs pour m’aider dans mes démarches. Quoi de mieux qu’une bibliothèque qui gère également un musée ? D’autant plus que je suis membre du comité scientifique du projet de la Bnu d’un musée dit « d’Orient » (dénomination encore à déterminer), en collaboration avec le Louvre, qui devrait ouvrir ses portes encore durant cette décennie. Dans ce cadre, je participe à des activités nommées « En attendant le musée », notamment la présentation de la collection Julius Euting conservée à la Bnu. En ce moment, je suis également une des six commissaires de l’exposition « Sacrés rois ! David et Salomon à travers les siècles » (13 septembre – 13 décembre 2023), organisée par l’Université de Strasbourg et la Bnu et prioritairement consacrée à la réception de ces deux figures bibliques dans les domaines de l’art, de la musique, du cinéma, de la politique et jusque dans la vie quotidienne. Lors des visites guidées, je présente en particulier la légende de ces deux rois dans les textes des trois monothéismes et j’aborde les réalités archéologiques et historiques de l’époque 

 

Quelle est votre actualité scientifique ?

Statue du dieu Hadad, cote VA 02882, H. 3,40 m. © Staatliche Museen zu Berlin, Vorderasiatisches Museum. Photo Olaf M. Teßmer

Depuis plus de quatre ans, je prépare, en collaboration avec une équipe internationale de chercheurs, une publication scientifique sur la statue du dieu Hadad et son inscription du roi Panamuwa I en écriture phénicienne et en langue samalienne, conservée au musée des antiquités proche-orientales de Berlin (VAM)1. L’inscription de 34 lignes qui date du milieu du 8e siècle avant notre ère a été copiée et transcrite pour la première fois par Julius Euting, alors bibliothécaire à la future Bnu, qui participait en 1890 comme épigraphiste aux fouilles archéologiques de Samal / Zincirli (Turquie) dirigées par Felix von Luschan. Pour la transcription améliorée et la traduction commentée, nous nous basons sur un modèle 3D augmenté, en collaboration avec le VAM Berlin et des chercheurs des universités de Strasbourg, Amsterdam (Pays-Bas), Berlin et Potsdam (Allemagne), Bâle, Fribourg et Lausanne (Suisse), Gaziantep (Turquie), Beirut (Liban) et Thuwal (Arabie saoudite). La reconnaissance des lettres en relief, abîmées par endroits ou détruites, est guidée par l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique spécialement adaptés à ce projet. Une publication contenant une nouvelle édition de l’inscription et des contributions sur l’histoire, le contexte, la matérialité, l’iconographie, la philologie et la technologie utilisée est prévue chez Harrassowitz pour 2024. 

 

Avez-vous dans les collections de la Bnu repéré un document particulièrement remarquable dont vous souhaiteriez partager la découverte ?  

 Le Fonds Julius Euting comprend des pièces vraiment extraordinaires. Un de ces objets est un moulage en plâtre de l’inscription hébraïque (30 x 70 cm) du tunnel de Siloé à Jérusalem. Ce moulage signé par Riemenschneider à Lindenau / Leipzig a probablement été façonné avant 1884 d’après un modèle fait à Jérusalem par Paulus en juillet 1881 après un traitement de l’inscription à l’acide chlorhydrique permettant de rendre plus lisibles les lettres gravées2. Peu de tracés, d’estampages et de moulages de l’inscription de Siloé, réalisés avant qu’elle ne soit endommagée, ont survécu jusqu’à aujourd’hui. Au cours des premières années qui ont suivi sa découverte (1880), des chercheurs allemands, britanniques et français ont rivalisé d’efforts pour déchiffrer et publier cette inscription avant qu’elle n’ait été découpée clandestinement du mur et brisée en fragments, en 1890. L’inscription antique est particulièrement intéressante pour les biblistes, mais aussi pour les spécialistes de l’urbanisme antique, de l’approvisionnement en eau et des inscriptions architecturales qui y sont associées. Avec la stèle dite de Mesha et l’inscription de Tel Dan, l’inscription de Siloé fait partie des témoignages épigraphiques les plus remarquables trouvés au Levant Sud. Cette inscription commémorative de la construction d’un site public (le tunnel de Siloé) est la seule inscription conservée provenant du domaine administratif de Jérusalem de l’âge du fer. L’inscription originale se trouve aujourd’hui au musée archéologique d’Istanbul (Turquie). Comment ce moulage est-il arrivé dans les collections de la Bnu, et auparavant, comment Julius Euting en a-t-il fait l’acquisition ? Cette question, ainsi que la transcription de l’inscription en 1885 par Julius Euting, d’une précision et d’une beauté jusqu’à aujourd’hui inégalées, feront l’objet d’un projet de publication en 2024. 

Moulage de l’inscription de Siloé, Bnu, fonds Julius Euting (INV2014_01_130_0003-2). Photo Bnu / Jean-Pierre Rosenkranz

 

Quels services aux chercheurs souhaiteriez-vous voir se développer dans les bibliothèques ? 

Dans la vie scientifique, la recherche est une activité passionnante, qui suscite une curiosité sans cesse renouvelée et une soif insatiable de ressources documentaires. Céder à la question des souhaits ouvre la porte sur ce désir des chercheurs d’accéder à toujours plus de ressources en ligne, que ce soit des ebooks, des revues électroniques ou des manuels et des dictionnaires de référence.  

Mais bien sûr, on n’oubliera pas qu’une bibliothèque, dans le sens moderne du terme, est aussi un lieu d’interaction avec les conservateurs qui peuvent donner accès à ce qui se cache derrière les coulisses. Pour équilibrer une recherche presque purement dématérialisée, on pourrait faire connaître davantage les visites guidées régulières des réserves ou des collections spécifiques, qui apportent une expérience appréciable de cette « autre » réalité, concrète, matérielle, humaine, voire relationnelle.  

Pourquoi ne pas proposer aussi des moments de rencontre, entre la communauté des utilisateurs, des visiteurs et du personnel de la Bnu, par exemple une présentation festive annuelle des nouvelles acquisitions autour d’un verre de crémant ?  

Et enfin, pour les expositions d’ouvrages et d’objets comme par exemple le projet de Musée dit « d’Orient », je rêve d’introduire l’expérience immersive de la réalité augmentée par écrans interactifs et des présentations en image 3D, en lumière, en son et en hologramme… À suivre ! 



Citer ce billet
Madeleine Zeller (2023, 22 novembre). Paroles de chercheur : Régine Hunziker-Rodewald. Lieu de recherche : le carnet de la Bnu. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4d5

  1. Vorderasiatisches Museum (VAM). Ce département du Musée de Pergame est désormais fermé jusqu’à 2037. []
  2. Ces lettres avaient été couvertes par la chaux à cause de l’eau qui couvrait l’inscription pendant une partie de l’année, lorsque la pluie faisait monter son niveau dans le tunnel. []

Madeleine Zeller

Chargée de missions scientifiques Patrimoine et Alsatiques

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search