Face au nazisme – billet #8 – La Reichsuniversität Straßburg: la fin d’un tabou ?

 

Introduction : la Commission pour l’histoire de la faculté de médecine de la Reichsuniversität Straßburg

Pourquoi cet article ? L’exposition « Face au nazisme » qui se tiendra à la Bnu de septembre 2022 à janvier 2023 sera une bonne illustration des réflexions qui ont animé la Commission pour l’histoire de la faculté de médecine de la Reichsuniversität Straßburg. En effet, l’objectif de l’exposition est double : aborder l’histoire de l’Alsace de la fin des années 1930 à 1945, mais aussi présenter les dernières recherches historiques sur le national-socialisme et l’Alsace. À l’instar de l’exposition « Exploitations multiples. Le KL-Natzweiler et la faculté de médecine de la Reichsuniversität Straßburg, 1941-1944 », présentée actuellement au CERD (Centre européen du résistant déporté), sur le site de l’ancien camp de concentration de Natzweiler, l’exposition « Face au nazisme » s’inscrit dans le contexte des différents travaux menés sur l’histoire de l’université de Strasbourg durant l’annexion à l’Allemagne nationale-socialiste. Tout récemment, en 2016, une commission indépendante a été lancée par l’Université pour enquêter sur le rôle et les crimes commis au sein de la Reichsuniversität, en particulier au sein de sa faculté de médecine. Cette commission vient de publier ses résultats, résultats qui marquent une nouvelle étape dans la connaissance de la période et des faits criminels qui se sont produits dans un contexte alors considéré comme scientifique. Nous souhaitons proposer ici un bref état des lieux des recherches actuellement en cours sur la Reichsuniversität Strassburg.

Affiche de l’exposition “Exploitations multiples” présentée au CERD jusqu’en mars 2023

  • 2015 : le point de départ

La question du rôle de la faculté de médecine de la Reichsuniversität dans des activités criminelles est relancée en  2015 lorsque le médecin et présentateur de télévision Michel Cymes publie Hippocrate aux enfers. Les médecins des camps de la mort. Dans ce livre, qui reprend des allégations qui circulaient depuis la fin de l’annexion de l’Alsace à l’Allemagne nationale-socialiste, Cymes affirme que l’Université de Strasbourg détient toujours en son sein des restes des 86 victimes juives du professeur Hirt, gazées au camp de Natzweiler en 1943. Les propos de Cymes font scandale à Strasbourg et, dans un premier temps, l’Université de Strasbourg reste fidèle à ce qu’elle a toujours affirmé : elle ne conserve aucun reste humain du type de ceux mentionnés par Cymes.

L’affaire aurait pu s’arrêter là. Mais le 9 juillet de la même année, Raphaël Toledano, jeune médecin et historien, révèle au grand public que des prélèvements provenant du corps de Menachem Taffel (1900-1943), l’une des 86 victimes, sont toujours conservés par l’institut médico-légal de la faculté de médecine de l’université de Strasbourg. Ces prélèvements de restes digestifs sont en fait des préparations de médecine légale réalisées par Camille Simonin, professeur de médecine légale à l’université de Strasbourg repliée à Clermont-Ferrand, puis revenue à Strasbourg en 1945, pour les besoins de l’enquête judiciaire menée à partir de 1945 sur les crimes de guerre scientifiques et médicaux commis dans le cadre de la Reichsuniversität de Strasbourg.

 

  • La création d’une commission indépendante sur la Reichsuniversität

Page de couverture du rapport de la Commission pour l’histoire de la faculté de médecine de la Reichsuniversität

Face à cette révélation, l’Université de Strasbourg, par l’intermédiaire de son président de l’époque Alain Beretz, et de son vice-président et actuel président Michel Deneken, décide de faire la lumière sur l’histoire de la Reichsuniversität, notamment celle de la faculté de médecine. Dans ce but, elle lance en septembre 2016 une commission historique indépendante.

Cette commission était initialement composée de 12 membres : 5 experts externes à l’université, 5 experts issus de l’Université de Strasbourg et 2 experts extérieurs. Ses deux présidents sont Paul Weindling, professeur d’histoire de la médecine à l’Université d’Oxford Brookes, et Florian Schmaltz, historien des sciences à l’institut Max Planck d’histoire des sciences de Berlin. Rappelons ici que Catherine Maurer, professeure d’histoire contemporaine à l’Université de Strasbourg et co-commissaire de l’exposition « Face au nazisme » appartenait à la commission.

