La céramique de Fustat, art de l’Islam en Egypte

À la faveur de la convention qui associe depuis 2017 la Bibliothèque nationale et universitaire, l’Université de Strasbourg et le musée du Louvre, la Bnu accueille depuis le début de l’année 2022 un dépôt de 53 fragments et objets en céramique provenant du département des arts de l’Islam du musée du Louvre.

Ce dépôt sert d’abord de support pour un enseignement dispensé dans le cadre d’un séminaire de master à l’université de Strasbourg, organisé par Nourane BEN AZZOUNA, maîtresse de conférences en histoire des arts de l’Islam (Faculté des sciences historiques). L’enseignement est assuré par Carine JUVIN, conservatrice en charge des collections du monde arabe médiéval (12e-15e siècle) au DAI, qui a sélectionné les pièces dans les collections du département. Les cours ont lieu au second semestre depuis l’année universitaire 2021/2022 et s’achèveront en 2023/2024. À compter de la Nuit européenne des musées 2023, le dépôt est également présenté au grand public dans la réserve visitable n°5 de la Bnu, réaménagée pour l’occasion.

Les collections présentées proviennent du site de Fustat, première ville fondée par le conquérant musulman de l’Égypte, le général ‘Amr, en 641 ap. J.-C. Fustat resta le siège du pouvoir pendant plusieurs siècles. Cette ville, aujourd’hui englobée dans l’agglomération du Caire, est d’un intérêt majeur pour l’archéologie islamique par le matériel qu’elle a pu livrer au cours de près d’un siècle de fouilles, matériel qui documente toute la période médiévale jusqu’aux débuts de la période ottomane. Fustat, située à quelques kilomètres au sud du Caire, a connu plusieurs phases de développement au cours de son histoire, au gré des dynasties gouvernant l’Égypte, devenant une des principales villes du monde islamique. Décrite par les géographes et les voyageurs, Fustat, première capitale égyptienne islamique, connue aussi sous le nom de Misr ou, pour les Occidentaux, de Vieux-Caire, doit sa renommée aux richesses qui y étaient produites et importées : c’est un carrefour à la fois artisanal et commercial, artistique et culturel. Un grand incendie à la fin du califat fatimide (1169-1170) marqua la fin de son expansion et laissa de grandes zones de décombres à sa périphérie, zones qui restèrent inoccupées pendant plusieurs siècles. Ce sont ces zones, restées quasiment en l’état jusqu’au 18e siècle, qui fournirent l’essentiel d’un matériel archéologique très abondant mis au jour lors des différentes campagnes archéologiques conduites à Fustat.

Si l’exploration archéologique du site de Fustat a été amorcée à la fin du 19e siècle, en particulier à l’initiative du médecin français Daniel Fouquet – dont le mémoire, Contribution à l’étude de la céramique orientale, paru en 1900, est un peu le point de départ des recherches en ce domaine – c’est en 1912 que commencèrent les fouilles systématiques, sous la conduite d’Ali Bahgat et du musée d’art arabe du Caire. À partir de 1964, avec l’équipe de George T. Scanlon, et jusqu’au début des années 2000, différentes équipes internationales se sont succédé pour explorer de nombreux points d’une ville progressivement recouverte par l’étalement urbain du Caire. Du fait de cet étalement, les fouilles sont devenues impossibles aujourd’hui, mais le matériel accumulé au cours des fouilles – on parle de plusieurs millions de fragments de céramique par exemple – est un objet d’étude majeur pour la compréhension de la période médiévale en Égypte.

Ces fouilles ont en effet révélé un matériel très varié : structures d’habitation, culte, commerce et artisanat, sépultures, tissus, objets en verre, céramique, etc. C’est principalement la céramique qui a fait la renommée du site auprès des érudits et antiquaires du 19e siècle, par la diversité des motifs et des couleurs, l’usage du lustre métallique, des glaçures colorées, des motifs à blasons ou à figures. De nombreuses pièces de céramique de Fustat sont entrées dans les collections des musées occidentaux à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle, bien souvent sans être précisément documentées. L’un des intérêts des campagnes archéologiques est justement, par rapprochement entre ces collections de musée et le matériel retrouvé lors des fouilles, de pouvoir dater, localiser ou attribuer de nombreuses pièces.

