Une prochaine exposition à la Bnu : Fritz Beblo, un architecte à Strasbourg (1903-1919). Réinventer la tradition (22 octobre 2022 – 14 janvier 2023)

Fritz Beblo (1872-1947)

Fritz Beblo (1872-1947) a marqué comme peu d’architectes la ville de Strasbourg. Tout d’abord, par les nombreuses constructions édifiées durant sa longue période à la tête du service d’architecture (1903-1918) : les Bains municipaux, les écoles de Saint-Thomas et de la Musau, le cimetière Nord… Entouré d’un cercle de collaborateurs qui partageaient ses opinions, visant à concilier une architecture moderne avec un souci pour la préservation de la structure urbaine façonnée par l’histoire, il fut un des protagonistes du courant « Heimatschutz » (littéralement : protection de la petite patrie). Après son expulsion suite à la Première Guerre mondiale, il a laissé derrière lui des pratiques et des conceptions qui perdureront jusque dans les années 1960, à travers la réalisation de projets qu’il a esquissés, mais qui furent exécutés sous l’égide de son ancien bras droit, Paul Dopff, comme la Grande percée ou la place de la Bourse. Devenu architecte en chef de la ville de Munich, il négocia en 1929 l’échange entre la statue du Meiselocker (le charmeur de mésanges), qui se trouve aujourd’hui sur la place Saint-Etienne, et la Fontaine Reinhard, dominée par une personnification du Rhin comme dieu bachique, due au célèbre artiste Adolf von Hildebrand et placée aujourd’hui à côté du Musée germanique de Munich.
Pourtant, c’est un des personnages les moins connus du grand public strasbourgeois : on ne connaît guère, aujourd’hui, de lui que le portrait datant de son départ à la retraite (1934), sous la pression nazie, alors qu’il était devenu, comme on l’a vu, architecte en chef de la ville de Munich. L’exposition se doit aussi d’aborder un chapitre difficile, celui des relations entre Fritz Beblo et son fils Richard, directeur des services d’architecture de Strasbourg entre 1940 et 1944, et qui a façonné une partie de l’espace urbain autour de la cathédrale selon les préceptes du Heimatschutz.

Une des constructions emblématiques de Beblo : l’immeuble des 14-15 quai des Bateliers à Strasbourg

Grâce à la générosité exceptionnelle de ses descendants, qui ont mis à la disposition de la BNU un large ensemble de dessins, d’albums de photos et de peintures, grâce aussi à la publication d’un long texte autobiographique resté inédit, l’exposition essaie de faire découvrir son œuvre avec un regard nouveau. Animé d’un amour idéaliste pour une ville dont il voulait préserver le caractère multiséculaire tout en l’adaptant aux nécessités du monde moderne, Fritz Beblo, né en Silésie, a « réinventé » une tradition alsacienne en se servant d’un langage qui tire sa richesse d’un dialogue intime avec le passé. Et c’est sa propre maison datant du 18e siècle, typiquement alsacienne, à la Robertsau, qui fut l’idéal d’une création respectueuse des traditions, sans refuser le recours aux techniques d’avant-garde comme le béton armé. La vie entre simplicité et proximité avec la nature qu’il y mena, entouré de son épouse Mélanie et de ses enfants, s’inscrivait dans la mouvance de la « Lebensreform » (réforme de la vie) allemande, anticipant ce que devait être selon lui le futur radieux de Strasbourg, confiante dans l’avenir car enracinée dans son passé.

Couverture de l’album de photographies familiales des Beblo
(autour de 1910 ?)

Avec cette exposition, la Bnu entend aussi contribuer à la valorisation de la Neustadt de Strasbourg, dont elle est un des bâtiments emblématiques, et qui a été classée au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2017.

Le commissariat de l’exposition est assuré par Alexandre Kostka (Université de Strasbourg), Tobias Möllmer (Université d’Innsbruck) et Christophe Didier (BNU). Le montage est assuré sous la direction d’Anne-Doris Meyer (Strasbourg) et de Benoît Wirrmann (BNU). Un catalogue, richement illustré, accompagnera l’exposition. L’édition du catalogue a reçu le soutien financier du projet ANR Engineering Nationality. Johann Knauth et le sauvetage de la cathédrale de Strasbourg dans son contexte technique et culturel, co-porté par l’UMR 7636 SAGE.

 

En accompagnement, d’ores et déjà :

Fritz Beblo à Strasbourg – architecte prussien, régionaliste alsacien

En élaborant de manière stratégique un style architectural syncrétique, qui fait appel aux formes associées à l’architecture vernaculaire alsacienne (hauts toits couverts de tuiles en queue d’aronde, portes en anses de panier, etc.), tout en puisant dans le répertoire de la Renaissance de l’Allemagne du Sud et du baroque, Beblo s’insère dans un vaste courant « Heimatstil » (style régionaliste) qui marque l’Allemagne de son époque. Il ne faut cependant pas perdre de vue qu’il s’inscrit dans le projet d’une nouvelle identité du Reichsland qui, tout en proclamant son autonomie par rapport à Berlin, s’inscrit dans une logique encouragée en sous-main par les milieux libéraux prussiens, qui comptent sur une modernisation des structures politiques tout en restant fidèles à une continuité historique menacée par l’industrialisation.

