Face au nazisme – billet #9 – Les Stolpersteine : outils de la mémoire

Introduction : qu’est-ce qu’une Stolpersteine ?

Le terme Stolpersteine est le pluriel de Stolperstein, un mot d’origine allemande qui signifie littéralement « pierre qui fait trébucher ». C’est un pavé en béton de dimensions 96x96x100 mm qui est scellé dans le sol, et dont la face supérieure est recouverte d’une plaque de laiton gravée mentionnant un individu, une famille ou un groupe de personnes victimes des crimes nationaux-socialistes. Elles servent à rappeler la mémoire d’une personne persécutée, arrêtée, torturée, déportée et assassinée en camp de concentration pour ce qu’elle était ; la plupart commémorent des personnes juives victimes de la Shoah.


Stolperstein de l’artiste Gunter Demnig. Exposé à l’EL-DE-Haus de Cologne. En mémoire de Johanna Messer, née le 9/09/1886 à Moritzfelde près de Posen. Déportée de Berlin le 25 janvier 1942 avec le 10e “convoi vers l’Est” dans le Ghetto de Riga.© 1971markus@wikipedia.de

1. Histoire et développement des Stolpersteine

Le concept de Stolpersteine a été créé par Gunter Demnig. Ce Berlinois né en 1947 a obtenu une formation de design industriel après des études d’art. Au début des années 1990, il est chargé d’un projet de commémoration de la déportation des Roms de la région de Cologne. Ce projet le conduit à la création, en 1993, des Stolpersteine. La première pose de pierre se déroule en 1995 en Allemagne où l’idée de cette pierre de mémoire séduit et se développe rapidement. Les pavés sont fabriqués dans la banlieue berlinoise par Michael Friedrichs-Friedlander, un sculpteur allemand né à Munich. Son atelier parvient à produire jusqu’à 450 pierres par mois. En 2021, la majorité des Stolpersteine posée le sont en Allemagne dans plus de 350 communes. À Berlin, par exemple, 6000 pierres sont posées pour 50 000 déportés ; à Hambourg, c’est 5000 pierres pour 10 000 déportés.

Les Stolpersteine sont principalement installées sur le trottoir, renforçant l’empreinte mémorielle car c’est un objet visible par tous. Cette empreinte se renforce par la possibilité à tous de s’impliquer dans ces projets par le soutien voire l’initiative de la pose de ces pavés. L’association Stolpersteine 67 résumait cela sur un panneau d’exposition en disant que « les Stolpersteine, dans leur ensemble, constituent le plus important monument délocalisé de la Shoah et de la déportation en général ».

Pour poser une Stolpersteine, il faut suivre plusieurs étapes qui sont les mêmes pour tous les lieux. Tout d’abord, il est nécessaire d’obtenir une autorisation de la mairie. Il faut ensuite choisir l’inscription sur la pierre, définir un rendez-vous pour la pose et effectuer la pose. Une Stolpersteine coute 135€ hors frais de déplacement et de logement de Gunter Demnig, ce dernier peut également faire une petite conférence si souhaité.

Pour les lieux chargés de cette mémoire qui nécessiteraient de trop nombreuses pierres, une alternative a été trouvée, celle des Stolperschwellen. Traduit par « seuil trébuchant » ou « traverses d’achoppement », ce sont des pavés de 96 mm de large mais allant jusqu’à un mètre de long avec jusqu’à 6 lignes de texte. Elles permettent de rendre un hommage plus large là où des centaines voire des milliers de Stolperseine auraient été nécessaires.

Exemples de Stolpersteine à Salzbourg (Autriche). © 1971markus@wikipedia.de

2. Le développement des Stolpersteine en Europe et à l’international

Rapidement, l’installation des Stolpersteine dépasse les frontières allemandes et de nouvelles villes européennes accueillent ces nouveaux pavés de mémoire. Dès 1997, les premières pierres sont posées en Autriche. En 2007, ce sont les Pays-Bas et la Hongrie qui posent leurs premières Stolpersteine, suivies de la République Tchèque (2008), la Belgique (2009), la Grèce (2016), et le premiers pays extra-européen à accueillir des Stolpersteine est l’Argentine en 2017. La France accueille ses premiers pavés de mémoire en 2013 en Vendée. Les premières poses sont rarement les seules. Fin 2021, plus de 85 000 Stolpersteine ont été posées dans 26 pays européens. L’Autriche en possède dans 25 villes et les Pays-Bas dans plus de 120. Seule la Pologne est encore timide avec moins de 10 villes qui en possèdent du fait d’un antisémitisme persistant assez fort et de ses relations difficiles avec son passé. Dès son invention, le concept mémoriel des Stolpersteine s’est revêtu d’un caractère international même si très largement européen.

