Un fonds nouveau bientôt à la Bnu : les archives typographiques de Jean Alessandrini

Jean Alessandrini (photo JPR/Bnu)

« Homme-orchestre de la chose imprimée »1, Jean Alessandrini a créé une  œuvre variée, puisqu’il est à la fois dessinateur  de  caractères  typographiques, illustrateur et écrivain, auteur de romans policiers et de littérature pour la jeunesse.

Grâce à une subvention du FRRAB (Fonds régional de restauration  et  d’acquisition  pour  les  bibliothèques-Région Grand-Est/DRAC), les archives typographiques de Jean Alessandrini entreront dans les collections de la  Bnu  en  2022.  Nous  avons  été  accompagnés  dans cette démarche par l’Espace Européen Gutenberg (EEG), association qui œuvre à la création d’un conservatoire et d’ateliers d’imprimerie et d’arts graphiques à Strasbourg.

1. Jean Alessandrini, un créateur multiple

Strasbourgeois d’adoption depuis une trentaine d’années, Jean Alessandrini est né à Marseille le 3 août 1942. Monté à Paris avec sa famille, il suit la formation du collège d’art graphique de la rue Corvisart de 1959 à 1961. Ses premières expériences professionnelles se font auprès de l’affichiste Raymond Gid, puis à Paris-Match. Il commence à dessiner des caractères dès 1960-61, activité qu’il poursuit à l’imprimerie de la Marine pendant son service militaire. Très tôt, sa production est reconnue par ses pairs : il participe au concours organisé par la prestigieuse anthologie suisse Lettera qui le publie en 1962. Rendu à la vie civile, il travaille au magazine Lui (dont il dessine le logo) jusqu’en 1966. Pendant la décennie suivante, il crée ou redessine des caractères pour l’atelier de photocomposition Hollenstein. A la fermeture de ce dernier, ses créations sont reprises par le studio TypoGabor. En parallèle, à l’invitation de René Goscinny, il collabore régulièrement par des textes et des dessins au journal Pilote, dont il recrée entièrement la ligne graphique. Il dirige, de 1980 à 1984, la luxueuse revue annuelle Typomondo, laboratoire dans lequel il laisse libre cours à ses expérimentations visuelles et littéraires. Sur des commandes de Massin, il réalise des couvertures pour les collections Folio et Idées publiées par Gallimard. Remplissant à son tour les fonctions de directeur artistique chez Marabout, il remodèle entièrement le visuel (typographie, illustration) des collections de poche de l’éditeur.

Editions Marabout, collection Fantastique : typographie Vampire et illustrations par Jean Alessandrini (photo JPR/Bnu)

Collectionneur à la tête d’innombrables « belles pages typographiques », Jean Alessandrini se voit confronté aux limites des classifications existantes. De cette frustration naît, à l’été 1979, le Codex 1980. Après celles de Francis Thibaudeau (1921) et de Maximilien Vox (1954), cette nouvelle classification typographique se fonde non plus seulement sur la forme des empattements, mais sur une esthétique plus globale et une typologie plus ambitieuse. L’article dans lequel Jean Alessandrini présente sa démarche ne passe pas inaperçu de ses confrères typographes. S’ensuit un débat des plus vifs, dont la virulence surprend encore aujourd’hui.

Au cours des années suivantes, Jean Alessandrini s’éloigne dans une certaine mesure de la création typographique et se consacre à la rédaction et à l’illustration d’ouvrages pour la jeunesse. Ces albums sont récompensés à plusieurs reprises. En 1989, il obtient la mention « Premio Grafico » de la Foire du livre de jeunesse de Bologne pour l’ouvrage Rentre chez toi, Tom !. En 1994, l’Académie Goncourt lui décerne le prix Alphonse Daudet pour Une histoire à spirales. Au rayon adulte, il publie aussi des textes policiers, romans et nouvelles.

L’actualité  de  Jean  Alessandrini  est  dense.

En 2021, il  publie deux livres : une nouvelle édition du Codex 1980 et un recueil de nouvelles, Sherlock Holmes, compléments d’enquête. Le Musée Tomi Ungerer-Centre international de  l’illustration  a  acquis  106  de  ses  illustrations de presse,  dont une partie a été présentée au public. À l’initiative de l’EEG, un documentaire est tourné sur sa vie et son œuvre.

