Histoire de la Russie avec sa partie politique par Mr Koch, Professeur à Strasbourg, suivie de la Constitution de l’Empire de Russie. Édition établie, annotée et présentée par Rodolphe Baudin et Wladimir Berelowitch. – Strasbourg : PUS, 2018.

En juin 2018 a paru aux Presses universitaires de Strasbourg l’édition critique d’un des manuscrits de la Bnu, celui de Christophe Guillaume Koch (1737-1813) concernant l’histoire de la Russie, mais aussi d’un manuscrit du même auteur portant sur d’autres aspects de même sujet, conservé à la Bibliothèque municipale de Nantes. Cette double publication est présentée par deux importants textes qui contribuent autant à la substance de ce livre que les deux manuscrits eux-mêmes.

Il s’agit d’abord de la préface de Rodolphe Baudin, professeur de littérature russe, intitulée « Christophe Guillaume Koch et la Russie » qui compte près de 70 pages. Elle apporte d’innombrables informations sur les raisons d’être de ces manuscrits de l’auteur strasbourgeois et justifie l’intérêt de ces pièces historiographiques dans le contexte européen de la fin du XVIIIe s. Après des rappels biographiques sur Christophe Guillaume Koch, l’attention se porte d’une part sur les études diplomatiques à Strasbourg et sur la personnalité exceptionnelle de Jean Daniel Schoepflin. De là on passe à l’étude du public de ces études : aux étudiants eux-mêmes, dans toute leur diversité. Les étudiants russes sont l’objet de toute l’attention car c’est en fonction d’eux et pour certains d’entre eux que les manuscrits à présent édités furent « faits », c’est-à-dire d’une part écrits, et d’autre part copiés et utilisés. La fratrie princière des Golitsyne (Alexeï le dissipé, Boris le plus appliqué) et leur présence à Strasbourg (1784-1786) sont évoquées en détails, parfois amusants, et par là se dresse une image vivante de la ville et de ses étudiants. Leurs activités, leur vie, leurs occupations sérieuses ou non, leurs relations avec les enseignants, les mentors, les gouverneurs qui les accompagnent, tout cela est détaillé et documenté. L’aspect pédagogique est traité : le programme des études, le rythme imposé aux étudiants, les coûts des cours privés et les résultats de ces apprentissages donnent une image concrète de cette vie d’étudiants à Strasbourg. Enfin, l’explication de l’existence de ces manuscrits, qui s’insèrent dans une série de cours sur les histoires des pays ou royaumes d’Europe, éclaire un aspect de la pratique pédagogique en marge de l’édition imprimée qu’il est utile de bien connaître.

Le second texte d’accompagnement est la postface de Wladimir Berelowitch, professeur honoraire d’histoire russe et directeur d’études à l’EHESS, intitulée « Koch et l’historiographie européenne des Lumières sur la Russie » qui compte plus de 30 pages. L’enjeu est ici de situer dans le contexte européen d’alors l’œuvre de Koch, telle que transmise par ces deux manuscrits. Située entre Göttingen et Paris, Strasbourg joue à la perfection son rôle de lieu de rencontre entre les centres de l’historiographie, tributaires des écoles scientifiques respectives. La Russie trouve donc à Strasbourg des savants capables de synthétiser les travaux de l’une et l’autre école, et de produire, même loin des sources primaires, un savoir honnête et utilisable, sans tabous ni soumissions, digne des Lumières. Koch n’est pas un précurseur ou un explorateur de la Russie, mais un homme de capitalisation, capable de tirer parti du meilleur savoir européen. Les cours dispensés aux étudiants sur la Russie ne sont qu’un petit aspect du grand œuvre de Ch. G. Koch : les Tableaux des révolutions de l’Europe depuis le bouleversement de l’Empire d’Occident jusqu’à nos jours, paru en 1771. L’Europe devient par ce type de personnage une matière à études scientifiques, et les monographies consacrées à telle ou telle nation ou entité territoriale deviennent des pièces de ce puzzle européen, formé de 23 souverainetés, qui forment ce « corps politique ».

La Bnu possède encore deux autres manuscrits de Ch. G. Koch, de même type, consacrés l’un à l’histoire de l’Espagne, l’autre à l’histoire de France (MS.7.021 et MS.7.132). Ils sont eux aussi les témoins de cet enseignement historique, politique et diplomatique pratiqué à Strasbourg à l’attention d’un public étudiant lui-même international. Bien connaître cette présence étrangère à Strasbourg, non seulement par des chiffres mais aussi par des faits, par des détails, fait mieux comprendre à quel point la cité rhénane peut s’enorgueillir de son université et de son attractivité pour l’étranger, aujourd’hui un lieu pour tout jeune citoyen européen ou même du Monde entier.

Une note sur l’établissement du texte figure avant l’édition des deux œuvres de Koch. Les sources identifiables parmi celles utilisées par Koch sont détaillées et analysées. Enfin une bibliographie générale complète l’ouvrage.  Notons encore que le manuscrit de la Bnu ici édité est également consultable in-extenso en ligne sur la bibliothèque numérique patrimoniale du site universitaire alsacien : Numistral, sous le lien :  https://www.numistral.fr/ark:/12148/btv1b10234728k.r=MS.5.449?rk=21459;2


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.