La Revue de la BNU n° 26

Bagages d’artistes : carnets de notes, carnets de références, musées de papier

Quand on contemple une œuvre d’art, on ne pense pas (et c’est bien naturel) à toutes les étapes qui ont conduit au produit fini, ce chef-d’œuvre pictural qui trône dans les musées ou ce monument qui apparaît soudainement au coin de la rue. Et pourtant… Que serait notre connaissance de l’art sans les carnets d’artistes, là où ils ont griffonné, repris, là où ils ont collé des reproductions à ne pas oublier, écrit des citations à intégrer ou tout simplement tenu le journal de leurs influences ? C’est ce pan de la création que dévoile le numéro d’automne de La Revue de la BNU, un pan qu’on ne saurait qualifier d’obscur, car si les carnets d’artistes sont en général peu connus, ils regorgent de couleurs et d’une variété qui rend compte de toutes les facettes de l’inspiration et de la création.

En quelques mots

Griffonner dans un petit carnet, une activité qui peut donc avoir plus de signification qu’elle n’en a l’air… La Revue s’intéresse ici à toutes les formes d’art : architecture, peinture, sculpture, arts décoratifs, art du vitrail, et même critique d’art. Les auteurs de ce numéro, chacun à partir d’un exemple bien précis, ont voulu prendre le temps de réfléchir et de questionner la place que doivent prendre, dans la valorisation de notre patrimoine, ces objets modestes dans leur taille, mais qui sont parfois de véritables « musées de papier ». Le voyage s’opère, de l’Italie à la Bourgogne, de l’Auvergne à l’empire ottoman, de Cologne aux Amériques en passant par Paris, du 16e au 20e siècle, sous le regard des grands ancêtres sans lesquels notre connaissance du passé ne serait pas la même : songeons à ce que nous a appris, sur l’art du Moyen-Âge, le fameux carnet de Villard de Honnecourt…

Et parce que La Revue aime faire resurgir de l’ombre des inconnus (personnes ou documents) qui auraient pu être illustres, ce numéro vous convie à la découverte d’un des premiers photographes de nus, qui a exercé… à Strasbourg au tournant des 19e et 20e siècles, et a subi le sort de ces Allemands du Reichsland qui, parce qu’il ont travaillé dans une région qui n’existe plus, sont « passés sous les radars », comme on aime à dire aujourd’hui, des histoires nationales – un peu comme Fritz Beblo auquel nous rendons hommage en ce moment. Nous revenons ainsi à Strasbourg, où l’écrivain serbe Goran Petrovic, qui fut l’an dernier en résidence à la bibliothèque, tente dans un texte inédit de capturer une note de Mozart – lui aussi à la recherche de l’essence de l’art.

Plus d’informations.

 

 



Citer ce billet
Térence Bui (2022, 13 décembre). La Revue de la BNU n° 26. Lieu de recherche : le carnet de la Bnu. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4b4

Térence Bui

Administrateur technique

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search