En 2022, sont annoncés des ouvrages sur certaines de ses productions personnelles : les Exotypes2 et les mots-images. Avec la collaboration d’Olivier Nineuil, Jean Alessandrini entre dans l’ère du virtuel : la version numérique de ses créations typographiques sera mise sur le marché à la rentrée prochaine. Auparavant, un entretien avec Jean Alessandrini aura paru au printemps dans La Revue de la BNU, au cœur d’un numéro consacré à “La fabrique du livre, pérennité et mutations ». Sur la chaîne YouTube de la Bnu sera prochainement mise en ligne la captation d’une rencontre-débat avec le typographe, organisée en début d’année.

Exemple d’Exotype : le caractère Cléopatre, création de Jean Alessandrini, 1982, d’après d’authentiques signes hiéroglyphiques détournés (photo JPR/Bnu)

2. Les archives typographiques de Jean Alessandrini

Les archives de Jean Alessandrini constituent un témoignage extrêmement précieux de l’histoire de la typographie, en France et au-delà, pendant la seconde moitié du XXe siècle. Il a en effet travaillé avec les plus grands noms dans la spécialité (Massin, Raymond Gid, Albert Hollenstein, Paul Gabor…) et a beaucoup œuvré pour la grande presse, d’abord comme maquettiste, puis comme illustrateur (Lui, Salut les copains, Jazz magazine, Pilote, Le Point, Lire… et Elle, sous la direction artistique de Peter Knapp). C’est aussi le témoignage d’une époque révolue où l’informatique n’existe pas et où l’équerre, le tire-ligne, le compas, la gouache et les ciseaux de lingère constituent les outils privilégiés de la création typographique. C’est enfin le témoignage d’un artiste de la lettre qui, résolument délivré de toutes contraintes — notamment celles imposées par les modes —, conçoit et réalise des alphabets au gré de son inspiration, de son imagination et de sa fantaisie, en dehors de toute autre considération.

Caractère Légitur, création de Jean Alessandrini, 1978 (photo JPR/Bnu)

Le fonds est soigneusement conservé et classé, représentant une volumétrie de 25 mètres linéaires environ. Il couvre l’ensemble de sa production depuis ses années de formation jusqu’à nos jours, avec une période particulièrement féconde de 1960 à 1985. Outre une très grande partie des originaux, les archives renferment l’ensemble des travaux préparatoires : recherches, croquis, cahiers d’exercices, calques, maquettes, planches composées, lettres découpées, épreuves, matrices, correspondances, justificatifs d’impression… L’intégrité de ce fonds permet d’appréhender le processus de création dans sa globalité. L’importance de ces créations, diffusées en leur temps par les catalogues de la Collection Hollenstein, est attestée par leur présence dès 1962 dans de recueils typographiques de renom, tel Lettera 3 (Suisse), et par de nombreuses anthologies internationales spécialisées.

Sa créativité sans frontières, Jean Alessandrini l’a pleinement exprimée dans Typomondo, éditée à grands frais par  Bussière Arts Graphiques sur 4 numéros, au format tabloïd, de 1980 à 1984, et dont il est le maître d’œuvre intégral sur les plans visuel et littéraire. C’est là qu’il va présenter en toute liberté ses créations, typographiques ou autres, du classicisme à l’avant-gardisme : répertoires alphabétiques inédits, dessins, collages, photomontages, textes théoriques, collages… Très recherchée des collectionneurs, la revue figure à l’inventaire du fonds avec l’ensemble des esquisses et des sources manuscrites qui ont précédé sa réalisation.

Premier numéro de Typomondo, 1980 (photo JPR/Bnu)

Les archives de Jean Alessandrini sont aussi celles d’un chercheur et d’un théoricien. Elles abritent une mine de documentation sur la typographie : catalogues de fonderies françaises et étrangères, revues spécialisées (TypoGabor, Upper and lower cases…), recueils de caractères, monographies. En 1977, il publie Typomanie, un premier bilan de ses expériences typographiques, préfacé par Massin. Il collabore à plusieurs reprises à la revue Communications & langage de François Richaudeau. C’est à partir de  sa collection personnelle de lettres prélevées au fil du temps que Jean Alessandrini crée sa propre classification, le Codex 1980, qui déclenche de violentes réactions dans le milieu.

