Jacques Maritain, Jean Cocteau, Frédéric Lefèvre…quelques nouveaux manuscrits autographes acquis par la BNU

Le fonds Maritain de la BNU s’est enrichi récemment de plusieurs manuscrits autographes acquis aux enchères, grâce au concours du Cercle d’études Jacques et Raïssa Maritain.

Un premier manuscrit comprend un texte de Jean Cocteau (1889-1963) sur 4 pages, non daté, très vraisemblablement un brouillon, évoquant la place du poète en France ainsi que son fidèle ami le philosophe Jacques Maritain (1882-1973). Cocteau y fait notamment référence à la Lettre à Maritain et à la Réponse à Jean Cocteau par Maritain publiées simultanément chez Stock en 1926[1]. Le manuscrit évoque également la parution en 1928 de J’adore de Jean Desbordes qui avait entrainé les deux amis dans une période d’incompréhension et de désenchantement. Brouille passagère, Maritain et Cocteau resteront spirituellement et affectueusement liés jusqu’à la mort de ce dernier en 1963. Un fragment du manuscrit en apporte le témoignage parmi de nombreux autres qui figurent dans leur correspondance conservée par la BNU[2] : « Maritain est la seule personne dont le cœur pense comme un cerveau sans aucune des maladresses du cœur. La beauté de son âme ressemble à ces beautés du type mannequin sur qui tout va sans retouche…».

Figurent également dans le lot de manuscrits acquis par la BNU deux lettres adressées par Jacques Maritain au journaliste Frédéric Lefèvre (1889-1949) datées des 13 octobre 1924 et 3 janvier 1925 ainsi qu’une lettre de Raïssa Maritain (1883-1960) au nom de Jacques adressée à F. Lefèvre également (date illisible). F. Lefèvre fut en 1922 l’un des fondateurs des Nouvelles littéraires où il tint la célèbre rubrique d’entretiens « Une heure avec.. ». Il figurait également, aux côtés d’Henri Massis (1886-1970) et de Stanislas Fumet (1896-1983), parmi les directeurs de la collection littéraire Le Roseau d’or fondée par Maritain. La lettre du 3 janvier 1925 évoque notamment l’interview par Lefèvre du philosophe Etienne Gilson (1884-1978), spécialiste comme Maritain du thomisme.

Le lot comprend enfin, deux lettres de teneur et d’importance moindre : une lettre de J. Maritain au peintre et poète Pierre-Louis Flouquet (1900-1967) et une lettre adressée le 2 février 1964 par Christine et Pierre Van de Meer de Walcheren à un destinataire inconnu, évoquant la figure de Léon Bloy (1846-1917) et le Concile Vatican II. Les Van de Meer de Walcheren, dont Pierre fut directeur littéraire de Desclée de Brouwer des années 1930 à la guerre, comptaient parmi les amis les plus proches des Maritain.

 

[1] Jean Cocteau, Lettre à Jacques Maritain, Paris, Stock, 1926 ; Jacques Maritain, Réponse à Jean Cocteau, Paris, Stock, 1926. Rassemblés avec la correspondance dans : Jean Cocteau. Jacques Maritain. Correspondance 1923-1963 avec Lettre à Jacques Maritain et Réponse à Jean Cocteau, édition établie par Michel Bressolette et Pierre Glaudes, Paris, Gallimard, 1993.

[2] Cf. Jean Cocteau. Jacques Maritain. Correspondance 1923-1963…op. cit. ; Michel Fourcade, Claude Lorentz, Florian Michel,  (sous la direction de), Maritain et les artistes : Rouault, Cocteau, Chagall…, catalogue de l’exposition de Strasbourg, BNUS, 13 septembre – 06 novembre 2016, Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, 2016.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.