Face au nazisme – billet #7 – Archives et illustration : un projet de médiation scolaire

Le projet Représenter la Seconde guerre mondiale par des morceaux d’archives choisis

Dans le cadre de la préparation de l’exposition Face au nazisme (qui ouvrira le 15 septembre prochain), nous avons eu l’occasion de soutenir un projet impliquant deux classes de 3e du collège Grégoire de Tours de Marlenheim au total 54 élèves. Lancé à l’initiative de Julien Helfer, professeur d’histoire dans ce collège, le projet Représenter la Seconde guerre mondiale par des morceaux d’archives choisis réunis autour des élèves, l’illustrateur Thibaut Lambert* et des personnels de service d’archives, bibliothèque ou musée strasbourgeois. Les documents utilisés sont issus des collections de la Bnu, des Archives départementales d’Alsace (site de Strasbourg) ou du Centre international de l’Illustration – Musée Tomi Ungerer à Strasbourg. Le projet bénéficie en outre du soutien de l’Office national des anciens combattants (ONAC) et de la Collectivité européenne d’Alsace (CEA).

Façade du collège Grégoire de Tours de Marlenheim – photo JS

Le but de ce projet pédagogique consiste à confronter les élèves avec des documents d’archives : affiches, lettres, documents administratifs, photographies… et à les inviter à s’en emparer pour développer un projet de planche de bande dessinée avec l’aide de Thibault Lambert. Il s’agit donc de :

  • confronter les élèves au matériau historique brut en lien avec le programme d’histoire de troisième ;
  • permettre aux élèves de découvrir et de se familiariser avec les lieux des archives ou avec les bibliothèques (initiation à la recherche historique) ;
  • permettre aux élèves de rencontrer des illustrateurs professionnels et d’échanger avec eux sur leur pratique ;
  • permettre aux élèves de s’approprier l’histoire ;
  • passer par l’image pour donner à voir l’histoire autrement en donnant accès à une forme concret de l’événement historique et en aidant les élèves à prendre du recul par rapport aux images dont certaines ont pu être produites par les organes de propagande du IIIe Reich ;

Le travail est organisé en plusieurs séances de travail entre les mois de mars et de juin 2022, l’objectif est d’aboutir à la création par chaque groupes d’élèves d’une planche de bande dessinée destinée à dialogue avec la reproduction du document original. Le résultat de cette production servira de matériaux pour une exposition itinérante sur panneaux qui sera présentée aux Archives départementales d’Alsace à partir du 21 juin, puis à la Bnu, à l’ONAC du Bas-Rhin et dans d’autres lieux.

Quelques exemples du corpus proposé aux élèves :

Pour la Bnu, ce projet s’inscrit à la fois dans ses missions de diffusion de sa documentation, mais aussi de son expertise dans le traitement de l’information contenue par les documents qu’elle conserve. En effet, il importe de confronter ces élèves à la lecture des images produites durant la Seconde Guerre mondiale, afin de leur donner les clés pour prendre du recul et réfléchir à leur signification afin de les aider à mieux appréhender le monde contemporain où l’image a pris une place toute particulière à travers les écrans ou les réseaux sociaux. Il est important dans ce projet de donner les clés permettant de comprendre la signification d’une image ou la manière dont celle-ci a pu être construite dans un but politique.

* Thibaut Lambert est auteur et illustrateur de bandes dessinées, il a publié :

Au coin d’une ride (2014)

De rose et de noir (2017)

– L’amour n’a pas d’âge (2019) prix silver économie 2019

– Si je reviens un jour… les lettres retrouvées de Louise Pikovsky (2020) 

En 2021, il publie avec Mathieu Sam Les frontières du douanier Rousseau aux éditions Michel Lafon.

La Seconde Guerre mondiale dans la bande dessinée

Durant la guerre de 1939 à 1945, la bande dessinée joue un rôle dans sa dimension de média de propagande destiné à renforcer la détermination de son propre camp et à dénigrer le camp ennemi. C’est notamment l’apparition des War comics aux Etats-Unis avec la création du personnage de Captain America. Sa première mention est datée de mars 1941 mais publiée dans l’urgence dès décembre 1940. Le superheros combat non seulement les nazis et les japonais pour défendre les valeurs américaines ou la liberté, mais il sert aussi les campagnes de recrutement de l’armée. Ses aventures se vendent alors à plus d’un million d’exemplaires. D’autres personnages plus anciens tels Batman, Superman ou les héros de des studios Disney participent à cet effort de guerre dessiné.

La Bête est morte, [couverture du vol. 2] paru en 1945.

En France, les années d’après-guerre sont marquées par la parution de l’album la Bête est morte ! la guerre mondiale chez les animaux illustré par Edmond-François Calvo. L’œuvre transpose la Seconde guerre mondiale dans un univers animalier à la fois satirique et épique. Le récit comporte une vision sociale, politique et critique très virulente, la Mort, le Mal, les exactions sanguinaires (comme le massacre d’Oradour-sur-Glane) et la Shoah sont très explicites.

