Face au nazisme – billet #10 – Écrire l’histoire : la recherche historique en cours sur le national-socialisme

L’histoire n’est pas une science fixe, elle évolue et se renouvelle constamment. Sur le national-socialisme, la recherche est en pleine effervescence. Lorsque l’on voit la pluralité des ouvrages et reportages télévisuels sur le nazisme, on pourrait penser que tout a été fait et qu’on sait déjà tout sur ce phénomène et sa période. Cependant, énormément de choses restent à étudier, et chaque génération d’historien s’y attèle tout en répondant aux nouvelles questions historiographiques. C’est tout l’objet de cet article, faire une présentation des jeunes chercheurs et apprentis chercheurs en histoire qui contribuent à faire la lumière sur les divers aspects du phénomène national-socialiste. Cette activité historique montre particulièrement celle de l’université de Strasbourg d’où viennent les contributeurs présentés ci-après : ils sont en master, doctorants ou jeunes docteurs. Il est important de souligner que ce ne sont que des exemples, cette présentation n’est pas exhaustive de toute l’activité de la recherche sur le nazisme à l’Université de Strasbourg, tant par les jeunes ou apprentis chercheurs que par les chercheurs plus expérimentés.

Chacun des chercheurs présentés ont écrit eux-mêmes leur présentation dans le souhait de réellement leur donner la parole. Seules quelques modifications formelles ont été faites, ce qui explique les différences de style de rédaction.

Présentation des chercheurs et de leurs champs de recherche

Juliette Brangé, archéologue territoriale, Archéologie Alsace : « Histoire architecturale et fonctionnelle de l’ancien camp de Natzweiler-Struthof. Croisement des données archivistiques et archéologiques »

Diplômée du Master Archéologie de l’Europe Moyenne de l’université de Strasbourg depuis 2021, je travaille actuellement au sein d’Archéologie Alsace, établissement public acteur de l’archéologie territoriale.

Après une licence en archéologie réalisée à partir de 2016, j’ai entrepris un travail de master sous la direction de Jean-Jacques Schwien et Michaël Landolt portant sur l’évolution architecturale du camp de concentration de Natzweiler-Struthof depuis la période précédant sa construction jusqu’aux modifications mémorielles. La comparaison des données d’archives (photographies, plans et documents administratifs) avec des données archéologiques issues d’opérations menées depuis 2018 ont permis la réalisation de plans phasés illustrant les évolutions chronologiques de ce camp. Ce travail de master s’insère ainsi dans le développement de l’archéologie contemporaine en France depuis les 10 dernières années, permettant une approche interdisciplinaire et apportant de nouvelles problématiques à l’étude des conflits contemporains.

Dans la continuité de ce travail, un projet de thèse portant sur l’étude comparative des espaces industriels de camp de concentration est en cours d’élaboration.

La carrière du camp de Natzweiler-Struthof, aujourd’hui à l’abandon et recouverte par la végétation, se situe en dehors de l’espace mémoriel actuel (CERD), faisant ainsi de cet espace une véritable réserve archéologique. Une prospection (2020) ainsi qu’une campagne de fouille (2021) archéologique ont pu être réalisées sous ma direction. Ces deux premières opérations ont livré de nombreux résultats permettant de mieux appréhender l’organisation et la nature du travail forcé réalisé par les déportés d’abord à l’extraction de granite rose, puis au démontage de moteurs d’avions pour la firme Junkers. Ces recherches permettent également d’aborder les modes de constructions et la chronologie de ces aménagements depuis leur création jusqu’à leur réutilisation après-guerre.

Des recherches archéologiques ont également été amorcées au sein du camp principal (espace mémoriel actuel), permettant ainsi d’appréhender le quotidien des déportés via la fouille d’un dépotoir contenant 7 bouteillons (thermos pour les repas des déportés), mais également celui des prisonniers de la période pénitentiaire (1944-1949), via l’étude des graffitis de la baraque cellulaire.

