FP.2.20005 : Restauration d’un in-folio en parchemin

Abandonné dans la rue, récupéré par Wolfgang Voigt, historien de l’architecture, puis donné à la Bnu, cet ouvrage du XVIIe siècle de format in-folio a finalement été confié à l’atelier de conservation-restauration de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.

Sont-ce les conditions de conservation et de stockage ou le désintérêt manifeste dont il a été victime qui ont tant altéré l’ouvrage ? Nous éclairerons ici les causes de ces altérations et donnerons un aperçu des traitements effectués.  

FP.2.2.005 : plat inférieur avant traitement de conservation-restauration ©MRo

FP.2.2.005 dos avant traitement de conservation-restauration ©MRo

FP.2.2.005 plat supérieur avant traitement de conservation-restauration ©MRo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Datée de 1645, cette reliure, cotée FP.2.20005, contient les œuvres complètes de Bernard de Clairvaux. De grand format, elle est recouverte de parchemin estampé à froid et décorée de double filets et d’un écusson central. Le texte est imprimé en noir et rouge sur un papier vergé de couleur crème. On compte 600 feuillets rehaussés de gravures (lettrines historiées et culs de lampes).  La couture sur 5 supports double en ficelle relie le bloc texte à des plats en feuilletons recouverts de parchemin.  

 

 

 

CONSTAT DE L’ETAT MATÉRIEL 

FP.2.2.005 : tranche de tête et dos avant traitement (déchirures, rigidification, déformations et soulèvements du parchemin de couvrure) ©MRo

A son arrivée à l’atelier, l’état de la reliure était très préoccupant et sa manipulation quasi impossible sans risque d’endommager davantage la structure.  

Ces altérations présentaient en effet un risque majeur : le plat supérieur était sur le point de se détacher, les supports de couture étant en partie rompus. Une importante déformation convexe du dos du corps d’ouvrage laissait visible les claies en parchemin de réemploi.

FP.2.2.005 : tranche de tête avant traitement (forme convexe du dos) ©MRo

Ont également été constatées de nombreuses déformations  du parchemin de couvrure ainsi que des lacunes et des déchires.

À chaque manipulation, ces dernières pouvait s’accentuer, et mener à la perte d’éléments constitutifs.

 

Concernant le corps d’ouvrage, des taches et des auréoles, des déchirures périphériques, des petites lacunes et des coins cornés jalonnaient les 150 premiers feuillets.  

Un empoussièrement et un encrassement général était aussi à noter. 

 

FP.2.2.005 : page de titre avant traitement ©MRo

FP.2.2.005 : détail des coins inférieurs des premiers feuillets lacunaires du corps d’ouvrage avant traitement ©MRo

 Ces altérations sont majoritairement dues aux manipulations (coins cornés, taches…), au poids du livre, à ses conditions de stockage (supports de couture rompus et forme convexe du dos), et aux conditions environnementales qui ont entraîné une déformation et une rétractation du parchemin, matériau protéinique très réactif aux changements de températures et d’humidité.  

Une intervention de conservation-restauration devenait urgente afin de stabiliser l’ouvrage et le rendre à nouveau consultable. 

 

 TRAITEMENT DE CONSERVATION RESTAURATION 

L’objectif du traitement de conservation-restauration était de soulager les tensions du dos du corps d’ouvrage, de consolider la couvrure en parchemin et de rattacher le plat supérieur, ainsi que de traiter les feuillets endommagés.  

Pour un traitement optimal, le plat supérieur qui était sur le point de se détacher a dû être séparé du reste de la reliure, permettant plus de confort lors des opérations de conservation restauration. Il sera refixé ultérieurement.  

De même, le dos en parchemin étant très endommagé et ayant réticulé, la rigidification a induit des déformations et des déchirures, il a été choisi de le déposer pour le traiter à part. Les déformations étaient telles que replacer le dos en l’état était impossible. La dépose, bien qu’interventionniste permettra un repositionnement plus esthétique en répartissant les tensions.  

Le dos du corps d’ouvrage étant désormais accessible, nous avons procédé à une remise en forme par humidification en appliquant des cataplasmes de Tylose concentrée à 10%, ce qui a permis de décoller les claies de remploi et de nettoyer le dos.  Une apprêture dépassante constituée de plusieurs couches de papiers japonais de 17g/m² et 40g/m² a été appliquée à la colle d’amidon de blé épaisse sur les entre-nerfs pour soulager la couture très sollicitée à l’ouverture et permettre une ouverture plus souple de l’ouvrage. Les claies de remploi, témoignage documentaire important, ont été recollées par-dessus l’apprêture.  

