Le rôle des bibliothèques régionales aux niveaux social et politique – en Allemagne et à l’étranger

Les 9 et 10 novembre derniers avait lieu à Stuttgart, à la Württembergische Landesbibliothek, l’assemblée générale du Groupe de travail des bibliothèques régionales au sein de l’Association des bibliothèques allemandes (Deutscher Bibliotheksverband). Ce groupe de travail se tient deux fois par an et réunit, comme son nom l’indique, des représentants des bibliothèques allemandes ayant explicitement une vocation régionale (désignées par le vocable de “Landesbibliothek”). Le mot d’ordre retenu pour cette section d’automne était “Le rôle des bibliothèques régionales aux niveaux social et politique – en Allemagne et à l’étranger”. En effet, alors que les missions des bibliothèques allemandes ayant explicitement une vocation régionale sont assez clairement définies (incluant, par exemple, la réalisation des bibliographies régionales rassemblant et signalant les ouvrages ayant un lien avec une région donnée, ou encore la conservation patrimoniale de la documentation régionale), elles n’en jouent pas moins, de plus en plus, un rôle social en s’impliquant dans les débats du temps. Cette dimension nouvelle (la bibliothèque non plus comme seul lieu de l’étude silencieuse ou de la conservation du patrimoine écrit, mais aussi comme forum ouvert sur les débats politiques et sociétaux) pose évidemment des questions sur les priorités des bibliothèques en termes d’actions, mais aussi sur leur nature même et en particulier sur une possible redéfinition de leurs publics.

Les organisateurs, face à ces défis d’importance, avaient tenu non seulement à brosser un tableau de la situation en Allemagne, mais à proposer aussi des témoignages sur l’état des choses dans les pays voisins germanophones ou ayant des liens marqués avec la civilisation allemande. A ce titre, la Bnu avait été invitée à présenter un panorama de l’action des bibliothèques régionales en France. Des témoignages de bibliothèques en Suisse, en Italie du Nord et en Autriche complétaient le tour d’horizon.

La particularité française tient sans doute au fait qu’il n’y a pas dans notre pays de bibliothèques régionales stricto sensu, le concept d’une bibliothèque chargée spécifiquement d’une mission régionale n’ayant jamais existé, à la différence de l’échelon départemental (avec les bibliothèques départementales de prêt) ou communal (avec les bibliothèques municipales). Il existe toutefois de grosses bibliothèques municipales (en général des “bibliothèques municipales classées“, dépositaires d’un important patrimoine écrit issu des confiscation révolutionnaires) qui peuvent jouer un rôle régional, en particulier avec la collecte qui leur revient du dépôt légal imprimeur. Celui-ci, soutenu jusqu’en 2024 par des subventions régulières de la Bibliothèque nationale de France, est toutefois fortement questionné par l’arrêt programmé de ces subventions. L’avenir du dépôt légal qui pourrait s’effectuer désormais non par la fourniture d’un exemplaire imprimé, mais par celle de fichiers numériques, pose aussi la question de la collecte, de l’accès et du stockage, au-delà de l’établissement parisien, de la documentation régionale qui trouve souvent son premier lectorat sur place. La question du stockage tout court des documents, avec les problèmes de place que cela implique, a aussi été un élément important du débat de ces journées, avec en particulier la question suivante : faut-il conserver les exemplaires imprimés de la presse quotidienne régionale si celle-ci est entièrement numérisée ? C’est un des exemples à propos desquels l’Association des bibliothèques allemandes pourrait prendre position dans les prochains temps. Nul doute que si c’est le cas, on suivra attentivement la question en France, et à la Bnu en particulier, bibliothèque particulièrement concernée par la conservation de la presse.

Le partenariat qui unit la Bibliothèque nationale et universitaire et la Württembergische Landesbibliothek est donc aussi l’occasion de se mettre respectivement au courant des pratiques et des débats qui agitent la profession. Les deux bibliothèques sont par ailleurs largement ouvertes sur la société, notamment au travers de leurs cycles de conférences ou de leurs saisons culturelles. L’action de coopération internationale de la Bnu lui permet de se mêler activement à des débats par nature européens, mais aussi de présenter les particularités françaises auprès de collègues étrangers, et de susciter par là de la curiosité – souvent le premier pas vers d’autres actions de coopération.

Les prochaines actions communes entre la Bnu et la WLB seront la présentation à Stuttgart d’une version adaptée de l’exposition Face au nazisme, en 2024, puis en 2025, une présentation à Strasbourg d’une version adaptée de l’exposition que la WLB avait consacrée à l’Art déco. Cette dernière prendra place dans le cadre du centenaire, en 2025, de l’Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes, que l’on place généralement à l’origine de ce mouvement artistique.

Voir le programme de l’assemblée générale du Groupe de travail des bibliothèques régionales : AGRB_TO_Herbstsitzung_2023_202310012



Citer ce billet
Christophe Didier (2023, 14 novembre). Le rôle des bibliothèques régionales aux niveaux social et politique – en Allemagne et à l’étranger. Lieu de recherche : le carnet de la Bnu. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4cy

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search