Provenances des manuscrits issus de guenizot orientales à la Bnu de Strasbourg : une information fragmentaire

Communication présentée lors de la XIVe journée d’étude en paléographie et diplomatique hébraïques des étudiants de Judith Olszowy-Schlanger, le 14 novembre 2022, Salle Vasari, INHA à Paris.

 

Les Alsatiques c’est la documentation alsacienne, sur l’Alsace, sur son histoire, sa littérature etc. Le Patrimoine, ce sont les fonds anciens : les manuscrits, les incunables, les imprimés anciens, jusqu’aux documents précieux actuels, comme les livres d’artistes ou bibliophiliques, ou encore les fonds d’archives de personnalités (littéraires, scientifiques, politiques). Et dans ce patrimoine il y a aussi le patrimoine non-alsacien, non-rhénan, ou même extra-occidental, et donc oriental.

Si les fonds de papyrologie, de tablettes cunéiformes sont du ressort d’un autre service, les manuscrits et imprimés hébraïques, arabes, persans, sanscrits, autres de bien des origines sont gérée par le service Patrimoine et alsatiques. Nous avons heureusement l’appui des personnels scientifiques de l’Université de Strasbourg, toujours prêt à nous apporter leur aide. Il s’agit ici d’apporter quelques précisions sur la question des provenances.

L’incendie de la bibliothèque municipale par Charles Broutta, 1870

Il est important d’expliquer quelque peu ce qu’est la BNU de Strasbourg, pour ceux qui ne connaissent pas bien son histoire, car tout le propos en dépendra. Aux 16e, 17e et 18e s. et particulièrement au 19e, une université se crée progressivement à Strasbourg, accompagnée de sa bibliothèque qui peu à peu s’étoffe. Un bel ensemble, renommé, enrichi des saisies révolutionnaires, est réuni et logé dans une église ayant appartenu jadis à l’ordre des dominicains : aujourd’hui ce lieu est appelé le Temple Neuf.

En 1870, le 24 août, au tout début d’un bombardement intensif de Strasbourg par l’armée prussienne qui assiège la ville, un incendie détruit totalement cette bibliothèque, qui réunissait à la fois celle de la Ville de Strasbourg, enrichie par les confiscations révolutionnaires, et celle de l’ancienne université, dont presque toutes les collections étaient réunies à cet endroit.

En 1871-1872 le nouveau pouvoir impérial allemand procède à la création d’une université nouvelle et d’une bibliothèque du Land (le « Reichsland » Alsace-Lorraine) et de l’Université, sise à Strasbourg : la Kaiserliche Universitäts- und Landesbibliothek zu Strassburg (KULB).

De très gros moyens sont mobilisés pour cette université et pour la bibliothèque. Pour s’en faire une idée : en 48 ans devient la 3e bibliothèque de tout l’empire allemand ! C’est dire l’énormité des richesses accumulées : des collections exceptionnelles dans tous les domaines sont dérivées par tous les moyens vers Strasbourg, grâce à une campagne internationale, mondiale, d’incitation aux dons ou dépôts, et à un investissement phénoménal en moyens financiers.

Portrait de Julius Euting en Bédouin

Le premier directeur est Karl August Barack, auteur d’un appel retentissant pour la recréation d’une grande bibliothèque à Strasbourg. Mais il y a aussi une autre figure importante pour ce qui concerne notre sujet : celle de Julius Euting, bibliothécaire (et bientôt second directeur de la KULB) et grand spécialiste des langues sémitiques anciennes, contributeur au CIS (Corpus inscriptionum semiticarum), et fortement engagé dans ces recherches linguistiques alors en pleine expansion. Il est entouré d’autres personnes importantes pour ce domaine : citons Samuel Landauer, qui est responsable des fonds en hébreux à la KULB, rédacteur en 1881 du premier catalogue des manuscrits arabes, hébreux, turcs et persans de la collection, bibliothécaire et chercheur. Il y a aussi Theodor Nöldeke, pour l’arabe et autres langues sémitiques, à l’Université. Julius Euting s’illustre aussi parmi d’autres en effectuant des voyages de découverte et de recherches de documents dans le Proche Orient. Il en rapporte nombre d’estampages d’inscriptions, et des carnets de voyageur très intéressants.

