La bibliothèque de Jacqueline Peltier, spécialiste de John Cowper Powys, rejoint la Bnu

A writer to the happy few ?

La Bnu a reçu en don une bibliothèque unique, centrée autour de l’écrivain gallois John Cowper Powys. Personnalité fascinante et inclassable, John Cowper Powys fait partie de ces écrivains reconnus par leurs pairs mais dont le lectorat est toujours resté confidentiel. Pourtant, le cercle de ses admirateurs est un véritable Who’s who qui rassemble de nombreux intellectuels tels que Henry Miller, Simone de Beauvoir, Klaus Mann, Glenn Gould, Elias Canetti, Hermann Broch ou encore Hans Henny Jahnn, qui lui décerna en 1957 le prix de l’Académie des Arts de Hambourg et qualifia son roman Wolf Solent d’« hymne à la vie ».

Fascinant et inclassable, John Cowper Powys l’est à de multiples titres. Ainé d’une famille de onze enfants, élevé par un père pasteur, Powys a grandi au contact de cette culture des presbytères, alliage unique de gêne matérielle mais aussi d’érudition classique et de rigorisme religieux. Dans la famille Powys, les personnalités fortes et créatrices ne manquent pas. Deux frères seront des écrivains reconnus : Llewelyn Powys et Theodore Francis Powys tandis qu’une de ses sœurs, Gertrude deviendra peintre et une autre, Philippa, poétesse. Après des études à Cambridge, John Cowper Powys gagnera sa vie comme conférencier itinérant, en Angleterre, en Europe et aux Etats-Unis de 1904 à 1934. Sur le modèle de Charlie Chaplin dont il admirait la présence, John Cowper Powys s’efforçait d’incarner, pour son public, les grands écrivains, devenant ainsi tour à tour Dostoïevski, Shakespeare, Homère ou Goethe.

Rodé à l’art des discussions controverses, Powys était, dans les années 20, un orateur recherché, pour des discussions organisées à l’époque en direct devant des centaines de spectateurs. Ses échanges avec Chesterton, Bernard Shaw et Bertrand Russel sont restés célèbres. En 1934, sa santé fragile l‘obligea à abandonner ces voyages et il s’établit au nord de New York. Il commença ainsi à écrire, à soixante ans, ses plus grands romans qui s’enchaînèrent en l’espace de quelques années : Wolf Solent, Glastonbury Romance et Weymouth Sands. Powys s’installa ensuite dans le Pays de galles jusqu’à son décès en 1963.

 

Un écrivain protéiforme

Dans son Autobiographie, Powys écrit :

« Le monde est resté pour moi tel qu’il était dans mon enfance (car là-dessus ma raison n’a fait qu’appuyer mon instinct), un inextricable pêle-mêle de forces enchevêtrées […]».[1]

On ne saurait mieux illustrer le projet powysien qui allie une peinture sans fard, totale, de ses personnages, jusque dans leurs folies les plus intimes et, en même temps, une écriture généreuse, exempte de tout jugement moral. Les grands romans de Powys : Wolf Solent, Glastonbury Romance et Porius font partie des œuvres majeures de la modernité et sont à mettre sur le même niveau que l’Ulysses de Joyce ou l’Homme sans qualités de Musil. De la même manière, la lecture de Powys une véritable expérience.  Si Hermann Hesse parlait de « génie »[2] au sujet de Wolf Solent, Diane de Margerie voit en Powys quelqu’un chez qui : « tout s’imbrique et se complète dans une géniale perception de l’originalité chaotique de l’être ».[3]

L’originalité de l’écriture de Powys est bien là : dans sa vision complète, totale de l’univers, dans lequel un personnage est soumis au jeu de forces antagonistes et jouet du hasard. Chez l’écrivain, de multiples niveaux de croyances et de lectures s’entremêlent et ses descriptions s’enrichissent d’une profonde connaissance de l’humain et de ses possibles.

