Bilan des projets wikimédiens | Billet #3 : Lingua Libre

Par Madeleine Hubert et Thomas Schuler.

Le bilan continue… Après un premier billet autour de Wikipédia et les campagnes #1lib1ref, un deuxième billet autour de la valorisation de données via Wikidata, le troisième, et dernier, est consacré à la plateforme Lingua Libre.

Donner sa voix à Lingue Libre

L’organisation des enregistrements et ses leçons.

La découverte de Lingua Libre a permis à la Bnu d’approcher différemment le patrimoine oral. Une action transversale avec le service de la médiation culturelle a permis au Lab d’expérimenter cette plateforme avec le public des Journées européennes du patrimoine (JEP) et les invitant à enregistrer quelques termes.

En septembre, le temps d’une journée, la régie de la bibliothèque s’est transformée en studio d’enregistrement : les visiteurs ont été encouragés à venir prononcer des mots de leur choix ou issus d’un catalogue préparé en amont par l’équipe du Lab.

Lingua Libre est une sonothèque et un outil d’enregistrement d’audios courts (terme, expression, concept…). À l’instar de ses plateformes sœurs (Wikimedia Commons, Wikipédia, Wiktionnaire…) le contenu est libre de droit et réutilisable. Après l’enregistrement, ces courts enregistrements peuvent être ajoutés dans l’article Wikipédia sur l’article « Bischwiller », dans le Wiktionnaire sur l’expression « les carottes sont cuites », dans Wikidata sur l’entité « école », mais également à l’extérieur.

Les leviers de motivation tournent autour des arguments suivants :

  1. Préserver un patrimoine oral pour les futures générations.
  2. Rendre plus accessible les termes présents dans Wikipédia et dans le Wiktionnaire (dans toutes les langues).
  3. Créer de ressources sonores pour la communauté de recherche : les linguistes, les développeurs en intelligence artificielle ou des moteurs de reconnaissance vocale par exemple.

Le rôle du Lab a été de coordonner l’atelier Lingua Libre, d’en faire sa promotion auprès des visiteurs et de réaliser un catalogue cohérent en proposant des termes francophones. Alors que la première édition, en 2021 s’est déroulée sur deux jours et a permis d’alimenter Lingua libre avec 435 termes par 56 locuteurs, l’édition 2022 a collectée en à peine une journée 312 termes répartis entre une trentaine de locuteurs.

Leçon n°1 : bien interpeller le public

Comment aborder les usagers de la Bnu pour les inciter à participer ? Il aura fallu un peu d’entrainement et la préparation en amont de son discours pour exposer les arguments nécessaires et convaincre les usagers de se prêter au jeu de l’enregistrement sonore. Un exercice d’autant plus stylistique que le public est hétéroclite et de tout âge, nécessitant une bonne dose d’improvisation et de répondant de la part des animateurs pour faire face aux réactions.

Les formules variaient mais la première interpellation ressemblait à « Bonjour, souhaitez-vous contribuer à Wikipédia avec votre voix ? ». Un raccourci qui permet d’obtenir l’attention de la personne en entendant le nom de Wikipédia puis d’embrayer sur la question du patrimoine oral avec l’outil Lingua Libre. L’illustration d’un cas concret est souvent plus parlante : un ordinateur prêt pour la démonstration est le bienvenu. Si l’intérêt se poursuit, des doutes sur les termes à prononcer se font sentir. Il est donc important de les dissiper rapidement et de proposer des mots via un catalogue réalisé en amont et de les compléter au fil de la discussion avec la locutrice ou le locuteur. L’argument de la contribution anonyme pouvait plaire aux plus réservés.

Leçon n°2 : s’ouvrir aux propositions

L’exercice semble simple et pourtant, les cas particuliers qui se sont présentés ont enrichi cette expérience. Nous présentons quelques cas marquants.

La participation des enfants : après les parents, les enfants avaient envie de prendre place dans le studio ! La perspective d’avoir des prononciations d’enfants nous a beaucoup plu et nous n’avons pas refusé leur enregistrement. L’outil ne permet pas de spécifier la tranche d’âge de la locutrice ou du locuteur, mais est-ce vraiment nécessaire ? Dans tous les cas, l’expérience était très amusante et a donné ce type de résultat :

« Bolognaise » | « Ornithorynque »

La participation d’un usager dont le français ne constitue pas la langue maternelle : un profil spécifique très intéressant et qu’il est possible de renseigner de manière complète dans Lingua Libre en indiquant une langue maternelle autre que le français. Nous trouvions cet aspect très riche d’un point de vue de l’apprentissage linguistique. Prenons l’exemple de cette personne dont la langue maternelle est le hongrois avec un bon niveau de français :

Profil de la locutrice | Prononciation de « Coloration de Gram »

L’enregistrement de termes fictifs : les romans regorgent de noms issus de l’imagination de leur auteur que nous lisons machinalement, mais qu’en est-il de leur prononciation ? Un usager s’est prêté au jeu de lire à voix haute des personnages et créatures fantastiques peuplant les romans d’Howard Phillips Lovecraft qu’il affectionne.

« Yog-Sothoth » | « Cthulhu »

Les ateliers Lingua Libre permettent de tisser un lien fort avec son public, de découvrir ses centres d’intérêts et de montrer que leurs passions (professionnelles ou personnelles) peuvent servir à la construction d’un patrimoine oral vivant.

 

Cap vers 2023…

Les actions sur les plateformes wikimédiennes vont se poursuivre au fil des idées et des rencontres. Nous pouvons néanmoins vous dévoiler quelques actions prévues en début d’année : une coopération avec le département Audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France (BnF) afin de valoriser ses fonds sonores et notamment les entretiens d’éditeurs phonographiques et de musique. L’équipe du Lab prévoit une session d’aide aux collègues pour créer et enrichir ces entités dans Wikidata (création de nouveaux labels, ajout de photographies libres de droit…). Ces entretiens seront ensuite mis en valeur dans Wikipédia à travers l’enrichissement des articles encyclopédiques sur les éditeurs et labels de musique concernés par le fonds.

  • Rencontres autour de l’édition phonographique, la collection sur Gallica.

Un intérêt sera également porté sur la valorisation des Stolpersteine de Strasbourg, pavés mémoriels installés dans les rues en mémoire des victimes du nazisme. L’objectif est similaire au projet évoqué précédemment : créer des entités détaillées dans Wikidata, accompagnées d’images en bonne qualité versées dans Wikimedia Commons. Cette action se fera par ailleurs dans la continuité du travail réalisé par le commissaire de l’exposition Face au nazisme : le cas alsacien.

Enfin, le Lab de la Bnu a la volonté de s’investir dans les réseaux locaux, d’offrir plus de visibilité aux actions de la bibliothèque dans la construction collaborative du savoir. Ce qui se traduit par donner de la visibilité à notre offre de service Rendez-vous avec un wikimédien ouvert à tous les usagers inscrits à la Bnu.

 

À travers ces différentes actions, une image différente de la bibliothèque est ainsi proposée : celle de participer aux ressources numériques disponibles en ligne, au-delà de ses murs et gravées dans la toile. Des prises de contact avec les contributeurs strasbourgeois aux projets wikimédiens est également l’un des objectifs de l’année à venir. Celle-ci sera par ailleurs marquée par la volonté d’offrir plus de visibilité aux activités de la Bnu dans la construction collaborative du savoir.



Citer ce billet
Madeleine Hubert (2022, 27 décembre). Bilan des projets wikimédiens | Billet #3 : Lingua Libre. Lieu de recherche : le carnet de la Bnu. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4b7

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search