FP.2.2.005 : pose d’une apprêture en papier japonais avec de la colle d’amidon de riz concentré, avant la remise en place des claies en parchemin de remploi ©MRo

 Le dos en parchemin, séparé du reste de la reliure, a pu être traité. Une mise à plat en tension avec des aimants en néodyme et une humidification avec un mélange 50/50 d’éthanol, d’isopropanol et d’eau (70% de solvants et 30% d’eau) a permis de réduire les déformations, de consolider les déchirures avec des bandes en papier japonais de 17g/m² et de la colle d’amidon de riz épaisse et de combler les lacunes. Une coque confectionnée avec deux épaisseurs de papiers japonais de 40g/m² a permis une meilleure tenue du dos. Elle a été moulée sur ce dernier in situ avec bandage toute une nuit pour permettre la mise en forme en séchant.  

FP.2.2.005 : dos déposé et traité par humidification contrôlée et mise sous poids entre des aimants ©MRo

FP.2.2.005 remise en forme du dos après collage d’une coque en papier japonais au verso ©MRo

 

 

 

 

 

 

FP.2.2.005 : moulage du dos équipée de sa coque en papier japonais sur le dos de la reliure ©MRo

Le corps d’ouvrage a ensuite été dépoussiéré avec une gomme en latex expansée (Smoksponge©) et avec un aspirateur à filtre HEPA. Les déchirures et lacunes des 150 feuillets ont été réparées avec des bandes de papiers japonais de 20g/m² et de la colle d’amidon de blé diluée.  

Le premier cahier a été baigné afin d’éliminer les produits de dégradation jaunissant le papier, de retirer les bandes de renfort anciennes créant des tensions et d’atténuer les auréoles puis recousu avec du fil de lin. 

FP.2.2.005 : le premier cahier est baigné dans l’eau après test de solubilité des encres ©MRo

FP.2.2.005 : premier cahier avant traitement ©MRo

FP.2.2.005 : premier cahier après traitement ©MRo

FP.2.2.005 coin inférieur droit du premier feuillet avant traitement ©MRo

FP.2.2.005 coin inférieur droit du premier feuillet après traitement ©MRo


Les plats en parchemin ont bénéficié d’un gommage effectué avec une gomme en PVC (Staedtler©) et d’un nettoyage léger à l’aide d’enzymes naturelles (alpha-amylase) dans un liant aqueux pour réduire l’encrassement. Le plat supérieur a pu être refixé par le biais de l’apprêture dépassante précédemment appliquée sur le dos du corps d’ouvrage.
 

FP.2.2.005 charnière en papier japonais collée sur le mors supérieur après mise au ton ©MRo

Le dos en parchemin a ensuite pu être remis en place grâce à des soufflets en papier japonais. Un long travail de moulage a ensuite été nécessaire pour le positionner correctement et refermer les déchirures qui s’étaient ré-ouvertes à cause de l’humidité apportée par l’adhésif de consolidation.

Des bandes de papiers japonais pré-teintés avec une teinture à l’eau (Luganil©) ont été appliquées sur les mors et les coiffes, ainsi que sur les zones consolidées. Une retouche locale à l’aquarelle a permis d’homogénéiser esthétiquement le traitement.  

FP.2.2.005 : dos avant traitement ©MRo

FP.2.2.005 : dos après traitement ©MRo

FP.2.2.005 : tranche de tête avant traitement ©MRo

FP.2.2.005 : tranche de tête après traitement ©MRo

 

Un étui sur mesure avec une cale en mousse de polyéthylène expansée à l’azote (Plastazote©) intégrée en queue d’ouvrage a enfin été confectionné, à l’intérieur duquel sont placés les éléments désolidarisés conservés sous pochette mylar©.  

FP.2.2.005 : plat inférieur après traitement de conservation-restauration ©MRo

FP.2.2.005 : dos après traitement de conservation-restauration ©MRo

FP.2.2.005 : plat supérieur après traitement de conservation-restauration ©MRo

 

CONCLUSION 

Après un long et conséquent traitement de conservation restauration, rendu difficile par le format et l’état très altéré du parchemin réticulé, l’ouvrage a retrouvé une lisibilité qu’il avait perdu. Il est désormais libéré des tensions qui empêchaient sa consultation, a gagné en souplesse lors de l’ouverture et a rejoint depuis ses pairs sur les rayonnages de la Bnu.

 

 

 

 

 

FP.2.2.005 reconditionné dans son étui sur mesure ©MRo

FP.2.2.005 : cale en mousse de polyéthylène fixée en queue de l’étui ©MRo

 



Citer ce billet
Morgane Royo (2022, 3 juin). FP.2.20005 : Restauration d’un in-folio en parchemin. Lieu de recherche : le carnet de la Bnu. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4ac

Morgane Royo

Restauratrice du patrimoine spécialité Livres et arts graphiques.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search