Face au nazisme billet #11 – premier bilan

Au moment où les portes de l’exposition Face au nazisme se referment, il est temps de proposer un premier bilan de ce projet qui a été porté par l’UR Arche de l’Université de Strasbourg et par la Bnu durant plus de trois années avec le soutien outre du MESR, ministère de tutelle de la Bnu, de la Région Grand Est, de la Collectivité européenne d’Alsace (grâce aux Archives d’Alsace), de l’Idex de l’Université de Strasbourg, de la DRAC Grand Est, de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg ou des DNA.

L’exposition a attiré plus de 13 000 visiteurs, l’un des meilleurs chiffres de fréquentation de la Bnu pour une exposition depuis sa réouverture en novembre 2014. Ce chiffre confirme l’intérêt pour cette période et le sens particulier de la confrontation entre le nazisme et l’Alsace qui est toujours aussi prégnant à notre époque. Ce fort intérêt suscité par l’exposition permet d’atteindre l’un des principaux objectifs du projet : porter à la connaissance d’un vaste public, les dernières problématiques explorées par les historiens sur l’étude de la Seconde Guerre mondiale en Alsace. Le parcours proposé permet également de souligner quels sont les sujets qui restent sensibles, par exemple la question du rôle joué par certains milieux autonomistes qui a suscité des réactions du public. Les objets présentés ont également permis de montrer quels sont les enjeux qu’ils restent à explorer, quels sont les zones d’ombre qui mériteraient encore des études scientifiques et documentées. En effet, l’exposition a également eu pour objectif de présenter non seulement les sources présentes dans les collections de la Bnu : livres, affiches, tracts, journaux… mais aussi des extraits de sources présentes dans les services d’archives : Archives d’Alsace, ECPAD ou dans les fonds collectés par des associations comme MIRA (Mémoire des images réanimées d’Alsace).

Autre objectif fort du projet : l’accueil de groupes scolaires, plus de 1400 élèves du secondaire (collèges et lycées) ont pu être accueillis grâce au soutien des Archives d’Alsace et des services du Rectorat de Strasbourg qui ont œuvré à la préparation du dossier pédagogique et à la communication autour de l’exposition dans les établissements scolaires.

En outre, plus de 35% des visiteurs viennent de l’étranger, en particulier d’Allemagne où l’exposition a pu bénéficier de la communication autour de la thématique du Rhin porté par le réseau des musées des Trois pays (France-Allemagne-Suisse) porté par le Musée des Trois Pays de Lörrach.

La Bnu avec l’aide de ses partenaires a ainsi pu remplir l’un de ses missions principales : diffuser le savoir, faire connaître ses collections et susciter la réflexion, la mise à distance critique, le débat sur ces questions historiques qui trouvent aujourd’hui un écho renouvelé au moment où la guerre fait son retour sur le continent européen. Avec cette exposition, la bibliothèque remplit également son rôle au service de la cité, lieu de savoirs, elle est aussi un lieu qui donne à voir, un lieu qui permet non seulement d’apprendre mais aussi de comprendre. Non seulement, cela a été rendu possible par l’exposition elle-même, mais aussi par les conférences, les projections ou les tables rondes qui ont ponctué l’ensemble de l’événement entre septembre 2022 et janvier 2023.

L’exposition Face au nazisme : le cas alsacien a également suscité l’intérêt des médias puisqu’une dizaine d’articles de presse ont été consacrés à ce sujet dans les journaux ou les revues en France ou en Allemagne. France 3 Alsace a également consacré un numéro de son émission Gsuntheim au projet et le partenariat avec l’antenne local de la chaîne s’est également concrétisé par l’accueil de l’avant-première du documentaire Jeunesses volées de Nina Barbier à la Bnu à l’automne 2022.

La diffusion de la recherche s’appuie également sur la parution aux éditions de la Bnu du catalogue qui accompagne l’exposition qui permet de conserver une trace du parcours proposé mais aussi de faire connaître les travaux de chercheurs sur des sujets encore peu connus du grand public :

  • La situation politique en Alsace dans les années 1920 et 1930 : les liens d’une partie des autonomistes avec le national-socialisme / par Jérôme Schweitzer, conservateur à la Bnu
  • Victimes d’une politique antichrétienne radicale ? Prêtres, pasteurs et paroissiens alsaciens face au nazisme / par Theresa Ehret, doctorante en histoire contemporaine aux universités de Strasbourg et de Fribourg-en-Brisgau
  • « Éléments indésirables » : la répression des Tsiganes et des homosexuels en Alsace annexée / par Théophile Leroy, doctorant en histoire contemporaine à l’EHESS, et Frédéric Stroh, docteur en histoire contemporaine et chercheur associé de l’UR 3400 ARCHE de l’Université de Strasbourg
  • 1939-1945 : deux universités de Strasbourg pour quel lieu de mémoire ? / par Catherine Maurer, Professeure d’histoire contemporaine à l’Université de Strasbourg
  • Les Spoliations en Alsace annexée / par Jean-Marc Dreyfus, Professeur d’histoire contemporaine, Université de Manchester / Centre d’histoire de Science Po

Le projet se poursuit même après sa fermeture puisqu’il aura été l’occasion d’enrichir Wikipedia d’articles concernant l’Alsace durant son annexion de fait. Mais la Bnu a également développé dans le cadre de ce projet sa connaissance de la présence de fonds spoliés dans ses collections et de l’ampleur du travail à entreprendre pour non seulement signaler mais aussi envisager de restituer, lorsque cela est possible, ces multiples ouvrages. Le projet se poursuit aussi avec la diffusion sur Numistral des documents conservés à la Bnu, en particulier les numéros des Strassburger Neueste Nachrichten diffusées durant l’Annexion.

L’exposition a même suscité l’intérêt de partenaires allemands de la Bnu et pourrait bien être à nouveau montrée sous une autre forme prochainement, affaire à suivre.



Citer ce billet
Jérôme Schweitzer (2023, 12 janvier). Face au nazisme billet #11 – premier bilan. Lieu de recherche : le carnet de la Bnu. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4b9

Jérôme Schweitzer

Directeur du pôle Partage, diffusion et réseaux

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search