Ces personnes sont actifs à l’université et collaborent au sein de réseaux internationaux. Ils sont en relation avec Carl Reinhardt, employé du consulat d’Allemagne en Egypte (on disait « drogman »), à partir de 1894, qui travaille au Consulat allemand au Caire, puis qui occupe, en 1899-1903, le poste de Consul à Bushire. Il meurt avant 1904. Il a joué un rôle d’intermédiaire pour des achats de manuscrits pour Strasbourg et Heidelberg. C’est sans doute lui qui a joué le plus grand rôle dans l’acheminement de manuscrits hébreux depuis l’Egypte à ce moment-là. Il procure en effet à la KULB de nombreux documents (manuscrits arabes, hébreux, zanzibarites, omanais, égyptiens). On le verra aussi procurer des fragments hébraïques, probablement de « la » Gueniza.

 

Mais l’histoire de notre bibliothèque et de ses collections est une histoire hachée : de 1871 à 1914, la période de la KULB, voit une activité bibliothéconomique très intense, et très orientée vers l’Orient parmi d’autres engagements forts. Le personnel a cependant aussi permis par son travail la création quasi ex-nihilo d’une grande bibliothèque encyclopédique. La guerre de 1914-1918 est une période compliquée, au cours de laquelle les personnels sont réduits et en proie à toutes sortes de nouvelles difficultés. En 1918-1919 s’effectue un retour au système français : les cadres allemands sont généralement expulsés sans ménagement comme le personnel scientifique de l’université, dans des conditions humiliantes. Il en résulte une rupture scientifique entre avant et après 1918, qui ne favorise pas la passation des dossiers et brise au moins partiellement les continuités. C’est dommageable particulièrement pour le domaine oriental, et les acquisitions de documents en provenance d’Orient cessent complètement. De 1919 à 1939, un nouveau fonctionnement de la bibliothèque est mis en place. Ernest Wickersheimer est le nouveau directeur, et s’occupe de cette transition, en signant le catalogue français des manuscrits orientaux (comme de tous les manuscrits de la Bnu, dans le cadre du CGM (volume 48). Il reprend en les synthétisant les données des catalogues précédents. Cette rupture historique a pu occasionner des non-passations de dossiers complexes, et des ensembles documentaires compliqués (comme des ensembles de fragments hébraïques par exemple) ont pu attendre leur traitement longtemps. Cette journée d’étude parisienne a donné de l’information sur d’autres cas de « boîtes » laissées pour compte un « certain » temps dans des bureaux de prestigieuses institutions.

En 1939 est décrétée l’évacuation complète des populations et de tout ce qui peut l’être en raison de la proximité du Rhin. L’université et la bibliothèque sont évacuées à Clermont-Ferrand. En 1940 : l’Alsace est annexée au 3e Reich : il s’en suit la récupération par les Allemands des fonds de la bibliothèque stockés en Auvergne puis, avec l’avancée des Alliés, une seconde évacuation de ces biens est organisée vers l’Allemagne, suivie d’un retour à Strasbourg en 1946. Là aussi ce sont des ruptures de continuité dans la gestion des fonds, accompagnées de pertes d’informations voire de pertes de documents.

Tout ceci explique je crois en partie la difficulté des recherches dans les référentiels existants, sans parler de la difficulté à exploiter les archives de l’établissement, pourtant bien conservées à la Bnu et signalées dans Calames pour la période de la KULB.

A la recherche des traces de provenance

Les cachets, les signes de dons, de dépôt et d’achats, les traces d’enregistrement, sont malheureusement presque les seuls éléments que nous puissions exploiter pour essayer de comprendre les provenances des documents. Ci-dessus : un panel de ce qu’on peut trouver.

Au milieu en bas : le cachet de la KULB, qui témoigne d’une entrée dans les collections avant 1918. Or tous les manuscrits dits de la gueniza du Caire sont entrés à la Bnu avant cette date. Ils n’ont par contre été réellement « gérés » que progressivement. C’est ce qui explique la présence d’autres cachets apposés sur ces documents : celui de la « Bibliothèque régionale et universitaire » de Strasbourg (à droite du cachet de la KULB), dénomination de la Bnu entre 1919 et 1926 ; ou celui de la « Bibliothèque nationale et universitaire », sa dénomination à partir de 1926. C’est bien une preuve que l’enregistrement de ces ensembles de fragments s’est étalé jusqu’au-delà de 1926. Indirectement cela confirme le fait que certains ensembles ont été « laissés de côté » et n’ont pas été traités avant la rupture de 1918, mais seulement bien après.

