[Exposition] Sacrés Rois ! retour sur l’inauguration

L’exposition Sacrés rois ! David et Salomon à travers les âges a été inaugurée le 13 septembre dernier. Retour sur cet évènement en images (photos JP Rosenkranz/Bnu) et en discours.

Discours de Marc Vial, directeur de l’unité de recherche « Théologie protestante » et commissaire de l’exposition

On pourrait s’interroger : pourquoi consacrer une exposition à David et Salomon en ce début du 21e siècle qui, sous nos latitudes à tout le moins, semble devenir de plus en plus indifférent aux références religieuses traditionnelles ? Pourquoi s’intéresser à ces « rois sacrés » qui, à en croire les premiers récits qui les évoquent (les récits bibliques), furent également de sacrés rois, au sens où l’on dit d’un individu, avec un mélange d’admiration et d’agacement voire de réprobation, qu’il est un sacré personnage ? 

Parce que, loin d’être la chasse gardée de quelques-uns (de celles et ceux, par exemple, qui leur reconnaissent un rôle religieux important), David et Salomon ont depuis longtemps nourri, au-delà de la sphère religieuse, les cultures marquées par les trois monothéismes, tant dans le domaine de la littérature que dans ceux de la musique, de la peinture et du dessin, de la sculpture, de l’architecture etc. Et parce que, non contents d’avoir irrigué les espaces culturels du passé, ils investissent encore notre présent. En témoigne, entre autres, le récent couronnement de Charles III d’Angleterre. Le point d’orgue de la cérémonie, qui a eu lieu le 6 mai dernier, a consisté en l’onction du nouveau souverain, dont le modèle est fourni par les récits bibliques relatifs au sacre des rois d’Israël. Et David et Salomon sont présents, là même où la référence religieuse a, sinon disparu, du moins été mâtinée d’autres harmoniques. Tout le monde ou presque connaît la chanson Hallelujah de Leonard Cohen, ne serait-ce que par l’interprétation que Jeff Buckley en a donnée. Or cette chanson, composée par un petit-fils de rabbin, fait à plusieurs reprises référence à nos deux rois.

Ce ne sont là que quelques illustrations de la présence à nos univers contemporains, par moments éclatante, par moments beaucoup plus discrète, de David et Salomon. L’exposition en présentera bien d’autres. Elle permettra de sonder le passé et d’arpenter le présent ; d’explorer la culture occidentale et de faire des incursions dans les civilisations marquées par l’islam et au sein du monde éthiopien, pour s’en tenir à quelques exemples.

Un mot est susceptible de décrire la perspective de l’exposition aujourd’hui inaugurée, celui de « réception ».

Ce que nous avons voulu donner à voir – et parfois à entendre –, ce sont les différentes manières dont les figures de David et de Salomon ont été reçues dans divers domaines de la pensée, de la politique et des arts. La question est ici : qu’a-t-on fait des textes, bibliques et coraniques, qui portent sur les deux rois ? quels éléments, extérieurs aux textes, ont-ils guidé l’appropriation de ces deux figures ? quels sont les déplacements qui, selon les cas, ont été opérés, et pourquoi ? D’un mot : comment les éléments liés à David et à Salomon dans les textes religieux de référence sont-ils entrés en résonnance avec les champs culturels qu’ils ont investis et les univers de représentation qu’ils ont rencontrés ? En quoi ces deux figures ont-elles été « parlantes » et le sont-elles encore ? qu’a-t-on dit à travers elles et que dit-on encore ? C’est là un niveau de réception, celui qui concerne le transfert intervenu entre les textes religieux de référence et les champs culturels qui s’en sont ultérieurement emparés.

Mais il en est un autre, que l’exposition a également voulu donner à voir, et qui est plus originaire encore. Et de fait, si les premières narrations de la geste de David et de Salomon figurent dans la Bible hébraïque, et si la Bible hébraïque se trouve ainsi à l’origine de la réception dont il a été question jusqu’à présent, il faut bien voir que le corpus que les chrétiens appellent l’Ancien Testament est lui-même le lieu d’une réception, et même d’une double réception, puisque l’histoire des deux rois y est racontée à deux reprises et de manière sensiblement différente à chaque fois. Or les travaux menés par les exégètes, les historiens, les archéologues et les spécialistes de l’épigraphie et d’autres disciplines encore, tendent à montrer que les narrations bibliques, loin d’être des textes de nature historique au sens où nous l’entendons de nos jours, sont de frappe théologique et idéologique. Tout en reprenant des éléments de la tradition relative aux deux rois, les textes bibliques, rédigés bien ultérieurement, en proposent une réécriture guidée par des enjeux qui leur sont contemporains. Il y a très vraisemblablement loin de l’imposant royaume unifié sur lequel, d’après les textes bibliques, les deux rois auraient régné, à la réalité historique de Juda au 10e siècle avant notre ère. Et sans doute le Temple ne revêtait-il pas, au temps de Salomon, la forme grandiose dont les récits bibliques l’ont pourvu. C’est là aussi ce que l’exposition a voulu donner à voir. Elle voudrait, à sa modeste mesure, illustrer les recherches menées actuellement en la matière. On l’aura donc compris : si le double objet de cette manifestation est « religieux », le traitement qui en est proposé ne l’est pas ; c’est dans une perspective d’histoire culturelle que nous avons voulu nous placer.