« Grâce à la croyance profonde de Powys en toutes sortes d’exutoires par lesquels combattre le Mal (fétichisme, rites, magie personnelle, détachement volontaire de la souffrance, contemplation extatique), il a élaboré un système où la sagesse la plus réaliste voisine avec une vision baignée de préhistoire et de cosmogonie. L’alliance entre le bas et le haut, le lyrisme et le détail sordide ou insolite, l’humour iconoclaste et la rêverie cosmique, donne à ses romans leur ton si particulier, qui évoque alternativement les sœurs Brontë, Swift, Blake ou Joyce, sans qu’il soit possible de le confondre avec celui d’aucun autre écrivain. »[4]

 

Une vie sous le signe de Powys

Fascinée par les livres de Powys, Jacqueline Peltier a souhaité s’engager pour mieux faire connaître ses textes en France. Sa parfaite connaissance de la langue anglaise et sa grande culture, notamment dans le domaine des arts, lui ont permis d’analyser différents aspects de l’œuvre et de l’environnement de Powys.  Elle a ainsi travaillé sur les femmes qui lui étaient proches et en particulier sur Alise Gregory, la compagne de son frère Llewelyn Powys. Jacqueline a également édité la correspondance entre Powys et Henry Miller et traduit l’essai Suspended Judgements[5] , sous le titre Jugements réservés [6].

En collaboration avec son mari, Max Peltier, Jacqueline  a réalisé le premier site internet français consacré à Powys. Unis par les mêmes centres d’intérêt et les mêmes passions, Jacqueline et Max ont également créé et animé ensemble durant 16 ans La lettre powysienne de 2001 à 2017. Au sein de leur couple, les tâches étaient clairement réparties, si Max assurait la réalisation technique et mettait à profit son esprit critique pour effectuer des relectures exigeantes Jacqueline avec la générosité et l’absence de préjugé qui lui étaient propres parvenait à fédérer autour d’elle des powysiens issus aussi bien des milieux académiques que des passionnés, des traducteurs et des lecteurs, des étudiants et des anciens. Jacqueline a ainsi, au fil des années, développé un véritable réseau de correspondants et amoureux de Powys à travers toute l’Europe. Elle a initié et rendu possible leurs échanges et les articles parus dans la Lettre powysienne illustraient parfaitement ce cosmopolitisme culturel.

Leur dernier grand projet commun  a été la nouvelle traduction de Weymouth Sands en français, publié en France jusqu’alors sous le titre Les sables de la mer[7] dans une version qui avait dû être remaniée par l’auteur sous la pression de son éditeur. Il s’agissait aussi d’un retour aux sources puisque Jacqueline avait découvert Powys avec ce premier roman, alors qu’elle était elle-même en séjour linguistique à Weymouth. Dans sa nouvelle version, Jacqueline Peltier a choisi de nommer ce roman Perdita Wane, du nom de son héroïne, héritière de la figure romantique des dames de compagnie confrontées à un environnement hostile, telles que Jane Eyre ou encore Agnes Grey. Avec une grande rigueur intellectuelle, une parfaite connaissance de la langue anglaise, Jacqueline et Max Peltier ont proposé une toute nouvelle traduction du texte original, traduction relue, commentée, discutée et amendée ensemble, dans un processus riche d’échange et parfois aussi de confrontation intellectuelle lorsque leurs avis étaient divergents.  , Jacqueline a su présenter dans ce roman un important appareil critique, décelant dans le texte du roman les nombreuses références cachées de Powys, à l’Illiade et L’Odyssée, à Shakespeare, Rabelais ou à d’autres auteurs admirés par Powys.  Dans ses notes, Jacqueline éclaire à la fois de multiples allusions à la mythologie grecque et latine, devenues aujourd’hui obscures pour les lecteurs contemporains mais aussi de nombreuses caractéristiques de l’histoire et de la culture anglaise.

Pleine de projets, sillonnant les routes de la Bretagne à Paris, assidue aux rencontres de la Powys Society dont elle était un membre important, Jacqueline s’est éteinte le 24 juillet 2019, avant d’achever la relecture finale de sa traduction de Weymouth Sands. Les dernières épreuves ont été achevées par son mari Max Peltier, soucieux de conserver l’esprit qui guidait leur travail commun. Jusqu’à la fin, Jacqueline Peltier a gardé intactes sa curiosité, son amour de l’art et de la poésie et sa grande rigueur intellectuelle et a partagé avec ses amis et connaissances son immense culture. Aujourd’hui, sa bibliothèque, bientôt accessible à tous, prolonge son engagement au service d’un écrivain unique à découvrir absolument.