Au-dessus du cachet « régional », on trouve celui du « Thomas-Stift » : la fondation Saint-Thomas. Il signale que tel document a été acquis sur les crédits dévolus par la Fondation Saint-Thomas à l’achat de documents rares et précieux. C’est également une source d’information importante, ce qu’on verra par la suite.

D’autres éléments intéressants de ce point de vue sont les cotes. A l’époque du « Reichsland » la lettre de série « L » était celle de la série des manuscrits, devenue « MS » après 1918. On voit ce « L » sur l’étiquette de titre tout à droite, associée au seul fragment explicitement attribué par le bibliothécaire Landauer à la Gueniza du Caire. D’autres séries de fragments sont directement et uniquement cotés dans une série « MS », ce qui signifie là-aussi un traitement post-1919.

Il y a aussi d’étranges signes, accompagnant un numéro d’inventaire : soit un soulignement (comme le 175 qui figure vers le milieu de l’image) ou un signe ressemblant à un trait supérieur horizontal qui se termine par une barre verticale. Ceci est un code pour dire qu’il s’agit d’un don. Un autre signe, qui ne figure pas ici car il n’est pas repéré dans le corpus de fragments dits de la Gueniza du Caire, signifie un achat de la bibliothèque. C’est un soulignement précédé d’une barre verticale, donc l’inverse du signe de don. Les chiffres concernés reçoivent vers les registres d’inventaire (encore existants) de la KULB : celui des achats, des dons ou du dépôt de la Fondation Saint-Thomas.

 

A l’aide de ces signes, nous pouvons un peu avancer dans la question des provenances des manuscrits issus de « la » gueniza « du Caire ». Parmi les 23 ensembles de fragments considérés par la Bnu comme provenant de guenizot orientales un seul est clairement désigné comme provenant de la Gueniza du Caire, et ce n’est que « du déclaratif » comme on dit maintenant. Six autres sont attribués « très probablement » à la G du Caire ou à « la Gueniza », notamment par des érudits qui l’ont déterminé sur des critères internes aux documents, comme cette note que l’on voit sur l’image précédente, à gauche. Et les autres ? Eh bien l’information univoque manque, en tout cas pour l’instant.

Don numéro 17463 dans l’inventaire

Etudions quelques provenances : par exemple ce don numéro 17463. Ce chiffre renvoie dans l’inventaire des dons au libraire Fischl Hirsch de Francfort-sur-le-Main (voir ci-dessus). Ce libraire a aussi vendu à la KULB des ensembles de manuscrits et d’imprimés hébraïques occidentaux (et orientaux) mais apparemment a aussi fait ce don de 2 fragments. On lit ici « Moses b. Maimon, Morsch Nebohim, Frgment », et ; « Fragmente einer chald. Übers. vom Psalm 65, 66, 74- 75 ». Nous n’avons que la dernière provenance, et non une information sur la provenance originelle des documents. Mais cela signifie que Fischl Hirsch a participé à la dispersion des fragments hébraïques orientaux probablement issus entre autres de guenizot orientales. La date de cette inscription dans l’inventaire est : le 10 avril 1894. On est bien dans la période de dispersion de la Gueniza du Caire.

 

Notons au passage que Fischl Hirsch a vendu à la Fondation Saint-Thomas d’importants ensembles de manuscrits et d’imprimés hébraïques, occidentaux comme orientaux, comme en témoigne ce début de liste (ci-dessus). La KULB achetait plus par « lots » ou grands ensembles plutôt qu’à l’unité, ce qui explique sans doute la rapidité de l’accroissement de ses fonds.

Nous avons aussi le cas de fragments qui font partie du dépôt de la Fondation Saint-Thomas, sous le numéro 175. En se reportant sur le livre d’inventaire on trouve ce lot de documents. Même s’il est difficile de savoir dans cette liste quel est le document actuellement porteur de ce signe, on sait que le MS.4.058 a été acheté en 1884 auprès de Frutiger et Compagnie à Jérusalem. : « Eine Sammlung hebräische Manuscripte : Theile des Pentateuch mit Onkelos, in babylon. Punktation & arabischen Versen… » Suit une liste assez détaillée. A la ligne « d) » on lit « Einen grossen Anzahl Pergamentblättern … » et quelques précisions. Ce document est très composite et il est difficile de conclure sur cette description faite au moment de l’inventaire qu’il s’agit bien du même ensemble. La date d’inscription est cependant assez ancienne, pour ce qui concerne la période de dispersion de la Gueniza du Caire. Il s’agit alors peut-être d’un ensemble faussement attribué à la Gueniza du Caire. Mais au fait qui a donc créé la liste des documents que la fondation Friedberg a retenus comme se rattachant à la Gueniza du Caire ? Ce sont les experts associés au programme « Friedberg Geniza project » qui ont produit cette liste en se basant sur la connaissance qu’ils avaient de notre fonds de manuscrits hébraïques. Le catalogage fait par la Bnu ne mentionne qu’un seul ensemble lui appartenant « nommément », sur le mode « déclaratif ».