L’idée de cette exposition a germé au sein de l’unité de recherche adossée à la Faculté de Théologie protestante de l’Université de Strasbourg, et plus particulièrement dans l’esprit de celui qui en était alors le directeur : Monsieur Christian Grappe, professeur de Nouveau Testament. Il a été rejoint par deux autres membres de l’unité : Madame Régine Hunziker-Rodewald, professeure d’Ancien Testament et d’Histoire du Proche-Orient ancien, et votre serviteur, successeur de Christian Grappe au poste de directeur de l’unité de recherche « Théologie protestante ». L’exposition aujourd’hui inaugurée est de fait l’une des expressions de la politique scientifique de l’unité, au sein de laquelle les textes bibliques sont étudiés, non seulement à la lumière de leur contexte de production, mais également dans leur devenir, c’est-à-dire sous le rapport de leur réception.

Le projet a été favorablement accueilli par le directeur de la Bibliothèque nationale et universitaire, Monsieur Alain Colas, à qui j’adresse mes très vifs remerciements au nom de l’ensemble des commissaires de l’exposition. On peut parler de l’équipe des commissaires comme d’une chambre bipartite et paritaire, dans tous les sens du terme, puisqu’aux trois membres de l’Université de Strasbourg susmentionnés se sont adjoints trois conservateurs de la Bnu : Madame Catherine Soulé-Sandic et Monsieur Daniel Bornemann dès l’origine, qui ont rapidement été rejoints par Madame Madeleine Zeller. Au départ, trois années de compagnonnage avaient été prévues dans la perspective de Sacrés rois ; au total, nous avons travaillé ensemble pendant cinq ans, un « sacré » virus s’étant invité inopinément. Je remercie les trois commissaires de la Bnu pour cette collaboration longue et soutenue, ainsi que l’ensemble des personnels de la Bnu qui nous ont prêté main-forte. Qu’ils me pardonnent de ne pas tous les nommer. Je tiens cependant à saluer Messieurs Jérôme Schweitzer et Benoît Wirrmann, ainsi que Mesdames Chim Cholin pour la scénographie et Violette Grunenberger pour le remarquable travail éditorial effectué dans la perspective du catalogue et, bien entendu, Monsieur Hugues François qui a mis en page ledit catalogue. Last but not least, nous devons une fière chandelle à Monsieur David Brunner (qui a supervisé la mise en place de l’exposition dans des conditions extrêmes) et à Madame Caroline Klein (qui a vu des solutions là où l’on voyait surtout des problèmes).

Cette exposition n’aurait pu voir le jour sans le soutien d’un certain nombre de partenaires auxquels nous sommes très reconnaissants : la Région académique Grand Est, la Direction régionale des affaires culturelles du Grand Est, la Région Grand Est, la Collectivité européenne d’Alsace, la Ville et l’Eurométropole de Strasbourg, mais également les institutions muséales, de Strasbourg et d’ailleurs – je salue tout spécialement Monsieur José-Marie Bel, fondateur de l’Espace Reine de Saba (dont proviennent plusieurs pièces exposées dans la partie consacrée à la culture éthiopienne). Que l’on me permette d’adresser des remerciements appuyés à l’Université de Strasbourg pour l’aide financière apportée dans le cadre de l’IdEx, et surtout à Monsieur Mathieu Schneider, Vice-président Culture, science-société et actions solidaires de l’Université, qui n’a pas ménagé ses efforts pour soutenir le projet et lui permettre d’aboutir.

Je pense me faire l’écho de l’ensemble des commissaires en disant que, durant la préparation de cette exposition, nous sommes allés de surprises en découvertes ; que des pistes sont apparues chemin faisant, que nous ne soupçonnions guère au commencement. Il nous reste à espérer qu’il en ira de même pour les personnes qui visiteront l’exposition et que cette dernière rencontrera leur intérêt et leur procurera quelque plaisir. 

Bnu, 13 septembre 2023



Citer ce billet
Catherine Soulé-Sandic (2023, 13 octobre). [Exposition] Sacrés Rois ! retour sur l’inauguration. Lieu de recherche : le carnet de la Bnu. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4cm

Catherine Soulé-Sandic

Cheffe du département Arts, Langues, Littératures et Aires culturelles - Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search