La deuxième campagne de fouille au sein de la carrière aura lieu au mois d’août 2022.

Theresa Ehret, doctorante en histoire contemporaine en cotutelle de thèse franco-allemande à l’Université de Strasbourg (UR 3400 ARCHE) et à l’Albert-Ludwigs-Universität de Freiburg : « Prêtres, pasteurs et paroissiens en Alsace annexée par le régime nazi (1940-1944) »

Titulaire d’un examen d’Etat en histoire et en français pour le professorat de lycée, obtenu à l’université de Fribourg-en-Brisgau, je suis doctorante en cotutelle de thèse franco-allemande aux universités de Strasbourg et de Fribourg-en-Brisgau depuis 2019. Mon projet de thèse, menée sous la direction de Catherine Maurer et de Sylvia Paletschek, porte sur les interactions quotidiennes entre les « occupants » nazis et les « occupés » dans l’espace communal en Alsace annexée entre 1940 et 1944-45. La société alsacienne, libre et démocratique, a été transformée en « société annexée », les Alsaciens de souche étaient dès lors forcés à interagir dans la vie quotidienne avec les représentants du régime. Cette obligation d’interaction existait avant tout dans les communes, unités politiques de base. Dans une étude comparative de six communes alsaciennes est analysé comment les agents du régime ont établi leur domination, comment la population locale s’y adaptait et comment évoluaient les dynamiques sociales au sein de la « société annexée ». L’étude s’appuie sur des sources administratives dont des sources municipales jamais mises en valeur pour une étude scientifique. Des journaux privés sont mobilisés afin de retracer – dans la mesure du possible – les perspectives de la population occupée.

Geoffrey Koenig, doctorant en histoire contemporaine et chargé de cours à l’Université de Strasbourg, chercheur associé au Service historique de la Défense : « “Sieg um jeden Preis”. La ténacité de l’armée allemande et l’idéologie nazie sur le front de l’Ouest à la fin de la Seconde Guerre mondiale (juin 1944 – mai 1945) »

Après avoir obtenu l’agrégation d’histoire, j’ai débuté une thèse sous la direction de Catherine Maurer et de Johann Chapoutot qui porte sur l’idéologie nazie et l’armée allemande sur le front de l’Ouest (juin 1944 – mai 1945). Je suis également l’auteur de « L’armée tiendra jusqu’au dernier ». L’armée allemande dans la poche de Colmar (novembre 1944 – février 1945), L’Harmattan (Paris), 2020.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale et alors que la défaite semble inévitable, la Wehrmacht s’est battue avec une intensité décuplée même à l’Ouest. Cette ténacité a fait l’objet de nombreuses explications, insistant tour à tour sur la solidarité entre les soldats, sur la coercition, sur l’endoctrinement ou encore sur les stratégies individuelles. Toutes ont posé la question fondamentale de savoir dans quelle mesure l’idéologie nazie avait ou non été un motif expliquant la prolongation du conflit. Si un schéma multifactoriel combinant des facteurs institutionnels, sociaux, culturels et individuels est à privilégier, il reste que la question du nazisme dans la conduite de la guerre reste en suspens, principalement parce qu’elle a été mal posée. À la question de savoir si l’armée allemande a « tenu » parce qu’il s’agissait d’une armée fanatisée et contrôlée par le régime nazi, nous préférons nous demander quelle a été la place du nazisme dans la manière dont la guerre a été conduite et quelles en ont été les conséquences sur le front de l’Ouest.

Front de l’Ouest, grenadiers près d’Aix-la-Chapelle ; décembre 1944, Bundesarchiv, Bild 183-J28344 / CC-BY-SA 3.0

Catherine Kost, professeure agrégée d’Histoire : « La propagande des autorités nationales-socialistes en Alsace (juin 1940-mars 1945) »

Après trois années en classe préparatoire littéraire, j’ai rejoint la faculté des Sciences historiques de Strasbourg où j’ai pu achever ma licence d’Histoire, réaliser un master de recherche en « Histoire des mondes germaniques » puis préparer les concours de recrutement de l’Éducation nationale.