Fort de 500 pages, le rapport rendu public le 3 mai 2022 est librement consultable en ligne.

 

Brève histoire de la Reichsuniversität

  • La création de la Reichsuniversität : une création ex-nihilo

Il est d’abord nécessaire d’insister sur le fait que la Reichsuniversität de Strasbourg, même si elle est implantée dans les murs de l’université qui l’a précédée, n’est pas dans la continuité de cette dernière, (ré)inaugurée par les Français en 1919) et qui était toujours institutionnellement vivante après son repli à Clermont-Ferrand. Mis en place en Alsace dès juin 1940, le pouvoir national-socialiste considère comme une priorité la réinstallation, dans les bâtiments vidés après l’évacuation totale de Strasbourg en septembre 1939, d’une université, et pas de n’importe quel type : une Reichsuniversität. Ce terme signifie que l’université est directement rattachée au ministère de l’enseignement et non à l’administration régionale des Länder, gestionnaires traditionnels des universités allemandes. Trois d’entre elles sont créées entre 1939 et 1941 : Prague, Poznan et Strasbourg.

Cérémonie d’inauguration de la Reichsuniversität dans la Aula du Palais universitaire le 23 novembre 1941. (c) Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg

En projet dès le début de l’annexion de fait en juin 1940, l’université de Strasbourg est inaugurée avec faste le 23 novembre 1941, au Palais universitaire, et son président nouvellement nommé est Karl Schmidt (1899-1980), professeur d’ophtalmologie à la faculté de médecine. Dans sa volonté de concurrencer directement la Sorbonne, cette université est dotée d’importants moyens financiers qui doivent lui permettre de devenir la « vitrine » du Reich allemand sur sa frontière occidentale.

Au même moment, à Clermont-Ferrand, au grand dam des autorités allemandes, l’université de Strasbourg repliée poursuit ses enseignements et sa recherche en partageant locaux et enseignants avec l’université de Clermont. Entre 1941 et 1945, deux universités de Strasbourg coexistent donc, une situation qui explique la complexité des recherches les concernant.

 

  • Une université au service du Reich

La nouvelle Reichsuniversität est porteuse d’un projet régional représentatif de la Westforchung, très active dans l’Allemagne des années 1930 Cette « recherche sur l’Ouest » renvoie à l’ensemble des recherches scientifiques qui souhaitent justifier les annexions allemandes à l’ouest du Reich par des raisons historiques, mais aussi raciales. Dans ce contexte, les enseignants de la Reichsuniversität sont évidemment germanophones, mais aussi germanophiles et, très souvent, membres du NSDAP ou même de la SS. Si, conformément à la décision d’Adolf Hitler, la Reichsuniversität de Strasbourg reprend la structure classique d’une université allemande, certaines idées défendues par la SS sont retenues lors de la constitution des facultés afin de leur donner une orientation nationale-socialiste plus marquée. C’est notamment le cas pour la faculté des sciences humaines (Philosophische Fakultät) dirigée par l’historien Ernst Anrich (1906-2001). Ce dernier crée trois « grands » séminaires qui regroupent différents instituts : séminaire Frühgeschichte und Altertumskunde pour la préhistoire et l’Antiquité, séminaire ausserdeutsche Kulturen der Gegenwart pour les cultures contemporaines non allemandes et historisch-germanisches Groβeminar pour l’histoire et la germanistique. Ainsi, pour des raisons idéologiques, des disciplines séparées dans les autres universités allemandes se trouvent rassemblées à Strasbourg. Au sein de sa faculté, Anrich profite de la liberté qui lui est donnée pour envisager d’autres créations conformes à ses préoccupations, mais certains de ses projets sont rejetés par l’administration de l’université ou reportés pour des raisons budgétaires. C’est le cas notamment d’une chaire qui devait être consacrée à l’histoire du mouvement national-socialiste, d’un institut de la « science de la propagande » (Institut für Propagandawissenschaft) ou encore de chaires d’études orientales, d’indologie ou de celtologie qui auraient dû compléter l’offre du séminaire Frühgeschichte und Altertumskunde et ainsi amplifier la mise à l’écart de l’étude de l’Antiquité classique, au profit de la valorisation des recherches consacrées aux origines indo-européenne des Germains.  Nombre de projets visent à démontrer le passé « germanique » de l’Europe et à « contribuer à la recherche sur l’histoire indo-germanique et l’identité indo-germanique ». .  L’influence idéologique peut s’y exercer au détriment de la démarche scientifique.

