Découverte de deux lettres inédites du philosophe Edmund Husserl à la Bnu

Portrait de Gabrielle Peiffer (alias Catherine Kany), photographie non datée

En 1929, le philosophe Edmund Husserl – fondateur de la phénoménologie, et déjà célèbre en Allemagne – est invité à prononcer en Sorbonne une série de conférences d’introduction à la phénoménologie. Sur le chemin du retour, sollicité par son ancien étudiant Jean Héring, Husserl s’arrête à Strasbourg et y rencontre des membres de la Faculté de théologie. C’est le début d’une période d’échanges qui donneront notamment lieu au projet de traduction des conférences parisiennes remaniées. Celle-ci est confiée à une étudiante en philosophie de la Faculté de lettres de Strasbourg, Gabrielle Peiffer. Aidée d’Emmanuel Levinas, puis d’Alexandre Koyré pour les révisions, Peiffer produit la première traduction française d’un ouvrage de Husserl en France, les Méditations cartésiennes. L’ouvrage paraît en 1929 chez Armand Colin et sera réédité peu après chez Vrin, cette traduction « historique » restant aujourd’hui encore celle proposée par cet éditeur.

On savait peu de choses sur le contexte de cette traduction, et encore moins sur la trajectoire ultérieure de Peiffer. Récemment, Édouard Mehl, professeur de philosophie moderne et d’histoire des sciences à l’Université de Strasbourg – par ailleurs directeur de thèse de l’auteur de ces lignes – découvrait dans le fonds Jacques et Raïssa Maritain de la Bnu une correspondance du premier nommé avec Gabrielle Peiffer, dont un passage mentionne l’existence de lettres que Husserl lui aurait envoyées au moment où elle travaillait sur cette traduction. Sachant que j’effectuais quelques recherches d’archives sur Jean Cavaillès relatives à mon propre sujet de thèse, E. Mehl m’a donc demandé de rester attentif à tout document relatif à Gabrielle Peiffer, insistant bien sur l’éclairage important que ces lettres pourraient fournir sur les débuts de la phénoménologie en France. Et de fait, quelques recherches sur des bases de données et dans la bibliothèque de la Faculté de théologie protestante me permirent de retrouver un article peu connu de 1975, publié par Gabrielle Peiffer dans la Revue réformée – article racontant la mort de Husserl, dans lequel elle fournit quelques indications sur le contexte de sa traduction et cite brièvement le contenu d’une des lettres. C’était un indice supplémentaire de l’existence de ces missives et de leur intérêt, ce qui m’a encouragé à poursuivre l’enquête. Quelques jours se passèrent à rassembler toutes les informations disponibles sur Gabrielle Peiffer. Rebondissant de coupure de presse en notice, un dossier conservé à la Bnu a finalement pu être identifié.

Le premier feuillet du dossier mentionne qu’il s’agit d’un dépôt constitué par Gabrielle Peiffer elle-même, et confié à la Bnu en 1973. Là, dans cet ensemble qui compile poèmes inédits, lettres, coupures de presse et critiques littéraires jalonnant sa carrière, se trouvent des photocopies de deux lettres inédites d’Edmund Husserl. Il y a quelque chose de vertigineux à constater que ce dossier avait déjà été consulté dans le cadre de recherches universitaires d’histoire de la littérature, qui n’avaient pas identifié l’importance de ces deux documents, montrant à quel point le hasard, ainsi que les questions et les objectifs du chercheur, se chargent de révéler ou d’occulter la valeur d’un document.

Photocopie d’une des lettres envoyées par Husserl à Gabrielle Peiffer (l’original semble perdu). Dossier Catherine Kany (pseudonyme de Gabrielle Peiffer ; cote BNU MR.10.143)

Une vérification immédiate avec Édouard Mehl, et une expertise rapide auprès de Claudia Serban, puis de Thomas Vongehr des Archives Husserl de Louvain (Husserl Archives Leuven), permettent de s’assurer que les lettres sont authentiques et inédites. Rapportées à d’autres lettres inédites découvertes précédemment, elles contribueront à mettre davantage en lumière le rôle déterminant joué par l’Université de Strasbourg dans la diffusion et le développement d’un des courants majeurs de la pensée philosophique du 20e siècle, et préciseront le contexte de travail qui était celui de Gabrielle Peiffer et d’Emmanuel Levinas lors de cette première traduction historique.

Il est particulièrement satisfaisant que cette découverte ait lieu à Strasbourg, et qu’elle résulte d’une enquête menée par des membres du CREPHAC (Centre de recherches en philosophie allemande et contemporaine, UR 2326). Historiquement, la Faculté de philosophie de Strasbourg a non seulement contribué à la diffusion de la pensée de Husserl en France, mais a aussi fait largement fructifier ce passé, tant sur le plan conceptuel qu’institutionnel. Ainsi, alors que les liens entre notre laboratoire et l’université de Freiburg sont plus forts que jamais, il est assez émouvant de voir nos deux universités d’ores et déjà reliées, à quatre-vingt treize ans d’intervalle, par l’écriture fine et difficilement déchiffrable d’Edmund Husserl.

 

Romain Peter
Doctorant chargé de cours
Faculté de Philosophie
Université de Strasbourg

 


 

Orientations bibliographiques

 

Dupont, Christian, Phenomenology in French Philosophy: Early Encounters, Dordrecht, Springer, 2014
Dupont, Christian, « Jean Héring and the Introduction of Husserl’s Phenomenology to France », in Studia phænomenologica, vol. XV (2015), p. 129-153
Levinas, Emmanuel, Éthique et infini, Paris, Le Livre de poche, 1992, p. 19-20
Mehl, Edouard et Serban, Claudia, « Une lettre inédite de Husserl à Jean Héring, 4 février 1937 », in Alter [en ligne], 28 | 2020, mis en ligne le 22 décembre 2020, consulté le 12 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/alter/2214 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alter.2214

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.