Dans le cadre de mon master recherche réalisé sous la direction de Catherine Maurer, j’ai choisi d’analyser la propagande mise en place par les autorités nationales-socialistes en Alsace entre juin 1940 et mars 1945. Le but de mon travail a ainsi été de mettre en lumière les spécificités de cette propagande dont l’objectif, au moment de l’annexion de fait, était de germaniser et nazifier la population alsacienne le plus rapidement possible.

Cette conquête idéologique débuta dès l’été 1940 par une vaste opération de séduction spécialement conçue pour la population alsacienne dans le but de la rallier sans attendre aux idées du Troisième Reich. A partir de l’automne 1940 et de l’introduction des structures officielles du NSDAP, la propagande constitua alors le support incontestable de la politique de germanisation et de nazification menée en Alsace annexée : de manière directe ou indirecte la propagande nationale-socialiste chercha ainsi à influer sur ses cibles dans tous les aspects de leur vie quotidienne.

A partir de l’été 1942, la propagande nationale-socialiste connut son premier échec manifeste en Alsace et fut de plus en plus marquée par les revers militaires de l’Allemagne sur les différents fronts. En effet, à partir de là, les spécificités de la propagande nationale-socialiste mise en place en Alsace s’atténuèrent considérablement. Il ne s’agissait plus d’endoctriner la population alsacienne mais – comme dans le reste du Reich – de la mobiliser au profit de la guerre totale menée par l’Allemagne à partir de février 1943, et ce par tous les moyens.

 
Bogislav Groos, Gaustraßensammlung am Oberrhein – 4.-5. Januar 1941 im Kriegs-WHW [Collecte de rue du Gau dans le Rhin supérieur, campagne des 4 et 5 janvier 1941 dans le cadre du Secours allemand d’hiver], Heidelberg : Druckerei Winter, 1941 – affiche, Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, M.AFFICHE.378 
Nicolas Laugel, Master 2 – Histoire et civilisations de l’Europe : « Les Juifs de Haguenau après la Shoah »

Après avoir commencé à travailler sur les Juifs d’Alsace dans l’immédiat après-guerre (1945-1950) en troisième année de licence, j’ai poursuivi mes recherches dans le cadre d’un master à l’Université de Strasbourg. Actuellement en master 2, je rédige, sous la direction d’Audrey Kichelewski, un mémoire sur les Juifs de Haguenau après la Shoah. Si mes recherches ne portent pas directement sur le national-socialisme, mon sujet m’a inévitablement conduit à m’y intéresser, notamment à travers le prisme de la spoliation des biens juifs en Alsace annexée.

Nous comptons de nombreuses études sur la spoliation des biens juifs en France et en Europe, tant à l’échelle nationale que locale, mais disposons de peu de travaux sur l’Alsace. Dès leur arrivée, les Nazis mirent en place une politique de germanisation et de nazification complètement indépendante de la politique d’occupation menée pour le reste du territoire. L’objectif de ce travail était donc de montrer pourquoi et comment ces politiques furent mises en place, comment elles furent exécutées, à qui elles bénéficièrent et quelles furent les spécificités de “l’aryanisation économique” en Alsace annexée. Il ressort de cette petite étude que les spoliations demeurèrent locales dans la mesure où les voisins furent largement les bénéficiaires de la spoliation des biens juifs. La vente de ces biens, à bas prix, constitua une source importante de revenus et permit au régime nazi d’asseoir son emprise économique sur le territoire tout en s’attirant les faveurs des Alsaciens restés sur place. Cette petite étude, réalisée à l’échelle locale, permet ainsi de confirmer les hypothèses déjà émises, mais surtout, grâce à un exemple concret, d’affiner notre connaissance de la mise en œuvre de ces spoliations en Alsace annexée.