Affiche de propagande de la Reichsuniversität Strassburg ; Pour la liberté, l’honneur et la culture // Contre la cupidité juive et la terreur bolchévique // Aucun engagement ni aucun travail n’est de trop , coll. Bnu

Mais la faculté qui fait plus particulièrement l’objet des débats et des attentions est la faculté de médecine. La création en juillet 1942, par la SS, de l’Institut für wehrwissenschaftliche Zweckforchung im Ahnenerbe (Institut pour la recherche scientifique en relation avec l’armée dans le contexte de l’Ahnenerbe) marque un tournant dans son processus de nazification. Cette création, et la nomination d’August Hirt (1898-1945), professeur d’anatomie, à la tête de l’Abteilung H (Département H, H renvoyant à l’initiale de Hirt), confirment les liens, même indirects et non-officiels, entre la faculté de médecine et l’Ahnenerbe, le service de recherches raciales de la SS. .  À partir de 1943, certains enseignants de la faculté de médecine utilisent le camp de concentration de Natzweiler comme cadre d’expériences sur des êtres humains : c’est le cas de Hirt, Eugen Haagen (1898-1972) et Otto Bickenbach (1901-1971), ce dernier resté tristement célèbre pour ses recherches sur le phosgène et les expériences menées dans ce contexte sur des détenus. Au sein de la faculté de médecine, un institut des « sciences de l’hérédité » (Vererbungwissenschaft) voit le jour, un institut d’anthropologie est projeté et un autre consacré à la « biologie raciale » (Rassenbiologie) est ouvert. Ces instituts ne sont véritablement opérationnels qu’à partir de 1943.

Il reste difficile de résumer ces différents aspects dans un bref article : les ouvrages de la bibliographie, notamment le rapport de la Commission pour l’histoire de la Reichsuniversität, permettent de connaître plus en détail les relations complexes entre la faculté de médecine, le camp de Natzweiler et l’Ahnenerbe.

 

La Reichsuniversität dans la recherche historique

  • Les premières recherches sur la Reichsuniversität

Les recherches historiques sur la Reichsuniversität n’en sont pas à leurs débuts, même si les conclusions de la Commission marquent une nouvelle étape. En effet, les premières productions scientifiques datent des années 1990. Patrick Wechsler consacre sa thèse de doctorat en médecine à la faculté de médecine de la Reichsuniversität en 1991. La même année, deux articles de « 1941 : la mise au pas », numéro 114 de Saisons d’Alsace , évoquent l’université.  Un peu plus tard, en 1998, l’Histoire de la médecine à Strasbourg, dirigée par Jacques Héran et publiée en 1998, aborde cette période de l’histoire de la faculté de médecine. Un premier ouvrage important, qui est encore une référence aujourd’hui, est le volume collectif Les Reichsuniversitäten de Strasbourg et de Poznan et les résistances universitaires, dirigé par Christian Baechler, François Igersheim et Pierre Racine et publié en 2005. Ce volume présente les grandes lignes de l’histoire de l’université et évoque les relations entre la faculté de médecine et l’Ahnenerbe.  Le chapitre consacré à cette période dans l’ouvrage général de Georges Bischoff et Richard Kleinschmager, L’Université de Strasbourg. Cinq siècles d’enseignement et de recherche, repose largement sur ce volume collectif. En 2010, Raphaël Toledano soutient sa thèse de médecine sur Eugen Haagen. En 2011, la Revue d’Allemagne consacre l’un de ses numéros aux deux universités de Strasbourg pendant la période 1939-1945. Tout récemment, deux numéros successifs de Saisons d’Alsace se sont fait l’écho des dernières recherches, avant la publication du rapport de la Commission.

