La Bnu participe à l’écosystème de l’atelier de la donnée ADELE Helpdesk

Madeleine Hubert, Lab manager, présente une collaboration réussie entre des acteurs de sites et notamment l’unistra qui est parvenue à faire labelliser le projet ADELE Helpdesk auprès du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MESR).

Ce vendredi 8 juillet 2022 à Paris, la plateforme nationale Recherche Data Gouv (RDG) a été inaugurée par Sylvie Retailleau, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche.

Pour la communauté scientifique et les professionnels de l’information scientifique et technique, ce lancement donne lieu à deux changements dans leur pratique quotidienne :

  • premièrement, l’arrivée opérationnelle d’un nouvel entrepôt générique au niveau national dans lequel publier ses jeux de données produits dans le cadre d’une recherche et
  • deuxièmement, la cristallisation d’un écosystème autour du partage et de l’ouverture des données de recherche qui se traduit concrètement par l’identification d’institutions prêtes à soutenir la recherche sous l’angle de la science ouverte.

L’outil RDG s’intègre dans le paysage des plateformes de diffusion de la littérature scientifique indispensables pour la communauté de recherche. Il vient en complément aux entrepôts institutionnels ou thématiques existants. La Bibliothèque nationale et universitaire est impliquée dans le volet écosystème en étant un acteur encourageant largement le partage et l’ouverture des données dans un contexte favorable à la science ouverte.

Brièvement pour revenir sur cette dernière notion et la contextualiser au niveau national : la science ouverte (SO) est un mouvement international dont l’objectif est la diffusion sans entraves des résultats, des méthodes et des produits de la recherche scientifique (code, logiciel, article scientifique, donnée de la recherche, revue, poster, data-paper…). L’enjeu est de conserver la maîtrise des résultats produits, surtout lorsque la recherche est financée par des fonds publics. (Source : Ouvrir la Science – Bibliothèque de la science ouverte)

En France, elle se traduit, entre-autres, par ces étapes majeures :

  • l’inscription d’une loi pour la République numérique proposée par la secrétaire d’État au numérique, Axelle Lemaire en octobre 2016.
  • un plan national pour la SO en 2018 initié par la ministre du MESRI, Frédérique Vidal et prolongé par le deuxième plan (PNSO2 / 2021-2024) visant la généralisation de la SO en France.
  • la formation d’un Comité pour la Science Ouverte (COSO) rassemblant ministère et établissements de recherche et d’enseignement supérieur ainsi que la communauté scientifique qui instruit ses sujets.

En parallèle de ses mesures stratégiques, s’est construit un écosystème rassemblant différents acteurs pour parvenir à faire une science plus transparente et des documents conformes aux principes FAIR (Facilement trouvables, Accessibles, Interopérables et Réutilisables).

Cette brique est indispensable pour répondre aux défis de la gestion des données : collecte, traitement, analyse, sauvegarde, réutilisation… autant d’activités qui peuvent s’avérer complexes pour les équipes de recherche. L’écosystème soutient la communauté scientifique et se compose des acteurs suivants :

  • les ateliers de la donnée (ADLD) qui sont des acteurs de proximité apportant une première expertise et un soutien aux chercheurs sur le terrain,
  • les centres thématiques sont les champions dans leur discipline et diffusent les bonnes pratiques et standards au niveau du traitement des données dans leur domaines scientifiques respectifs et
  • les centres de ressources qui accompagnent l’écosystème par des services en lignes et des formations.

Pour découvrir et en savoir plus sur les membres de l’écosystème, consultez le le site officiel ; https://recherche.data.gouv.fr/

 

Cette ambition ministérielle impacte la bibliothèque présente dans cet écosystème. En effet, l’Université de Strasbourg (Unistra), l’Université de Haute-Alsace (UHA), l’Institut national des sciences appliquées (INSA), la Maison interuniversitaire des sciences de l’homme (MISHA) et la Bnu forment ensemble un atelier de la donnée baptisé : ADELE Helpdesk. L’Unistra, porteuse du projet, a déployé une énergie incroyable qui a fortement contribué à la labellisation officielle de cet atelier auprès du Ministère. Les chercheurs du site universitaire peuvent dès à présent contacter l’équipe du projet via cette adresse mail unique : adele_helpdesk@groupes.renater.fr. Pour parfaire leur information, le site scienceouverte.unistra documente tous les aspects de la science ouverte à l’université de Strasbourg.

Au sein de l’équipe ADELE Helpdesk, vos interlocuteurs à la Bnu :

  • Arthur Brody, Jeanne Flamant et Madeleine Hubert sur le conseil de développement des bases de données et applications web,
  • Perrine Hamann, Rémi Meunier, Thomas Schuler et Madeleine Hubert sur les formations de la donnée relatives aux thématiques suivantes : valorisation à travers des plateformes wiki, structuration des métadonnées, compréhension des licences, exploitation du standard 3if et sensibilisation à l’outil RDG.
  • Sans oublier au niveau de la gouvernance d’ADELE : François Quéré au Comité de pilotage et Elise Girold dans le Groupe de travail Communications.

La bibliothèque se félicite de cette occasion de resserrer les liens avec ses partenaires de sites et d’en découvrir des nouveaux grâce à cette belle initiative.

Liens utiles


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search