L’exposition sur les livres d’amitié présentée à Stuttgart

L’exposition sur les livres d’amitié présentée à la Bnu en 2016 est aujourd’hui exposée à la WLB de Stuttgart,

sous le titre Freunde sammeln/Collectioner les amis, dans une version adaptée.

 

Le programme des manifestations et conférences en lien avec l’exposition est disponible ici.

Qui se souvient encore des albums de poésie qui circulaient parmi les amies d’école, chargés de messages un peu convenus, de pensées éternelles et de dessins floraux ? En réalité, le genre des livres d’amitié est beaucoup plus ancien et trouve son origine au milieu du 16e siècle, à l’université de Wittenberg, dans l’entourage de Luther dont plus de 300 inscriptions personnelles sont conservées.

La pratique des livres d’amitié est d’abord attestée chez les étudiants qui gardent ainsi une trace des professeurs dont ils ont suivi les enseignements et se constituent, par la même occasion, une sorte de carnet d’adresse ou de recommandations. Progressivement, cette pratique circule dans la noblesse et les livres d’amitié s’ornent de nombreux blasons. Mais c’est sans doute au 18e que les livres d’amitié deviennent le vecteur et le témoin de relations amicales individualisées dans leur acception actuelle. Dans les milieux universitaires, les alba amicorum s’échangent cette fois-ci uniquement entre étudiants, sans la caution de l’autorité morale et intellectuelle des professeurs  et célèbrent à la fois le culte de l’amitié et les joies de la vie étudiante.

Après la Révolution, les inscriptions des livres d’amitié d’étudiants prennent souvent une tonalité plus politique. S’ils permettent aujourd’hui encore de mettre en valeur les réseaux d’amis et les affinités, y compris politiques, leur intérêt n’avait pas échappé à la censure de l’époque. A la suite des décrets de Carlsbad, édictés en 1819, qui censurent drastiquement la presse et musèlent la liberté d’expression, les albums des étudiants furent souvent utilisés par la police pour établir des listes de personnes recherchées. Ce dévoiement n’est pas étranger à la désaffection progressive des alba amicorum chez les étudiants.

Dans le courant du 19e siècle, la pratique des livres d’amitié se féminisera et les albums se couvriront de miniatures, broderies, passementerie ou encore cheveux tressés qui sont aujourd’hui autant de témoignages d’arts, considérés alors comme mineurs mais révélateurs d’une grande dextérité et finesse d’exécution.

Depuis des siècles, les livres d’amitié ont constitué un genre convoité par les collectionneurs et ils constituent aujourd’hui une source importante pour les historiens et les historiens d’art.

Pour en savoir plus :

Catalogues de l’exposition sur les livres d’amitié en français et en allemand

Les livres d’amitiés dans Calames, le catalogue des manuscrits des bibliothèques universitaires françaises

Les livres d’amitiés numérisés de la Bnu

Les livres d’amitié numérisés de la WLB

Notice wikipédia



Citer ce billet
Aude Therstappen (2023, 10 février). L’exposition sur les livres d’amitié présentée à Stuttgart. Lieu de recherche : le carnet de la Bnu. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4bd

Aude Therstappen

Directrice adjointe du pôle Services et collections

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search