Samouraïs, guerriers et esthètes à partir du 11 mars 2022

L’exposition Samouraïs, guerriers et esthètes est l’occasion d’explorer l’univers des samouraïs, au-delà des clichés et à travers ce que nous en raconte un objet décoratif qui leur est propre : la garde de sabre ou tsuba

Des samouraïs, on retient souvent l’image qu’en ont fixée les films de sabre et les récits légendaires : des guerriers au courage et à la morale exemplaires, fidèles à leur devoir jusqu’à une mort qu’ils méprisent. Du 10e siècle, époque de leur émergence, à leur disparition à la fin du 19e siècle, les samouraïs, chevaleresques chevaliers du Japon, auraient ainsi été des figures immuables perpétuant un même code d’honneur immémorial, le bushidō.

La réalité historique est, bien entendu, très différente de cette image simpliste, forgée en grande partie au moment du nationalisme militariste du début du 20e siècle et alimentée par certaines fascinations occidentales. Au fil des siècles, le guerrier a vu son armement et sa manière de combattre profondément évoluer, bien sûr, mais aussi son rôle social et sa culture. Le cavalier des débuts, qui suivait la “Voie de l’arc et des flèches” et que la cour impériale utilisait tout en réprouvant sa grossièreté, est devenu un être raffiné, urbain, pratiquant les armes comme un art et les arts comme une recherche de distinction.

Cette exposition, fondée sur une collection privée promise en don à la Bibliothèque nationale et universitaire*, est l’occasion de découvrir plus précisément cette culture des samouraïs, à travers ce que nous en raconte un objet décoratif qui leur est propre : la garde de sabre ou tsuba. Cet objet est une particularité du sabre japonais car, contrairement aux armes occidentales, son montage sur la lame du sabre était amovible et le propriétaire pouvait donc le remplacer au gré de ses besoins. Il est donc devenu, à partir du 15e siècle, un objet de décoration et, dans l’Occident qui, après 1853, découvrit le Japon, un objet de collection au même titre que les estampes ou les céramiques.

Avec une incroyable diversité, cet objet raconte la culture d’un samouraï qu’on découvre épris de théâtre autant que d’affaires militaires, observateur de la nature et de la société qui l’entourent. Prouesse de métallurgie à l’inventivité sans pareille, multipliant les références à l’histoire, à la littérature, aux religions, aux arts, le tsuba est une “véritable encyclopédie du Japon”.

Toutes les infos sur : Bnu.fr

* Les collections de langues et littératures d’Asie de la Bnu font l’objet d’une co-labellisation Collex-Persée à l’échelle nationale avec celles du Service des bibliothèques de l’Université de Strasbourg.


Commissariat : Patrick Liebermann, Emmanuel Marine et Delphine Mulard, assistés par Agathe Jacquemin

Production : Bibliothèque nationale et universitaire, en partenariat avec l’Université de Strasbourg

Exposition sous le patronage du Consulat général du Japon à Strasbourg



Citer ce billet
Térence Bui (2022, 9 mars). Samouraïs, guerriers et esthètes à partir du 11 mars 2022. Lieu de recherche : le carnet de la Bnu. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m49j

Térence Bui

Administrateur technique

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search