Rêveries d’un promeneur solitaire à travers Les rues de Stuttgart

Certains livres constituent un hommage.

Avec Les rues de Stuttgart, Christophe Didier propose la traduction d’un recueil de textes d’Hermann Lenz, auteur allemand majeur du 20e siècle, encore trop peu connu en France. Jusqu’alors, seuls deux ouvrages de Lenz étaient traduits en français, Le promeneur, qui constitue en réalité le sixième volume d’une série de textes autobiographiques, et Les yeux d’un serviteur. Les textes rassemblés ici ont été écrits pour la revue Stuttgarter Leben de 1963 à 1975.

Personnage oublié de la scène littéraire d’après-guerre en Allemagne, pacifiste convaincu, intellectuel sincère et réservé, Hermann Lenz a été redécouvert en 1973 grâce à l’article publié par Peter Handke dans la Süddeutsche Zeitung : « Invitation à lire Hermann Lenz ». Son œuvre a été couronnée par le prestigieux Büchner-Preis en 1978.

La série des volumes centrée autour de la personne d’Eugen Rapp, alter ego de l’auteur, met en scène ce double, ses réflexions et ses doutes, son cheminement au sein d’une vie ordinaire et rangée, entrecoupée de longues promenades méditatives qui sont autant d’invitations poétiques au voyage intérieur. Lenz partage avec Handke le goût pour les détails frappants et minuscules, pour la nature dans son aspect le plus proche et le moins spectaculaire et pour la richesse des anecdotes du quotidien.

La traduction de Christophe Didier est celle d’un connaisseur de la langue allemande, particulièrement familier des expressions usitées dans le sud de l’Allemagne, la Bavière et la Souabe qu’Hermann Lenz a fréquentées. Mais l’aspect le plus frappant est sans doute le fait que le traducteur est également un amoureux de Stuttgart dont il connaît parfaitement les quartiers, les rues et les collines. C’est cette double proximité qui est ainsi mise en valeur ici et qui exclut, de fait, les fréquentes erreurs topographiques propres aux traducteurs ignorants des réalités qu’ils décrivent.

« A l’extérieur, la vitesse de la rue est incroyable. Des flancs d’immeubles marbrés brillent comme une eau de montagne écumante, mais la Fritz-Elsas-Straße freine soudain la dynamique avenue. C’en est fini désormais de sa vitesse, joie ardente, violente et passagère venant buter sur les murs gris de la caserne Rotebühl qui vient à sa rencontre, vieille et résignée, présentant à cette poussée en avant le front de pierre du Service des finances. Le flot des voitures n’en passe pas moins devant, comme si elles avaient choisi d’en rire » [1].

Alliance subtile du fond et de la forme, ce livre est également celui d’un bibliophile, reconnaissable à sa reliure cousue et non brochée, à la qualité de son papier et à ses nombreuses illustrations, parfaitement reproduites.

Ces promenades à travers Les rues de Stuttgart sont enfin les méditations d’un flâneur, promenades à travers le temps, le Stuttgart d’avant-guerre mais aussi celui des années cinquante et soixante, dessinant la topographie éminemment subjective d’une ville à la fois réelle et en mouvement.

 

Aude Therstappen


[1] Lenz, Hermann, Les rues de Stuttgart, trad. et ill. Christophe Didier, Strasbourg, 2021, p. 15.



Citer ce billet
Aude Therstappen (2022, 6 mai). Rêveries d’un promeneur solitaire à travers Les rues de Stuttgart . Lieu de recherche : le carnet de la Bnu. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4a4

Aude Therstappen

Directrice adjointe du pôle Services et collections

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Daniel Bornemann dit :

    Un ouvrage remarquable en cela qu’une connaissance même succincte et partielle de la ville de Stuttgart permet sa lecture complète, si toutefois un bagage de culture générale sur l’Allemagne et sur l’histoire du Wurtemberg en particulier est présent chez le lecteur. Si celui-ci n’est qu’embryonnaire, eh bien justement cette lecture y aidera, et que l’auteur soit remercié pour son humour léger et pour la sincérité que l’on sent dans sa voix. Les rues sont à facettes multiples, le promeneur doit convoquer pour les observer tout un savoir archivistique. S’il ne l’a pas, ce livre le lui apporte, et lui donnera l’envie d’acquérir une acuité du regard, un sens de l’observation et un lien aux réalités historiques dans ses promenades éveillées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search