Le dépôt de céramiques du musée du Louvre rend compte de la diversité de la production céramique de Fustat et de son évolution au fil des siècles. Il montre à quel point cette ville était un creuset artistique et carrefour d’intenses échanges, non seulement au sein du monde islamique au sens large, mais même avec des régions situées au-delà, comme la Chine ou l’Italie. Les pièces présentées retracent également, par leurs provenances, l’histoire de la constitution des collections du département des Arts de l’Islam, depuis les premiers dons du musée arabe du Caire en 1928 ou la vente de la collection de D. Fouquet, jusqu’aux achats, legs et dons des grandes collections privées au cours du 20e siècle (Koechlin, Soustiel, Pozzi, Kiefer, etc).

Le parcours thématique présenté en réserve n°5 comprend cinq ensembles :

  • Une première série d’objets illustrant la diversité de l’emploi de la céramique : une magnifique lampe à huile à glaçure verte, un filtre de vase à boire, un vase sphéro-conique, etc.
  • Une série de fragments illustrant les différentes techniques et les décors des premiers siècles, jusqu’à la fin de la période fatimide (9e-12e siècle), en particulier les céramiques à décor de lustre métallique qui ont focalisé l’attention des premiers érudits, et les décors gravés sous glaçure colorée, dits Fustat Fatimid Sgraffito (FFS).
  • Une série de fragments et de pièces montrant l’importance et l’évolution de la production de Fustat aux époques ayyoubide et mamelouke (12e-15e siècle) : décors peints polychromes, sgraffito mamelouk, etc.
  • Une série de fragments de pièces d’importation ou imitant des productions importées, telles que les céladons chinois, porcelaines à décor bleu et blanc, etc.
  • Enfin une série de pièces associées à la production locale d’objets en céramique : ratés de cuisson et fragments comportant des signatures de potiers.

Ce parcours est complété par une série de poids et estampilles en verre, tirée de la collection Julius Euting conservée à la Bnu. Ces objets, dont l’usage précis fait encore l’objet de controverses, proviennent aussi de Fustat et apportent un éclairage parallèle à celui des céramiques sur l’établissement et l’exercice du pouvoir politique et administratif en Égypte musulmane, ses relations avec le pouvoir califal central en Syrie ou en Irak, par exemple, et les difficultés économiques que connut l’Égypte à différentes époques.

Le parcours thématique La Céramique de Fustat, art de l’Islam en Égypte, accessible jusqu’à l’automne 2024, permet de comprendre le développement de cette ville cosmopolite qu’était Fustat, la structuration de son urbanisme et de sa société, les échanges intenses avec d’autres régions du monde qui nourrirent la vitalité de ses ateliers de potiers tout au long de la période médiévale. Un livret-catalogue est édité par la Bnu pour prolonger la visite, reproduisant tous les objets du dépôt, avec une introduction de Carine Juvin (Sorties de réserves n°2. – 72 pages. – Bnu éditions. – 9,00€). Ce nouveau parcours s’inscrit, comme celui sur l’Art phénicien du Levant de Méditerranée (ouvert jusqu’en septembre 2023) ou celui sur Étienne Drioton, une vie pour l’égyptologie présenté au printemps 2023, dans la préfiguration du musée d’art et d’archéologie du Proche et du Moyen-Orient à Strasbourg que la Bnu est en train de créer avec l’Université de Strasbourg, les musées de la Ville de Strasbourg, le ministère de la Culture et le musée du Louvre.

Commissariat : Carine Juvin (musée du Louvre, département des Arts de l’Islam)
Coordination : Emmanuel Marine (Bnu)

Visites commentées sur réservation (voir dates sur bnu.fr)
Entrée : 3€.

Crédits photographiques : © 2006 musée du Louvre / Claire Tabbagh



Citer ce billet
Térence Bui (2023, 28 avril). La céramique de Fustat, art de l’Islam en Egypte. Lieu de recherche : le carnet de la Bnu. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4br

Térence Bui

Administrateur technique

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search