Nouvelle édition du Codex 1980, avec l’affiche des principales familles de caractères réalisée par David Rault, 2020. (photo JPR/Bnu)

A la confluence de la typographie et de l’illustration, le fonds proposé s’assortit des travaux de Jean Alessandrini sur les mots-images, de l’ensemble des jeux de société qu’il a produits pour la presse, d’un exemplaire de chaque livre dont il a créé le visuel de couverture aux Editions Marabout et pour lesquels il ne manque pas d’utiliser ses propres créations typographiques, d’un exemplaire enfin de son seul ouvrage documentaire, intitulé Drapeaux : les couleurs du monde, publié chez Hatier en 1993, dont il est l’auteur et l’illustrateur (fourni avec les planches originales et la documentation de travail).

Panorama de mots-images, publié dans Typomondo 2, 1981 (photo JPR/Bnu)

Jean Alessandrini verse à ce fonds les archives littéraires de ses écrits pour adultes, à savoir six romans ou novellas, ainsi que l’ensemble de ses 10 albums jeunesse sur la typographie ou les mots-images. Proposition particulièrement intéressante pour la Bnu qui abrite, par tradition, nombre de fonds d’auteurs régionaux.

Ce descriptif rapide du fonds Alessandrini, artiste graphique complet, présente toute la richesse de 50 ans de création typographique et illustrative. Il éveillera de toute évidence l’intérêt des graphistes et des chercheurs, mais aussi celui du grand public grâce aux actions de valorisation permises par le partenariat avec l’EEG.

3. La typographie à la Bnu : échos et perspectives

La typographie est déjà bien présente dans les collections de la Bnu. En particulier, le fonds constitué par l’industriel et collectionneur allemand Friedrich Soennecken rassemble 2.000 ouvrages publiés du 16e au 20e siècle sur l’écriture, manuscrite ou imprimée, et son histoire (albums de calligraphie, abécédaires, modèles d’écriture). Nous pouvons rapprocher cet ensemble des instruments de gravure et des bois gravés originaux de Gustave Doré, conservés à la bibliothèque et qui documentent le travail de l’illustrateur avant la publication de ses dessins. Enfin, la Bnu est aussi dépositaire de fonds d’éditeurs (éditions Baby Lone, entre autres), offrant une possibilité unique de reconstituer et de rendre visible, au sein d’un même établissement, toute la chaîne du livre telle qu’elle se comprenait jusqu’à une époque récente, avant la révolution informatique.

Recherches pour le caractère Vestige, création de Jean Alessandrini, 2021 (photo JPR/Bnu)

L’acquisition du fonds Alessandrini correspond aussi au souhait, pour la Bnu, de s’inscrire dans l’opération de labellisation « Capitale mondiale du livre » que Strasbourg entend mener à l’horizon 2024 et pour laquelle la municipalité a mandaté une chargée de mission. La Bnu soutient fortement cette initiative et, pour contribuer à son succès, elle  entend pleinement s’investir en tant que seconde bibliothèque de France et plus importante bibliothèque située sur le territoire de la ville. L’acquisition des archives typographiques de Jean Alessandrini doit être aussi comprise dans cette perspective.

(Version remaniée et condensée d’un texte collectif auquel ont contribué Jean Alessandrini, Christophe Cassiau-Haurie, Gwénaël Citérin, Christophe Didier et Catherine Soulé-Sandic.)

 

  1. Richaudeau, François, « Typomondo 4, par J. Alessandrini », in Communication et langages, n°63, 1er trimestre 1985. p. 121. []
  2. Selon le Codex 1980, les Exotypes « concernent les caractères de type latin (…) dont le dessin est ouvertement influencé par l’esthétique de graphies étrangères…». []

Gwénaël Citérin

Responsable scientifique Arts et Iconographie - Bibliothèque nationale et universitaire

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.