3. France et Alsace : un développement à deux vitesses

La France est arrivée tardivement dans la liste des pays ayant installé des Stolpersteine. Une initiative locale a voulu installer les premières à La Baule (Loire-Atlantique) en 2011, mais la municipalité a répondu d’un refus brutal déstabilisant pour les acteurs de  cette entreprise mémorielle. C’est donc en 2013 que les premiers pavés sont posés dans sept communes de Vendée à la suite d’une initiative venue de Hambourg. Ensuite, la diffusion des pavés est lente car, en 2017, seuls 35 Stolpersteine ont été posées. Plus récemment, le développement des Stolpersteine s’est accentué avec 13 nouvelles communes qui ont vu la pose de pavés en 2021. Sur ces communes, 9 sont en Alsace dont 8 dans le Bas-Rhin. D’autres poses ont eu lieu en 2022 et selon les projections faites en 2021 pour 2022 et 2023 : 28 nouvelles communes devraient voir la pose de nouvelles pierres en France dont 13 en Alsace. Les départements alsaciens, par le biais des associations mémorielles, sont moteurs dans le développement des Stolpersteine. Si les projections de 2022-2023 sont respectées, il y aura 41 nouvelles communes françaises dotées de Stolpersteine entre 2021 et 2023 dont 22 en Alsace soit plus de la moitié. L’Alsace rattrape donc très largement son retard car si c’est en 2013 que le premier pavé français a été posé, ce n’est qu’en 2019 que l’Alsace a vu ses premiers arriver à Herrlisheim-près-Colmar, Muttersholtz et Strasbourg. Les chiffres donnés ici correspondent aux communes et non au nombre de Stolpersteine posées. Il est à souligner que les villes qui autorisent la pose de ces pavés ne le font rarement qu’une seule fois et que toutes ne sont pas posées d’un coup. C’est ainsi qu’à Strasbourg, des poses régulières ont lieu depuis 2019 : la dernière a eu lieu, il y quelques jours Avenue de la Marseillaise. Ces poses sont aussi possibles grâce aux initiatives personnelles ou associatives particulièrement actives en Alsace, à l’instar de l’association Stolpersteine 67.

Exemple de Stolperstein , 5 rue des Cordonniers à Strasbourg le 12 mai 2019. CC-BY-SA-4.0

4. L’association Stolpersteine 67

L’association Stolpersteine 67 est une association de droit local à but non lucratif créée en 2019. Selon son site internet, sa mission est de « maintenir le souvenir de la présence dans nos villes des déportés et victimes du nazisme, à travers la pose de Stolpersteine, les recherches biographiques dans les services d’archives et le projet pédagogique qu’elle rend possible ». Ses activités sont donc en lien avec ces objectifs : promotion de la pose de Stolpersteine auprès du public et des collectivités locales, organisation des recherches historiques, liens avec les autorités locales compétentes et avec Gunter Demnig pour la pose des pavés, entretien des pierres et organisation des événements liés. C’est grâce à cette association que la pose des premières Stolpersteine à Strasbourg a été rendue possible et que leur développement est si fort avec plusieurs poses annuelles. L’une des dernières a eu lieu le lundi 9 mai 2022 accompagnée d’une cérémonie officielle avec la maire de Strasbourg, Jeanne Barseghian. Cette association œuvre donc fortement au développement des Stolpersteine, mais aussi à toute la médiation qu’il y a autour, par la promotion de ces pavés ainsi que l’explication du travail de recherche nécessaire au préalable à toute pose.

Cette association est très implantée et active sur Strasbourg et alentours, elle n’est pas la seule à l’origine d’initiatives de poses de ces pavés en Alsace, particulièrement hors Eurométropole.

Une vidéo publiée par des membres de cette association explique leur démarche.

Conclusion : la mémoire visible et accessible à tous

Les Stolpersteine se sont donc imposées comme des objets de mémoire au même titre qu’un monument ou qu’un mémorial. Leur originalité est dans leur taille et leur accessibilité au public. Ce sont aussi des pavés qui s’intègrent parfaitement dans leur environnement, à en devenir presque invisibles. Ils rendent possible la transmission de la mémoire des victimes du national-socialisme envers un public extrêmement large car tout le monde peut trouver ces pavés, les observer, les prendre en photo, etc. Il n’y a aucune restriction d’âge ou de catégorie socio-professionnelle, ils sont accessibles à tous. Leur facilité d’accès et de compréhension facilitent leur démocratisation, et par là la démocratisation de la mémoire du national-socialisme auprès de tous.

Cet objet si particulier de la mémoire sera mis en valeur dans le parcours de l’exposition qui se tiendra du 15 septembre 2022 au 13 janvier 2023.



Citer ce billet
tmertz (2022, 21 juillet). Face au nazisme – billet #9 – Les Stolpersteine : outils de la mémoire. Lieu de recherche : le carnet de la Bnu. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4ai

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Sauf à méconnaitre l´Histoire des Stolpersteine en Alsace, il est particulièrement malhonnête de taire un des acteurs majeurs en Alsace, Christophe Woehrle et son association Stolpersteine en France. Je ne tiens pas de compte, mais il a posé plus d´une centaine de pavés de mémoire en Alsace.

    • Je vous remercie pour cette précision, le but de cet article n’est pas de viser l’exhaustivité sur la question des stolpersteine en France. C’est une information importante néanmoins, http://stolpersteine.fr/. Dans le cadre de l’exposition Face au nazisme, nous avons été en relation avec l’association Stolpersteine 67 mais il est important de souligner qu’elle ne concentre pas l’ensemble des actions sur cette question en Alsace.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search