Résidence chercheur “Manuscrits arabes de la Bnu” : entretien avec Géraldine Jenvrin

Du 1er septembre 2021 à la fin du mois de mai 2022, la Bnu accueille en résidence la chercheuse arabisante Géraldine Jenvrin qui travaille à la re-découverte du fonds de manuscrits arabes, grâce à un travail d’identification des pièces, des auteurs, dates, place de la copie dans la tradition du manuscrit recueillant ainsi les éléments-clés qui permettent aux conservateurs responsables du fonds, Madeleine Zeller et Daniel Bornemann, de corriger et compléter le signalement réalisé par leurs prédécesseurs.

Géraldine Jenvrin, chercheuse arabisante, lauréate de l’appel à projets Résidences CollEx-Persée © MZe – Bnu

Alors que se profilent les dernières semaines de cette résidence, nous avons souhaité capitaliser cette expérience nouvelle de collaboration intégrée  sur le modèle de l'”embedded researcher” ou “chercheur embarqué”, par un entretien qui vise à retracer la démarche et identifier les acquis de ces mois de collaboration. Au-delà du catalogage scientifique du fonds, de nouvelles pistes de coopération avec l’Université notamment se sont ouvertes pour la Bnu.

Elise Girold : Géraldine, pouvez-vous résumer en quelques mots comment votre parcours de recherche vous a conduite vers cette collection de manuscrits arabes de la Bnu ?

Géradine Jenvrin : Ce sont effectivement ma formation puis mon parcours de recherche qui m’ont amenée à travailler à la Bnu et à postuler à l’appel à projets “résidences chercheurs” CollEx-Persée. Je collabore avec les équipes de la Bnu et une équipe du CNRS pour la mise en valeur des fonds arabes de la Bnu. Elhoussaine Oussiali, chargé de l’analyse des sources historiques et culturelles au CNRS, membre du Laboratoire Archimède (UMR 7044) à Strasbourg, avait initié cette recherche et souhaitait qu’un chercheur poursuive l’opération en répondant à l’appel à projets CollEX-Persée avec la Bnu. Il s’agit principalement de mettre à jour et de corriger les erreurs du catalogue actuel des 210 manuscrits arabes de la Bnu (que l’on peut consulter sur le site Calames).

Arabisante de formation et docteure en histoire médiévale, j’ai pratiqué, depuis mon master sur la littérature contemporaine yéménite jusque dans mes recherches postdoctorales sur la diffusion du livre islamique et ses usages, l’analyse textuelle fine de textes en langue arabe. En outre, j’ai suivi un stage de codicologie arabe avec les meilleurs spécialistes français dont François Déroche, du Collège de France. Ce parcours m’a amenée à accepter l’invitation d’Elhoussaine Oussiali et de la Bnu lançée fin 2020 dans le but de préparer une candidature à cet appel à projet de résidence en bibliothèque.

EG : comment s’est passée pour vous cette expérience de “chercheur/se embarqué/e” en bibliothèque ? comment avec vous vécu cette immersion ? quels bénéfices tirez-vous de la collaboration bibliothécaires/chercheur ? et y voyez-vous des limites ? 

GJ : Une recherche approfondie sur les fonds de la bibliothèque a demandé une grande disponibilité et de nombreux efforts dédiés à cette mission, en particulier de la part des bibliothécaires. Elhoussaine et moi-même avons examiné chaque manuscrit un par un, pour en revoir l’ensemble des informations (principalement : titre, auteur, date de la copie et nom du copiste), afin d’améliorer son identification et son signalement dans le nouveau catalogue à venir. Les bibliothécaires devaient parfois se plier à d’innombrables demandes de consultation de ma part et trouver un moyen pour stocker de nombreux manuscrits quelques temps afin qu’ils me restent accessibles. Tout cela incluait certains « exclus du prêt » qui habituellement ne sortent pas des réserves, du fait de leur état extrêmement fragile, ainsi que les manuscrits en cours de traitement par l’atelier de restauration.

Je pense que c’était une excellente expérience puisque j’ai pu mener à bien toutes les recherches approfondies nécessaires sur le fonds. ElHoussaine et moi avons été très bien assistés et l’équipe de la Bnu s’est montrée particulièrement coopérante.

EG : pouvez-vous dresser en quelques mots les contours de votre collaboration avec les responsables de fonds ? 

