La 101e nouvelle de Boccace : un curieux intrus dans l’édition strasbourgoise de 1519

Les Cent nouvelles de Boccace, écrites en italien (florentin) au milieu du 14e siècle, sont un des best-sellers de la littérature européenne. Dans cette œuvre, intitulée aussi Le Decameron (qui signifie en grec « dix jours »), s’enchaînent les récits que dix jeunes gens, retirés à la campagne, inventent chacun dix jours durant – soit « cent nouvelles » – pour se distraire de la peste qui sévit à Florence. L’amour dans toutes ses variations en est le motif central, auxquels s’ajoutent le goût de l’aventure et le triomphe de l’esprit.

L’ouvrage connaît une large diffusion comme en témoignent de nombreuses traductions, souvent illustrées. C’est le cas de l’édition en allemand de Johann Grüninger, imprimée à Strasbourg en 1519 sous le titre : Cento Novella, Hundert neuwer Historien die in einem grosen Sterben zu Florentz gesagt wurden.

À y regarder de près, y compte-t-on bien cent nouvelles, et celles-ci se déroulent-elles toutes dans les environs de Florence ? Au folio 233 recto, introduite par la lettrine « E », on découvre une 101e nouvelle. Elle est censée se dérouler autour de l’an 1500 (Es ist beschehen in der Zeit da man hat gezalt fünf zehen hundert ungeverlich) à Strasbourg,  « en cette noble ville sise au bord du Rhin » (In diser loblichen Statt gelezenn [sic] an dem Rein).

Que raconte-t-elle, et pour quelle raison a-t-elle été ajoutée ? S’agit-il d’une astuce de marketing de la part de l’imprimeur pour attirer le lecteur strasbourgeois ? Y est-il question d’astronomie (und als alle astronomi sagen under den planeten venus sich begeben hat) ou d’amour (la planète Vénus est mentionnée dans la même phrase) ?

L’enquête est ouverte. Pour résoudre l’énigme, venez consulter l’ouvrage sur place (R.10.034), où vous serez accueilli à l’Espace patrimoine (au 5e étage de la bibliothèque), ou consultez-le en ligne sur Numistral, la bibliothèque numérique du site universitaire alsacien, et proposez votre hypothèse en laissant un commentaire au bas de cet article. Mieux : proposez une édition de cette histoire !

 



Citer ce billet
Madeleine Zeller (2023, 24 juin). La 101e nouvelle de Boccace : un curieux intrus dans l’édition strasbourgoise de 1519. Lieu de recherche : le carnet de la Bnu. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4bz

Madeleine Zeller

Chargée de missions scientifiques Patrimoine et Alsatiques

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Klaus Kipf dit :

    Chère Mme, j’ai déjà préparé une édition et une traduction anglaise de cette histoire curieuse, qu’est en train de paraitre dans le volume: Nouvelles et exemplarité. Colloque internationale Strasbourg, 19.-21.5.2022, hg. v. VALERIA MEROLA, TERESA NOCITA, NORA VIET, ENRICA ZANIN, Paris 2023 (Editions Garnier). Je vous envoie une copie de la dissertation, s’elle sera publiée. John Flood à déjà publié une transcription de l’histoire dans son dissertation: « Boccaccios Decameron in Deutschland und England. Buch- und rezeptionsgeschichtliche Miszellen », in Kleinere Erzählformen im Mittelalter. Paderborner Colloquium 1987, ed. Klaus Grubmüller et al., Paderborn, Schöningh, 1988, p. 201-212
    NB La ligne cité là-haut lis surement: “Jn dieser loblichen statt gelegenn an dem rein” (lisible dans l’exemplaire de la Staatsbibliothek München).

    • Madeleine Zeller dit :

      Cher Monsieur, je vous remercie beaucoup pour ce message et vous propose de poursuivre directement par mail.
      Cordialement,
      Madeleine Zeller

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search