Décès du Professeur Jean-Claude Margueron

Décédé le 6 avril dernier à Paris, Jean-Claude Margueron a été une grande figure de l’archéologie au sein de l’Université de Strasbourg entre 1970 et 1987. 

Né le 25 octobre 1934 à Madrid, il est élève au lycée Louis-le-Grand puis à l’École alsacienne. C’est au contact d’André Parrot, l’inventeur de la grande cité syro-mésopotamienne de Mari, que le jeune étudiant se passionne très vite pour l’archéologie orientale. Agrégé d’Histoire en 1961, il est pensionnaire scientifique à l’Institut Français d’Archéologie du Proche-Orient à Beyrouth de 1965 à 1969. A son retour d’Orient, il entre à l’Université des Sciences Humaines de Strasbourg II. Après avoir gravi les divers échelons de la carrière universitaire, il devient  en 1979 Professeur et Directeur de l’Institut d’Histoire et Archéologie de l’Orient ancien qu’il quittera pour une Direction d’études à l’École Pratique des Hautes Études à Paris en 1987.  Ses anciens étudiants strasbourgeois n’ont pas oublié l’homme de conviction, soucieux de rigueur scientifique, passionné d’archéologie mésopotamienne, qui savait captiver son auditoire par la très grande qualité de ses analyses et de sa pédagogie. Ces qualités se sont également exprimées pendant de multiples campagnes de fouilles sur le terrain : en 1969 et 1970 il est directeur de la Mission archéologique de Senkereh-Larsa en Irak. Il se consacre ensuite à la Syrie qu’il ne quittera qu’en 2010, à la veille des tragiques événements qui ont endeuillé le pays. De 1972 à 1976, il se rend sur le site de Meskéné sur l’Euphrate, l’ancienne Emar, pour une fouille de sauvetage qui sera complétée par celle du tell Faq’ous en 1978. En 1975 et 1976, il se consacre également au site de Ras Shamra, l’ancienne Ougarit sur la côte méditerranéenne. Mais l’essentiel de son activité de directeur de mission va se dérouler sur le site prestigieux de Mari dès 1979, où il succède à André Parrot. Jusqu’en 2004 il dirigera sur ce site de l’Euphrate une vingtaine de campagnes. Son important ouvrage de synthèse Mari, métropole de l’Euphrate (2004), en parallèle à de nombreux rapports et articles scientifiques, témoigne des importants résultats engrangés dans  cette cité majeure de l’antiquité orientale, née vers 2900 et détruite en1959 av. J.-C. par Hammurabi de Babylone.

Jean-Claude Margueron sur le chantier de Mari en 2005
photo Jean PALENSTIJN (c) / Anne-Elisabeth HORRENBERGE (c)

Parmi les ouvrages majeurs de Jean Margueron, ses Recherches sur les palais mésopotamiens de l’Âge du Bronze (thèse de Doctorat d’État) ont paru en 1982, Les mésopotamiens, écrits pour ses étudiants, en 1991 puis 2003. Plus récemment, les  Cités invisibles. La naissance de l’urbanisme du Proche-Orient ancien (2013)  et Mari, le temple d’Ishtar revisité. Nouvelles conclusions (2017) témoignent à nouveau de sa passion pour l’architecture, en particulier l’architecture de terre à laquelle il a incontestablement donné ses lettres de noblesse. Dans son dernier ouvrage, écrit durant les mois qui ont précédé sa disparition et en attente de parution, il tente précisément de mettre en valeur les capacités et le savoir de L’architecte mésopotamien et son rôle dans l’aménagement urbain et même régional.

Dominique Beyer

Professeur émérite à l’Université de Strasbourg

Le Musée royal de Mariemont (Belgique), le musée du Louvre et la Bnu, dans le cadre de la préfiguration du Musée d’art et d’archéologie du Proche et du Moyen-Orient, préparent actuellement une exposition sur les fouilles du site de Mari et sur les recherches en cours sur la période des shakkanakku, à la fin du 3e millénaire. L’exposition sera présentée à Mariemont à l’automne 2023 et à la Bnu entre février et mai 2024.



Citer ce billet
Jérôme Schweitzer (2023, 23 juin). Décès du Professeur Jean-Claude Margueron. Lieu de recherche : le carnet de la Bnu. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4by

Jérôme Schweitzer

Directeur du pôle Partage, diffusion et réseaux

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search