GJ : Daniel Bornemann et Madeleine Zeller étaient responsables de l’opération en tant que conservateurs de la Bnu. Ils ont été exemplaires dans leur disponibilité pour répondre à mes nombreuses sollicitations. Ils étaient également très compréhensifs, plus particulièrement durant les périodes « blanches » où il me fallait me retirer (hors de la Bnu) pour élargir les recherches, rédiger et concrétiser la mise en forme du nouveau catalogue. Nous avons collaboré dans l’édition de trois billets visant à la présentation de nos travaux, publiés en ligne sur le Carnet de recherche Hypothèses de la Bnu et sur le site CollEx-Persée. Nous avons aussi étroitement collaboré lors d’un atelier organisé à destination des étudiants arabisants de l’université de Strasbourg le 25 mars 2022, autour des manuscrits arabes de la Bnu. Daniel comme Madeleine ont constamment su partager leur savoir et leur temps pour ce projet.

Bnu, Ms.4.187 © MZe- Bnu

EG : avez-vous également pu collaborer avec l’Université de Strasbourg au cours de la résidence ?

GJ : Le 25 mars dernier, j’ai organisé un atelier autour des manuscrits arabes de la Bnu à destination des étudiants arabisants de l’université de Strasbourg. Avec Daniel, Madeleine et Elhoussaine, nous avons exposé les manuscrits les plus remarquables, expliqué notre manière de travailler et encadré un atelier pratique dans lequel les étudiants, par petits groupes, pouvaient consulter un manuscrit et s’exercer à le cataloguer. Le succès de cette rencontre a été au rendez-vous et le directeur du département d’études arabes de l’Unistra Éric Vallet et nous-mêmes pensons renouveler régulièrement cette expérience à l’avenir.

EG : vous avez aussi contribué à un projet d’édition de manuscrit : pouvez-vous nous en dire quelques mots ? 

GJ : Oui, il s’agit du projet dirigé par Véronique Pitchon (UMR Archimède), autour du manuscrit médical médiéval d’al-Hamawi (Ms.4.187) de la Bnu. Mon rôle fut principalement de saisir manuellement dans Word en arabe plusieurs pages du manuscrit numérisé afin de les intégrer dans le logiciel Calfa, qui vise à la reconnaissance automatique des caractères arabes. A terme, l’objectif est de réaliser l’index thématique détaillé ainsi qu’un glossaire de ce manuscrit sur lequel travaille également une équipe de scientifiques.

EG : si vous ne deviez retenir qu’un seul manuscrit de la collection, sur quel exemplaire se porterait votre choix ? 

Bnu, Ms.4.188, f. 1v (table des matières, à droite) et f. 2r (incipit, à gauche)

GJ : Un manuscrit d’une grande rareté a été découvert, notamment grâce à Elhoussaine Oussiali, le Ms.4.188 : un manuscrit omanais du 19e siècle à la taille conséquente (246 feuillets), dont le titre – Kitāb al-ḥall wa-al-iṣāba fī al-fiqh – est inconnu des catalogues et de la littérature arabes, bien que l’auteur dont il est le commentaire – Abū Bakr Aḥmad b. al-Naẓar, (14-15e siècle, Oman) -, soit connu. Nous avons ici un commentaire d’un auteur inconnu du Kitāb al-Daʿāʾim d’Abū Bakr Aḥmad b. al-Naẓar. Il s’agit d’un ouvrage que l’on ne trouve dans aucune autre bibliothèque, dont la grande originalité est de commenter un ouvrage de droit versifié, à l’aide de la poésie classique arabe. Ce manuscrit de la Bnu, à la forme tout à fait inédite, est numérisé et accessible sur Numistral. De plus cette copie datant de 1855 (1272 H.) serait plus ancienne que celle que nous avons trouvée d’un autre commentaire, moins original, mais connu et édité. Ce manuscrit de la Bnu mérite donc à mon sens qu’on y prête une grande attention car il nous surprend par son style littéraire : on découvre un ouvrage de droit islamique faisant un usage inédit de la poésie arabe.

EG : Merci Géraldine pour ce retour d’expérience de chercheuse embarquée et au plaisir de poursuivre avec vous et avec les équipes strasbourgeoises du département d’études arabes et de la MISHA la collaboration qui a pris un nouvel élan grâce à votre résidence. 

 

Pour en savoir plus : 


Elise Girold

Conservatrice des bibliothèques Directrice adjointe du Pôle Partage, diffusion et réseaux Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.