 

Traitement du fonds à la Bnu

Le traitement du fonds, constitué d’environ 160 volumes, a d’ores et déjà commencé, et se poursuivra tout au long de l’été. On y trouve bien entendu les œuvres de Powys, en anglais et en traduction française, ainsi de nombreux essais et études. La plupart des ouvrages contiennent des annotations manuscrites de la main de Jacqueline, véritable témoignage de son travail de recherche. Auteur jusqu’à présent peu représenté à la Bnu, ce fonds constitue ainsi une véritable richesse pour nos collections.

Les titres seront progressivement ajoutés à notre catalogue en ligne et empruntables à domicile. Pour les retrouver, il suffira d’effectuer une recherche dans le champ « provenance » avec les mots clés « Collection de Jacqueline Peltier ».

En plus de sa bibliothèque, les archives et correspondances de Jacqueline Peltier ont également été cédées et sont conservées à L’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC) et prochainement consultables sous la cote : Cote 1081JCP.

 

Jacqueline Peltier sur John Cowper Powys 

 

Archives Jacqueline Peltier à l’IMEC 

Cote 1081JCP

Collection Jacqueline Peltier / John Cowper Powys, Llewelyn Powys et Theodore Francis Powys.

La collection est constituée de correspondance, de dossiers de traductions, d’une collection complète du bulletin La lettre powysienne et d’une documentation sur la famille Powys (littérature grise, travaux universitaires, projets de traduction, presse).

Traductrice de deux œuvres majeures de John Cowper Powys : Jugements réservés (Suspended Judgments) et Perdita Wane (Weymouth Sands) Jacqueline Peltier a édité la correspondance entre John Cowper Powys et Henry Miller pour la Powys Society.

Fondatrice et animatrice de La Lettre powysienne bulletin bilingue, français/anglais publiée de 2001 à 2017, elle a contribué à la diffusion de l’œuvre de John Cowper Powys et de ses deux frères, Théodore Francis et Llewelyn mais aussi à celle de Phyllis Playter, Alyse Gregory et Frances Gregg. Représentante de la Powys Society en France et en Europe continentale, elle a été son porte-parole officiel pendant de nombreuses années.

Fonds de l’Imec en relation : Fonds Michel Gresset ; fonds Armel Guerne ; François-Xavier Jaujard ; fonds Jean Queval ; fonds Jean Wahl ; fonds Kenneth White ; fonds Granit ; éditions du Seuil ; éditions Bourgois ; éditions Phébus.

Pour en savoir plus 

 

Aude Therstappen, directrice adjointe du Pôle Services et collections
Kevin Jung, responsable des langues et littératures anglophones

 


 

[1] Powys, John Cowper, Les enchantements de Glastonbury, Paris, Gallimard, 1991, p. VII.

[2] Hesse, Hermann, 100 Beste Bücher. Ammann Verlag, Zürich 1986

[3] Margerie, Diane de, « POWYS JOHN COWPER (1872-1963) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 mai 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/john-cowper-powys/2-d-oedipe-a-dionysos/

[4] Ibid.

[5] Powys, John Cowper, Suspended Judgements , G. Arnold Shaw, New York, 1916.

[6]  Powys, John Cowper, Jugements réservés , Pen Maen, 2016, trad. Jacqueline Peltier, préface Marcella Henderson-Peal.

[7] Powys, John Cowper, Les sables de la mer, Paris, Plon, 1958, trad. Marie Canavaggia. Rééd. Paris, Bourgois, 1972 avec une préface de Jean Wahl.



Citer ce billet
Aude Therstappen (2023, 27 juin). La bibliothèque de Jacqueline Peltier, spécialiste de John Cowper Powys, rejoint la Bnu. Lieu de recherche : le carnet de la Bnu. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4c0

Aude Therstappen

Directrice adjointe du pôle Services et collections

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search