Autre exemple majeur : Maus d’Art Spiegelman qui paraît entre 1981 et 1991, le récit raconte à travers un long dialogue entre l’auteur et son père, l’histoire de ce dernier juif polonais survivant des ghettos et du camp d’extermination d’Auschwitz. Le récit suit l’intégralité des années de guerre de l’invasion de la Pologne à l’effondrement du IIIe Reich. Art Spiegelmann ose un traitement graphique où les différentes nations sont représentées par des animaux, dans la perspective métaphorique de la chaîne alimentaire (les Juifs sont des souris, traquées par les chats/Allemands ; les Français sont des grenouilles et les Américains des chiens). Ce roman graphique marque les esprits, même si la dénonciation de l’Holocauste n’est pas nouvelle, le texte rejoint les œuvres de Primo Levi ou de Robert Antelme sur les questions de valeurs identitaires et de la solidarité.

Le Voyage de Marcel Grob,[couverture de l’album], 2018

Plus récemment la bande dessinée consacrée à la Seconde Guerre mondiale a connu un développement important, avec par exemple, la série Malgré-nous (éd. Quadrants Boussole, 2009-2013) de Thierry Gloris et de Marie Terray. Le scénariste s’appuie sur les souvenirs racontés par sa grand-mère qui lui parlait de sa famille et ses proches victimes de l’incorporation de force durant la guerre. Autre bande dessinée consacrée aux Malgré-Nous : Le Voyage de Marcel Grob de Philippe Colin et de Sébastien Gœthals (Futuropolis, 2018) qui raconte le destin de Marcel Grob, Alsacien incorporé à 17 ans dans la Waffen SS, laminé par les exactions perpétrées et marqué par l’infamie, le double «S» brodé au revers de la veste. Dans ce récit, les deux auteurs ont souhaité réhabilité la mémoire de ce Malgré-Nous et à travers celle des milliers d’autres qui, contre leur volonté, ont été contraints de participer à la machine de guerre et aux atrocités du régime national-socialiste. Citons aussi Têtes de mule : six jeunes alsaciennes en résistance d’Étienne Gendrin d’après le récit d’Alice Daul (éd. la Boîte à bulles, 2020). Cette bande dessinée raconte l’histoire d’Alice Daul au sein du réseau de résistance des Pur-Sang. Un groupe de six Strasbourgeoises issues de différents groupes « Guides de France » qui s’organise pour faire franchir les Vosges à des prisonniers de guerre ou à des Alsaciens qui cherchent à échapper au Reichsarbeitsdienst (le service du travail obligatoire allemand). Entre 1940 et 1942 ces résistantes permettent à près de 400 personnes de s’échapper en franchissant les Vosges. Enfin, Thibaut Lambert et Stéphanie Trouillard ont publié Si je reviens un jour… les lettres retrouvées de Louise Pikovsky (éd. des Ronds dans l’O, 2020)  qui à partir de lettres et de photographies retrouvées de Louise Pikovsky, jeune lycéenne qui entretient une correspondance avec sa professeure de français. Son dernier courrier date du 22 janvier 1944, jour où elle est arrêtée avec sa famille. Internés à Drancy, le père, la mère et les quatre enfants ont été déportés à Auschwitz où ils ont été assassinés.

Ce bref aperçu de la production de bande dessinée basée sur les récits de la Seconde Guerre mondiale révèle les nombreuses sources d’inspirations possibles pour les élèves du projet Représenter la Seconde guerre mondiale par des morceaux d’archives choisis. Il souligne l’importance du 9e art pour faire connaître et partager les destins des millions de victimes de ce conflit.

Sources :

Edmond-François Calvo ,Victor Dancette, Jacques Zimmermann, la Bête est morte, la guerre mondiale chez les animaux, Paris : Gallimard, 1995, réed., 80 p.

Philippe Colin, Sébastien Gœthals, Le Voyage de Marcel Grob , Paris : Futuropolis, 2018, 191 p.

Étienne Gendrin (d’après le récit d’Alice Daul), Têtes de mule : six jeunes alsaciennes en résistance, Saint-Avertin : la Boîte à bulles, 2020, 164 p.

Thierry Gloris et Marie Terray, [série], Malgré-nous, Toulon / Paris /Bruxelles : éd. Quadrants Boussole, 2009-2013, 4 vol.

Art Spiegelman, Maus : un survivant raconte, Paris : Flammarion, 1992, réed., 2 vol., 161 p., 135 p.

Philippe Tomblaine, La Seconde Guerre mondiale dans la bande dessinée, Montrouge : éd. P.L.G., 2015, 279 p.

Stéphanie Trouillard, Thibaut Lambert, Si je reviens un jour… les lettres retrouvées de Louise Pikovsky, Vincennes : des Ronds dans l’O, 2020, 96 p. La bande dessiné est accompagnée par un webdocumentaire en ligne.


Jérôme Schweitzer

Directeur du pôle Partage, diffusion et réseaux

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.