Pierre Lo-Vecchio, professeur certifié d’Histoire-Géographie : « Markirch, l’histoire d’un camp annexe intégré dans un réseau marqué par des dynamiques de fortes mobilités (mars-octobre 1944) »

Après un premier master d’enseignement suivi de 2010 à 2012 dont le sujet de mémoire portait sur « Sainte-Marie-aux-Mines pendant l’occupation allemande (1940-1944 » sous la direction de Jean-Noël Grandhomme, j’ai obtenu le CAPES d’histoire-géographie en 2012. Actuellement enseignant à lycée Ribeaupierre de Ribeauvillé (68), j’ai également débuté un master 2 en « Histoire des mondes germaniques » en septembre 2021 aux côtés de Mme Catherine Maurer. Ce travail est intitulé : « Markirch, l’histoire d’un camp annexe intégré dans un réseau marqué par des dynamiques de fortes mobilités (mars-octobre 1944) »

Ce travail propose d’étudier les mouvements des détenus et la mise en réseau du camp de Markirch (une annexe alsacienne du KL-Natzweiler) dans l’univers concentrationnaire, de mars à octobre 1944. Les camps de concentration annexes alsaciens et lorrains sont très peu présents dans l’historiographie française et il semble nécessaire d’enfin les historiciser pour en faire de véritables objets d’étude scientifique. Se les approprier, c’est se donner la possibilité de les inscrire dans de nouveaux champs de recherche à dimension multiscalaire, dont l’histoire est locale, nationale et transnationale. Dans ce mémoire de recherche, Markirch est alors abordé comme un objet d’étude à part entière, et non à travers le prisme de son camp souche. L’intérêt de l’étude de ce camp annexe est de mettre en évidence des liens et des dynamiques particuliers entre Markirch et d’autres camps de concentration, de questionner les allers et venues des prisonniers qui peuvent sembler à première vue aléatoires. Cependant, les camps annexes alsaciens et lorrains sont des objets singuliers et apparaissent pour la plupart dans un contexte de réorganisation de l’industrie de guerre à partir de mars 1944 : les transferts de détenus répondent à un certain pragmatisme et à des logiques précises. Notre travail ambitionne alors de mieux faire comprendre les différentes étapes de la vie du camp annexe et donner du sens à son histoire, à travers l’étude fine des mouvements des détenus. Ce travail de recherche a été rendu possible grâce aux nombreux documents retrouvés dans les archives numérisées de Bad Arolsen. Nous avons mis à jour une grande quantité de listes et de documents administratifs. Enfin, nous avons pu travailler à l’échelle des individus grâce à la récupération systématique des documents personnels des détenus passés par Markirch, nous renseignant encore davantage sur leur parcours concentrationnaire.

Théo Mertz, Master 1 – Histoire des mondes germaniques : « Détenus fonctionnels et hiérarchie interne des camps de concentration nationaux-socialistes. Le cas de Wilhelm Behnke (1914-1979), détenu communiste des camps de Sachsenhausen, Natzweiler et Dachau »

Après une licence d’Histoire validée en juin 2021 à l’Université de Strasbourg, je suis entré en Master d’ « Histoire des mondes germaniques ». Après ce que j’appelle un « faux départ », j’ai décidé de repartir de 0 en décembre 2021 aux côtés de la Professeure Catherine Maurer sur un sujet en lien avec le national-socialisme. C’est à partir d’une proposition de sujet de la part du CERD qui a été discutée et affinée avec l’aide de l’historien du Struthof, Robert Steegmann, que je suis arrivé à ce sujet.

