Le repas de la Pâque dans une haggadah manuscrite du 18e siècle

Le repas de la première Pâque (Pessah) constitue un événement fondateur à la fois pour l’histoire du peuple juif et pour celle des chrétiens. Raconté dans le livre de l’Exode (Ex 12,11.37-42), il est représenté ici dans une rare haggadah manuscrite du 18e siècle conservée à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.

Pessah marque pour le peuple juif sa sortie du pays d’Égypte. Cet acte libérateur initial annonciateur de toutes les libérations est évoqué au chapitre 12 de l’Exode :

Ils firent des gâteaux cuits sans levain avec la pâte qu’ils avaient emportée d’Égypte, et qui n’était pas levée ; car ils avaient été chassés d’Égypte, sans pouvoir tarder, et sans prendre des provisions avec eux (Ex 12,39).

La sortie d’Égypte

Cette scène centrale est abondamment illustrée aussi bien dans les Bibles chrétiennes que dans les haggadot (pluriel de haggadah). Ce rituel juif contient les bénédictions, prières, commentaires midrashiques, explications du rituel, psaumes et chants rappelant l’histoire de la sortie d’Égypte du peuple d’Israël. Le « récit de la Pâque » (haggadah shel pessah) a son origine dans le commandement de Moïse dans le livre de l’Exode :

Ce jour-là, tu feras le récit (higgadta) de ces choses à ton fils : “c’est à cause de ce que YHWH a fait pour moi lors de ma sortie d’Égypte” (Ex 13,8).

La lecture de la haggadah s’effectue en famille lors de la fête du Séder, repas cérémoniel commémorant celui de la première Pâque, où chaque participant dispose de son exemplaire, ce qui fait d’elle un des ouvrages juifs les plus populaires et les plus reproduits. Mais seules les familles les plus riches pouvaient s’offrir des exemplaires agrémentés d’une calligraphie soignée et d’illustrations.

Haggadah du scribe Éliézer Seligmann de Rosheim, 1779 (MS.5.988). Le repas de la Pâque (folio 11r).

La haggadah du scribe Éliézer de Rosheim (1779)

La haggadah manuscrite conservée à la Bnu sous la cote MS.5.988 a été écrite et enluminée en 1779 par Éliézer Seligmann fils de Siméon de Rosheim comme il l’indique lui-même dans le colophon. Rosheim compte alors une des communautés juives les plus importantes d’Alsace, mais c’est à Neckarsulm (Pays de Bade) qu’il effectue ce travail pour « dame Lea » (Lea Nathan de Neckarsulm), une veuve aisée apparentée comme lui à la famille Netter de Rosheim.

Son titre indique : Seder haggadah shel pessah keminhag ashkenazim (Rituel de la Pâque selon le rite des juifs ashkénazes[1]). Elle comprend treize scènes illustrées à la plume et au lavis d’encre, réparties sur une vingtaine de feuillets en parchemin et copiées selon le scribe lui-même d’après des gravures sur cuivre.

Sur les cinq haggadot illustrées de gravures sur cuivre (et non sur bois) imprimées avant 1779 qu’a pu connaître le scribe, celle de Francfort (1710) est le modèle le plus proche[2]. Toutes reprennent, à la suite de celle d’Amsterdam de 1695 et dans des proportions variables, des motifs des Icones biblicae de Merian (1625-1630) par l’intermédiaire d’une copie imprimée à Amsterdam. Déjà les haggadot illustrées de gravures sur bois puisaient dans le répertoire iconographique chrétien, et ce n’est qu’au début du 19e siècle que l’iconographie juive s’affranchira de l’influence de Merian.

L’illustration, « fidèle et conforme… »

L’illustration met en scène les hommes debout autour de la table couverte d’une nappe, prêts pour le départ :

Voici comment vous le mangerez : une ceinture à vos reins, vos sandales aux pieds et votre bâton à la main ; vous le mangerez à la hâte. C’est la Pâque de YHWH (Ex 12,11).

Au premier plan, dans un espace au sol dallé, les convives se pressent autour de la table avec vivacité, dans une tenue de voyage à la mode occidentale (manteaux, bottes, chapeaux). Ils consomment dans la hâte la chair du petit bétail mâle présenté sur le plat, choisi parmi les agneaux ou les chevreaux selon la prescription que Dieu fait à Moïse (cf. Ex 12,5). La hâte est palpable dans l’inclinaison des bâtons, les postures, gestes et expressions des convives terminant leur bouchée. À droite, un personnage semble regarder le spectateur.

La scène est située à l’intérieur d’une maison et la table est couverte d’une nappe : ces deux détails nous rappellent que l’illustration s’appuie sur un répertoire iconographique chrétien, où ils permettent de faire le parallèle avec la Cène.

Au fond apparaissent des éléments d’architecture avec fenêtre et tentures. La scène s’ouvre sur un paysage occidental où l’on distingue des montagnes, des bâtiments et un cours d’eau avec un bateau et un pont : on pourrait être tenté d’y voir les paysages d’Allemagne du sud familiers du scribe, originaire de Neckarsulm, mais en réalité il s’agit d’une reprise fidèle du modèle de Merian.

Le repas de la Pâque, dessin à la plume et au lavis d’encre.