Vue du port du Rhin
(page extraite d’un album édité en l’honneur du maire de Strasbourg, Otto Back, publié en 1904)

  • 10 novembre de 10h à 17h30 : hommage à Fritz Beblo à l’occasion de son 150e anniversaire (journée d’étude)

Le 10 novembre 2022, Fritz Beblo, natif de Breslau, l’actuelle Wroclaw en Pologne, aurait accédé à l’âge biblique de 150 ans. Il aurait sans doute aimé fêter cet événement entouré de sa famille et de ses amis, dans la ville qui l’a généreusement accueilli et qu’il a grandement transformée au cours de sa carrière, Strasbourg.

L’hommage à Beblo réunira donc des spécialistes et amis de son œuvre, ainsi que ses petits-enfants et arrière-petits-enfants, dans un débat multilingue et pluridisciplinaire. Ce sera aussi l’occasion d’évoquer une de ses passions, que la famille Beblo partage jusqu’à aujourd’hui, la musique. Parmi les invités, on trouvera donc des chercheurs comme Wolfgang Voigt, Clément Keller, Tobias Moellmer et d’autres, ainsi que des représentants de la famille Beblo, comme Rosa et Andreas, accompagnés de leurs enfants Johannes et Benjamin, musiciens professionnels dont certains viendront avec leurs instruments…

 

Et aussi, ailleurs en ville :

  • Fritz Beblo et Paul Dopff : la Grande percée – au travers des esquisses d’Emil Hädler

Un portrait sensible en 40 dessins au restaurant « La Bourse »,

du 22 octobre 2022 au 15 janvier 2023, aux heures d’ouverture

La « Grande percée », qui a permis de relier la gare à la place Kléber et au dynamique faubourg du Neudorf, a profondément marqué l’espace urbain strasbourgeois. Entreprise à l’époque allemande sous l’égide du maire réformateur Rudolf Schwander, et projetée par le directeur du service d’architecture Fritz Beblo, elle a été réalisée non pas en une tranche, mais en plusieurs, sa construction s’étant étalée de 1910 aux années 1960. Si les matériaux de construction et l’esthétique ont quelque peu changé au cours des décennies, le parti pris initial a été pour l’essentiel conservé par le successeur de Beblo, Paul Dopff, qui l’a mené à terme.

Mais quelles ont été les options architecturales de Beblo et de Dopff ? Pour répondre à cette question, l’architecte et dessinateur Emil Hädler a entrepris de faire un portrait de la Grande percée en suivant son parcours long de plusieurs kilomètres. Ses dessins permettent de restituer la nature du dialogue de la Grande percée avec les bâtiments qui l’entourent.

Le bâtiment dans lequel se trouve le restaurant « La Bourse » fait partie intégrante du projet initial. L’espace, qui a gardé son cachet Art déco, n’est pas seulement un lieu prestigieux – il fait lui-même partie du discours que l’exposition évoque.

Un des dessins d’Emil Hädler (2015)

L’architecture de Fritz Beblo ne souhaite pas être vue – en tout cas, pas au premier coup d’œil. Elle s’inscrit dans un paysage urbain sans se renier, mais sans asservir le bâti existant au simple rang de « faire-valoir » du geste architectural. On peut même émettre l’hypothèse que nombre de ses bâtiments sont ce que l’on désigne en allemand sous le vocable quasi intraduisible de « Passstück » : ils assurent un rôle de « jointure » pour assembler un tissu urbain que le délabrement ou l’intrusion d’une modernité mal planifiée menace de détruire. Pour cette raison, les deux promenades qui sont proposées en coopération avec l’association « Archistrasbourg » ne souhaitent pas seulement présenter les traits communs de la « famille » des bâtiments de Beblo, mais aussi le voisinage avec lequel ils vivent depuis plus de cent ans en bonne entente.

Un trajet « rive droite » conduira des Bains municipaux, malmenés par une rénovation peu réfléchie, au manifeste architectural de « l’architecture de jointure » qu’est l’immeuble double du 12/13 quai des Bateliers, en passant par l’ensemble urbain autour de l’église Sainte-Madeleine, incluant le lycée Geiler de Kaysersberg. Un trajet « rive gauche » débutera par ce qui, aux yeux de Fritz Beblo, constitua un contre-exemple d’une architecture respectueuse : l’école du Dragon – crime patrimonial, suivi d’un péché architectural et auquel il répondit par l’école Saint-Thomas. La Grande percée, dont il fut l’un des principaux concepteurs et le maître d’œuvre, sera représentée par « l’immeuble modèle » et la façade de Saint-Pierre-le-Vieux protestant.

Il ne s’agit que d’un choix forcément restreint, mais qui offrira la possibilité de voir autant que possible des édifices généralement fermés de l’intérieur et dans une vue d’ensemble.

Les promenades accueilleront une vingtaine de participants ; on pourra s’inscrire sur le site web d’Archistrasbourg : archi-wiki.org.

Carte postale représentant l’école de la Musau (actuel collège Louise Weiss), avec annotation manuscrite de Beblo (“D’après mes plans”), autour de 1910

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Feuille verte dit :

    Magnifique immeuble

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.