Outre Rhin, la Reichsuniversität de Strasbourg a aussi fait l’objet de recherches,  notamment de la part de l’historien Rainer Möhler. Ce dernier publie dès 2008 un article comparant les deux universités allemandes qu’a connues Strasbourg en l’espace d’un demi-siècle : « Letteris et patriae, zweimal deutsche Universität Strassburg zwischen wissenschaft und Germanisierung (1872-1918 und 1941-1944) », dans Tour de France, eine historische Rundreise, Festschrift für Rainer Hudemann, un ouvrage dirigé par Armin Heinen et Dietmar Hüser, , et publié en 2008 chez l’éditeur Franz Steiner . Mais, surtout, Rainer Möhler consacre son mémoire d’habilitation à l’histoire de la Reichsuniversität Strassburg : ce travail monumental est publié en 2020.

 

  • Les travaux de la commission : quelles avancées ?

La Commission instituée en 2016 avait pour objectif de retracer l’histoire de la Reichsuniversität, plus spécifiquement de sa faculté de médecine, ce qui était une différence importante avec la plupart des précédentes productions. La commission a débuté ses recherches par des investigations poussées à la faculté de médecine elle-même, des investigations qui ont permis la redécouverte d’archives, de collections médico-scientifiques et de nombreuses thèses de médecine. Dans son travail pionnier, Patrick Wechsler avait identifié un peu plus d’une centaine de ces dernières. Les travaux approfondis de la commission ont permis de constituer un catalogue (provisoire) de 292 thèses [1], soit 2,5 fois plus que dans l’étude de Wechsler. Plus largement, les recherches menées par la Commission ont donné la possibilité de mieux identifier les différents acteurs de la période : personnel et étudiants de la faculté de médecine, avec davantage d’Alsaciens et de Mosellans qu’on ne l’a longtemps cru, mais aussi et surtout victimes des expérimentations médicales et de la politique d’« euthanasie » des handicapés mentaux menée par le régime national-socialiste. Au-delà des nouveaux résultats, ces recherches avaient aussi pour objectif de transmettre outils et méthodes et de proposer ainsi une nouvelle base de travail aux chercheurs. Elles souhaitaient  également contribuer à la construction de la mémoire de l’université et de ses victimes, aujourd’hui identifiées ou en cours d’identification, mais aussi à la sensibilisation  du grand public et des étudiants, notamment les futurs médecins, sur ce passé complexe. Pour appuyer cette démarche et l’inscrire dans le temps, la commission a également souhaité la mise en ligne rapide d’un site collaboratif de biographies, aussi bien de médecins et d’étudiants en médecine que de victimes de différente nature, « Biographies autour de la Medizinische Fakultät der Reichsuniversität Straßburg 1941-1944 » , site destiné à encourager et à étendre la recherche sur l’histoire de la faculté de médecine de la Reichsuniversität.

 

  • Enjeux et débat : enfin la levée du tabou ?

Plaque à la mémoire des membres des deux universités de Strasbourg victimes de la Seconde Guerre mondiale (c) Claude Truong-Ngoc/Wikimedia Commons

Le vif débat né en 2015 montrait que le sujet restait sensible, en dépit des années écoulées depuis les évènements. La volonté de l’Université de Strasbourg d’encourager de vraies recherches scientifiques sur la question, grâce à la création d’une commission indépendante, a  incontestablement marqué une étape importante. La publication du rapport n’a, à ce jour, pas suscité de débats contradictoires, mais plutôt des réactions de plusieurs personnalités et institutions appelant à continuer dans la même voie, comme Michel Deneken, président de l’Université, ou Jeanne Barseghian, maire de Strasbourg.

 

Plaque commémorative des 86 victimes juives du professeur August Hirt (c) D Nicolle

Est-ce qu’un certain tabou a été levé ? Catherine Maurer, qui a évoqué la construction de la mémoire de l’université de Strasbourg lors d’une journée d’études qui s’est tenue en mars 2022, estime que cette construction reste difficile. En effet, l’université de Strasbourg a été à la fois le cadre qui a permis les recherches criminelles de Hirt et de Haagen, mais aussi celui des rafles des années 1943 et 44 à Clermont-Ferrand : deux catégories d’évènement totalement différentes que la construction mémorielle a encore du mal à concilier, ce qui confirme que ces évènements ne sont pas encore totalement entrés dans le temps refroidi de l’histoire. Selon Catherine Maurer, seule la continuité des travaux historiques basés sur des sources vérifiables permettra de proposer des résultats solides, s’éloignant des débats à chaud, parfois violents, souvent sans bases scientifiques réelles.