…mais « bien supérieure aux gravures originales sur cuivre »

Dans cette copie qui se veut à la fois « fidèle et conforme » et « bien supérieure aux gravures originales sur cuivre »[3], le dessin à la plume ombré de hachures et de zones lavées d’encre imite avec finesse le travail de la gravure, même si son coloriage paraît naïf.

La calligraphie, soignée, utilise à la fois l’écriture carrée pour le texte principal en hébreu[4] et la semi-cursive hébraïque en judéo-allemand occidental[5] pour les directives du rituel, les traductions et les deux chansons traditionnelles à la fin du rituel. Les explications en haut de la page portent sur les herbes amères (le Mârôr, écrit en gros caractères en guise de repère), qui sont, avec l’agneau pascal (Pessah) et le pain azyme (Matsâh), l’un des trois mots rappelant la souffrance et la sortie que l’on doit expliquer pour avoir fait son devoir. Puis, trois lignes au-dessus de l’image, en petits caractères, figure la prescription de la deuxième coupe de vin, que l’on lève en prononçant à voix haute les louanges dont on peut lire, juste en-dessous, les deux premières lignes.

Un témoignage rare et précieux

Les haggadot manuscrites sont rares sur le marché et quasiment inexistantes dans les collections publiques en Alsace, et celle-ci avait disparu après la Révolution française. Au-delà du raffinement de sa calligraphie et de son illustration, son texte, notamment les parties en judéo-allemand occidental, mériterait d’être étudié de près, tout comme celui de l’autre haggagdah enluminée que conserve la Bnu, antérieure de quelques décennies et supposée d’origine rhénane elle aussi[6]. Toutes deux constituent un précieux témoignage de la vitalité de la communauté juive en Alsace et dans le Pays de Bade au 18siècle.

[1] Les ashkénazes sont les juifs installés principalement en Allemagne et en Europe centrale et orientale.

[2] Amsterdam, 1695 (haggadah la plus connue de cette série, modèle des suivantes) ; Francfort s. M., 1710 ; Sulzbach (Bavière), 1711 ; Amsterdam (2e édition, imprimée par Salomon Proops), 1712 ; Metz, 1767 (disponible à la Bnu  sous la cote C.10.430).

[3] Telle est l’ambition annoncée par le scribe lui-même au début de la page du titre.

[4] Paradoxalement, Seligmann n’utilise pas, sauf quelques exceptions, l’écriture ashkénaze mais l’écriture séfarade qui, en raison du prestige des caractères créés par les imprimeurs séfarades d’Amsterdam, est adoptée également par les imprimeurs et les scribes ashkénazes

[5] Le judéo-allemand occidental est, à côté du judéo-allemand oriental, l’une des deux branches du yiddish.

[6] Cote MS.3.928.

Les trois dernières lignes de texte, au-dessus de l’illustration de la Pâque.
– La directive de la deuxième coupe de vin, en écriture semi-cursive : « alors, prends la coupe dans la main et dis à haute voix : ‘c’est pourquoi…’ » (la précision « en couvrant les matsot » est absente dans cette version). Contrairement au texte principal et selon l’usage en pays ashkénaze, la directive est écrite en judéo-allemand (ici dans sa variante occidentale). Deux mots sont toutefois en hébreu : « coupe » et « c’est pourquoi », à la fois dernier mot de la directive et premier mot des louanges à prononcer à haute voix.
– Suivent les deux premières lignes des louanges, en hébreu et en écriture carrée : « c’est pourquoi nous devons remercier, louer, glorifier, vanter, exalter, célébrer, bénir, élever et magnifier Celui qui a fait pour nos pères [page suivante] et pour nous tous ces miracles ».

En savoir plus

Seder haggadah shel pessah keminhag ashkenazim (Rituel de la Pâque selon le rite des juifs askhénazes). Manuscrit sur papier et parchemin, en hébreu et judéo-allemand. Illustrations à la plumle et au lavis d’encre. Copié et enluminé à Neckarsulm par Éliézer Seligmann de Rosheim en 1779. Cote : MS.5.988.

Ce manuscrit a été acquis en 1995 en vente publique à l’hôtel Drouot, avec le soutien des collectivités locales (Région Alsace, Conseil général du Bas-Rhin, ville de Rosheim) et du Consistoire israëlite du Bas-Rhin.

Il est conservé dans les réserves précieuses de la Bnu et accessible en ligne sur Numistral (autre haggadah manuscrite sur Numistral : MS.3.928).

Bibliographie

La haggada du scribe Éliézer Seligmann de Rosheim écrite et illustrée à Neckarsulm en 1779 (éd. Robert Weyl, Thérèse et Mendel Metzger), Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 1998 (fac-similé et commentaire, édition bilingue français et allemand).

Madeleine Zeller, « Les scènes de repas dans l’illustration juive et chrétienne : l’exemple des ouvrages conservés à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg », in Religions et alimentation, éd. par Rémi Gounelle, Anne-Laure Zwilling et Yves Lehmann, Turnhout, Brepols, 2020, p.  289-361.

Remerciements

Jacqueline Cuche, Doris Engel, Alice Mélès

Crédits photographiques

Bnu (clichés Jean-Pierre Rosenkranz)


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Madeleine Zeller (13 avril 2022). Le repas de la Pâque dans une haggadah manuscrite du 18e siècle. Lieu de recherche : le carnet de la Bnu. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m49x


Madeleine Zeller

Chargée de missions scientifiques Patrimoine et Alsatiques

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search