J’ai donc décidé de me concentrer sur le parcours d’un détenu en particulier, celui de Wilhelm Behnke, un détenu communiste. Son parcours carcéral est long et très intéressant. Il a débuté dans les prisons allemandes de 1933 à 1938 avant d’être transféré au camp de Sachsenhausen. Avec l’ouverture du camp de Natzweiler en 1941 et les besoins humains de ce nouveau camp, des détenus de Sachsenhausen  y ont été transférés et il a fait partie du premier convoi. Il est resté à Natzweiler durant toute l’existence du camp, jusqu’à son évacuation en septembre 1944 où il a été transféré à Dachau avant d’être incorporé de force dans l’unité SS-Dirlewanger, d’où il s’est rapidement échappé d’ailleurs. Durant son long parcours, il a été nommé de nombreuses fois à des postes de « détenus fonctionnels » (kapos) et il a pu atteindre le statut de Lagerälteste (doyen du camp) à Natzweiler en 1944. L’étude de son parcours est un moyen de produire une première analyse sur les détenus fonctionnels et la hiérarchie interne des différents camps où il a été, avec une attention particulière à Natzweiler par la durée et la diversité de son parcours là-bas.

Frédéric Stroh, docteur en Histoire contemporaine, chercheur associé à l’UR 3400 ARCHE, documentariste : « La répression de l’homosexualité en Alsace annexée »

Docteur en Histoire contemporaine, chercheur associé au laboratoire ARCHE de l’Université de Strasbourg et documentariste, je mène actuellement un projet de recherche pour le Ministère de la Culture sarrois sur l’homosexualité en Sarre (1933-1994). J’ai notamment publié Les Malgré-nous de Torgau. Des insoumis alsaciens et mosellans face à la justice militaire nazie en 2006, co-édité L’incorporation de force dans les territoires annexés par le IIIe Reich aux PUS en 2016 et dirigé le dossier « Les homosexualités en Allemagne (XIXe-XXIe siècles) : un “Sonderweg” ? » pour la Revue d’Allemagne, 53-2/2021. Voir : www.frederic-stroh.eu

Les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes font partie de ces groupes de victime de l’annexion longtemps délaissés par la mémoire régionale et l’historiographie, bien qu’ils soient régulièrement évoqués dans le débat public national. Ma thèse en histoire contemporaine, soutenue à l’Université de Strasbourg en 2018, cherchait à travers une comparaison entre les cas badois et alsacien à établir dans quelle mesure la répression judiciaire qui s’était abattue sur les homosexuels dans l’Allemagne national-socialiste avait également été appliquée en territoire annexé à partir de l’été 1940.

Il s’avère que la répression de l’homosexualité y a été progressive et a pris des formes plus variées qu’outre-Rhin, tantôt moins brutales, tantôt plus radicales. Le droit pénal français, qui ne pénalisait pas les actes homosexuels, a été maintenu en vigueur jusqu’en février 1942 et la répression était alors principalement extra-judiciaire : listage et expulsion en France non annexée, internement au « camp de rééducation » de Schirmeck. À partir de janvier 1941, la législation allemande anti-homosexuelle a été introduite en Alsace et la répression s’est également faite judiciaire. Au moins 54 hommes, dont 80 % nés en Alsace, ont été condamnés par le Landgericht de Strasbourg pour « débauche contre nature » à des peines généralement plus lourdes qu’en Allemagne, et ce avec la participation de magistrats alsaciens. Rares en revanche sont ceux à avoir été déportés en camps de concentration. Au moins 371 personnes ont été arrêtées pour homosexualité en Alsace durant l’annexion.

Après la guerre, ces condamnations judiciaires, pourtant illégales, ont été confirmées par la justice française et il a fallu attendre la fin des années 1980 pour que l’État se mette à reconnaître les Alsaciens réprimés pour homosexualité durant l’annexion comme des victimes du nazisme.

 



Citer ce billet
tmertz (2022, 22 août). Face au nazisme – billet #10 – Écrire l’histoire : la recherche historique en cours sur le national-socialisme. Lieu de recherche : le carnet de la Bnu. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4ak

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search