Le MS.4.065 acheté pour la fondation St-Thomas n’a pas été retenu par le projet Friedberg, sans doute parce qu’à l’examen il s’est avéré peu compatible avec la Gueniza du Caire. Cependant un savant : Alejandro Diez-Macho, a noté qu’il s’agissait d’un rare document babylonien, datable du 7e siècle, dont l’écriture est d’un type rarissime.

Il y a une autre hypothèse de provenances : Moses Wilhelm Shapira à Jérusalem ; ce personnage était bien connu de Julius Euting, qui a interféré dans l’affaire des falsifications mohabitiques de l’antiquaire. Comme il a été dit dans les échanges de cette journée d’études, les antiquaires et libraires se connaissaient bien et travaillaient en connaissance de cause sur ce marché international.

 

Extrait du Rashi Project

Des critères « internes » au document ont permis à des spécialistes d’attribuer à des manuscrits une provenance de gueniza. Celle du Caire ? Les manuscrits MS.4.104 et MS.4.109 ont été attribués à « la » Gueniza par Schlomo Pick. : A tentative Catalogue of Manuscripts of the Rashi Commentary to the Talmud : Rashi Project / The Institute for the research ot the Post Talmudic Literature, Bar-Ilan University, 1988, compiled and edited by Shlomo H. Pick and Sarah Munitz, p. 26.

Les collections papyrologiques de la Bnu comptent 9 fragments hébreux. Ils ont également été retenus par les spécialistes de Friedberg geniza project, mais dans le doute. En effet rien n’indique, sinon un état de délabrement très avancé, une origine liée à une gueniza. Ce petit ensemble 2 sur papyrus, 3 sur cuir, 2 sur parchemin et 2 sur papier. L’un d’entre eux est d’ailleurs plutôt musulman et arabe. Ces documents ont été mis sous verre et donc traités comme des « papyrus ». Ils résistent encore à la publication, malgré les efforts de certains chercheurs.

 

Un rouleau d’Esther, de provenance orientale ?

Les achats pour les collections papyrologiques de la KULB (et pour plusieurs autres collections allemandes) étaient gérées au sein d’une structure nommée Deutsches Papyruskartell, regroupement d’acheteurs de fragments de papyrus égyptiens, répartis à travers tout l’empire allemand. L’inventaire des pièces attribuées à Strasbourg par le Deutsches Papyruskartell ne dit rien quant à la provenance de ce petit ensemble. Mais sa source d’approvisionnement en papyrus était exclusivement l’Egypte. Il y a donc de fortes chances qu’au moins une certaine part de ces pièces a une provenance en lien avec une gueniza égyptienne. Les provenances de fragments papyrologiques mentionnées pour d’autres ensembles indiquent des antiquaires locaux égyptiens divers.

D’autre part, sur place : nombre de « dossiers » contiennent des transcriptions, des notes érudites, de collègues plus ou moins anciens et connus dans le milieu scientifique, et de transcriptions parfois anonymes de fragments. Les chercheurs qui utilisent la base Friedberg geniza project ont sans doute pu faire quelques découvertes ou travaux d’édition. On regrette cependant à la Bnu le manque d’information à ce sujet de la part de la structure.

 

Notre collection de fragments hébreux attribuables à des guenizot égyptiennes est visible non-seulement sur place à Strasbourg, mais aussi à distance, librement utilisable par tout un chacun à partir de deux bibliothèques virtuelles : Sur Numistral, la bibliothèque numérique de la Bnu et du site universitaire alsacien, et sur Gallica, qui héberge le contenu de Numistral.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 01/03/2023

    […] Provenances des manuscrits issus de guenizot orientales à la Bnu de Strasbourg : une informati…, par Daniel Bornemann, sur le carnet de la Bnu ; […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search