 

Conclusion : Une avancée certaine dans l’histoire de la Reichsuniversität Staßburg en 2022

Quel bilan pouvons-nous tirer ? Il est indéniable que, malgré un certain tabou attaché à la Reichsuniversität de Strasbourg depuis 1945, des travaux ont pu être publiés dès les années 1990, et encore plus depuis le début du XXIe siècle. L’évolution de la mémoire vers l’histoire de ce passé tragique a rendu son étude moins sensible. Mais les débats demeurent présents, et il n’a pas toujours été facile pour l’université de Strasbourg, qui a mis en valeur son repli clermontois en passant sous silence son histoire strasbourgeoise  marquée par le national-socialisme, d’assumer une forme de double héritage. Cette difficulté face à la réalité historique de la période n’est d’ailleurs pas propre à l’université mais est encore très présente en Alsace et en Moselle, régions brutalement annexées de fait à l’Allemagne nationale-socialiste, puis intégrées au camp des vainqueurs en 1945. Pour beaucoup d’hommes et de femmes de cette région, c’est le souvenir de l’oppression qui est demeuré, alors que, officiellement et publiquement, c’est celui de la Libération et de la Résistance qui a prévalu.

La création de la commission en 2016 et les conclusions de ses travaux en 2022 témoignent cependant de la volonté de faire la lumière sur un passé difficile, et de l’assumer. Imposant par sa taille et scientifique dans sa démarche, le rapport que la Commission a produit est une pierre décisive dans l’histoire de l’université de Strasbourg, et plus particulièrement de sa faculté de médecine, pendant la période 1940-1945. Il montre que, même si cette période n’a pas perdu toute sa sensibilité, elle peut tout à fait entrer dans le temps des travaux scientifiques et historiques.

 

[1] La Bnu conserve au moins 141 de ces thèses sous les cotes M.42.233, M.42.234 et M.42.235

 

Bibliographie :

BAECHLER Christian, IGERSHEIM François, RACINE Pierre, Les Reichsuniversitäten de Strasbourg et de Poznan et les résistances universitaires. 1941-1944, Strasbourg : Presses Universitaires de Strasbourg, 2005, 283 p.

BECKELYNCK Anne-Camille, « Expérimentations nazies : faire la lumière sur les années noires », Dernières Nouvelles d’Alsace [en ligne – édition abonnée], 3 mai 2022 (consulté le 3 mai 2022).

BISCHOFF Georges, KLEINSCHMAGER Richard, L’Université de Strasbourg. Cinq siècles d’enseignement et de recherche, Strasbourg : La Nuée Bleue, 2010, 297 p.

La faculté de médecine de la Reichsuniversität Strassburg et l’hôpital civil sous l’annexion de fait nationale-socialiste 1940-1945. Vie des cliniques au quotidien, expérimentations humaines criminelles, collections médico-scientifiques, biographies des victimes et du personnel de la faculté de médecine et préconisations concernant les politiques mémorielles, Université de Strasbourg, 2022, en ligne.

MAURER Catherine (dir.),  « Une université nazie sur le sol français. Nouvelles recherches sur la Reichsuniversität de Strasbourg (1941-1944) », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 43/3, juillet-septembre 2011.

MAURER Catherine, « Deux universités de Strasbourg entre 1941 et 1945 ? Un aperçu sur les recherches récentes », dans « Le KL-Natzweiler et la faculté de médecine de la Reichsuniversität Straßburg. Histoires croisées, Strasbourg », journée d’études pour les professeurs de l’enseignement secondaire, 18 mars 2022. (communication non publiée)

Möhler Rainer, Die Reichsuniversität Strassburg 1940-1944. Eine nationalsozialistische Musteruniversität zwischen Wissenschaft, Volkstumspolitik und Verbrechen, Stuttgart : Kohlhammer, 2020, 1047 p.

REUMAUX Bernard, WAHL Alfred (dir.), Alsace 1939-1945. La Grande encyclopédie des années de guerre, Strasbourg : La Nuée Bleue, coll. Saisons d’Alsace, 2009, 1663 p.

« KL-Natzweiler Struthof. Histoire d’un camp de concentration », Les Saisons d’Alsace, n°88, Strasbourg, éd. des Dernières Nouvelles d’Alsace, mai 2021.

« L’Université de Strasbourg. Cinq siècles d’excellence », Les Saisons d’Alsace, n°89, Strasbourg, éd. des Dernières Nouvelles d’Alsace, août 2021.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search