Résidences-chercheurs CollEx-Persée : Étudier et dessiner la Grèce au début du 19e siècle : le fonds Carl Haller von Hallerstein. Chronique (1)

En janvier 2021, la Bnu de Strasbourg a été lauréate de deux appels à projet de Résidences chercheurs CollEx-Persée[1]. Ce dispositif inédit offre la possibilité à un chercheur dont les travaux concernent un fonds particulier conservé par une bibliothèque du réseau CollEx-Persée (délégataire ou associée), de travailler à sa mise en valeur scientifique et technique, avec les équipes de la bibliothèque.

L’un des projets retenus porte sur la collection de manuscrits arabes de la Bnu. Le second, dont il est question ici, est consacré au fonds de l’architecte et archéologue allemand Carl Haller von Hallerstein (1774-1817) [2]. Intitulé « Étudier et dessiner la Grèce au début du 19e siècle », il est porté par Daniela Lefèvre-Novaro (professeur d’archéologie grecque à l’université de Strasbourg / UMR 7044 Archimède) et Claude Lorentz (Bnu).

Carl Haller von Hallerstein a effectué un long voyage d’étude et d’exploration en Italie, en Grèce et en Asie Mineure entre 1808 et 1817 à la recherche notamment de traces de l’architecture grecque antique. Les multiples dessins réalisés au cours de ce périple en font un acteur important de l’ « âge d’or du voyage pittoresque en Grèce », tandis que ses découvertes et relevés le classent parmi les précurseurs de l’archéologie scientifique. La Bnu conserve depuis la fin du 19e siècle l’essentiel des archives de ces voyages, soit son journal, ses carnets, ses portefeuilles de croquis et de dessins et sa correspondance.

La recherche et l’exploitation du fonds dans le cadre de cette résidence s’articulent autour de deux axes et mobilisent des collaborations scientifiques externes (doctorants et enseignants-chercheurs).

Un premier axe porte sur les dessins paysagers réalisés par Haller von Hallerstein en Grèce entre 1810 et 1817 et tentera de préciser quel a été son apport au mouvement du dessin pittoresque des 18e et 19e siècles. Il est prévu que les résultats de cette recherche fassent l’objet d’une publication collective présentant un panel de dessins réalisés par l’achitecte-voyageur, contextualisés à l’aide de contributions d’historiens, d’historiens de l’art et d’archéologues.

Le second axe, plus spécifiquement archéologique, a pour objet l’étude du rôle qu’a joué Haller von Hallerstein dans la redécouverte des sanctuaires grecs au début du 19e siècle. Cet axe se décline en synergie étroite avec l’axe 4 (Pratiques rituelles : gestes, objets et représentations) de I’Institut thématique interdisciplinaire d’Histoire, Sociologie, Archéologie et Anthropologie des Religions de l’université de Strasbourg (ITI HISAAR), dont il associe des chercheurs et dans le calendrier duquel il s’insère. La valorisation de cette recherche est envisagée sous la forme de publications papier et électronique.

Outre les publications mentionnées ci-dessus, l’étude du fonds a également pour objectif de corriger et d’enrichir son signalement dans la base Calames. Enfin, au terme de l’investigation scientifique, le fonds fera l’objet d’une restauration des éléments altérés ou fragilisés et d’un reconditionnement complet répondant aux normes de conservation de manuscrits et documents graphiques de cette nature.

La résidence a débuté en janvier de cette année et se déroulera durant six mois. L’étude systématique du fonds est en cours par Daniela Lefèvre-Novaro. La subdivision du fonds en quatre sous-séries archivistiques (dessins et croquis, carnets de croquis, journal de voyage et correspondance) et la relative dispersion des pièces à l’intérieur de la sous-série « dessins et croquis » implique une investigation parallèle des différentes composantes afin d’établir leur intelligibilité. Cette confrontation et mise en relation a d’ores et déjà permis de préciser l’itinéraire poursuivi par von Hallerstein en Grèce, de son arrivée à Corfou en août 1810 à sa mort à Ambelaki (Thessalie) en novembre 1817.

Tant sur le terrain en Grèce qu’au travers sa correspondance, Haller von Hallerstein fut en relation avec de nombreuses personnalités issues de différentes nations européennes et poursuivant des objectifs similaires aux siens : les Britanniques John Foster (1786-1846) et Charles Robert Cockerell (1788-1863), le Danois Peter Oluf Brønsted (1780-1842), l’Allemand Jacob Linckh (1787-1841), le Germano-Balte (Estonie) Otto Magnus von Stackelberg (1787-1837), le Français Louis-François-Sebastien Fauvel (1753-1838) entre autres, ce qui induit l’usage et la présence de plusieurs langues dans le fonds. Hallerstein, lui-même de naissance et de culture allemande (il est né à Hilpoltstein près de Nuremberg) écrivait, en homme des Lumières qu’il fut, en plusieurs langues selon les contextes et les interlocuteurs : allemand, français et italien essentiellement. À cet égard, le programme de recherche bénéficie du concours et de l’expertise de Corentin Voisin, agrégé d’histoire et doctorant en archéologie grecque, dans le domaine de la paléographie allemande des 18e et 19e siècles tout particulièrement.

Daniela Lefèvre-Novaro et Corentin Voisin

Au fur et à mesure du dépouillement du fonds, les données de la base Calames sont également reprises,  corrigées le cas échéant et, surtout, enrichies grâce au catalogage systématique de chaque pièce effectué par Marine Schlachter, doctorante en archéologie grecque.

Marine Schlachter

Quant aux aspects liés à la restauration et à la conservation, une expertise minutieuse du fonds est actuellement menée par les collègues de l’atelier de restauration de la Bnu Marie-Hélène Boini et Morgane Royo en vue de la l’établissement du plan de charge de sa restauration et de la planification de son reconditionnement qui interviendra à l’issue du programme d’étude.

Marie-Hélène Boini et Morgane Royo

 

Daniela Lefèvre-Novaro et Claude Lorentz

Equipe :

Daniela Lefèvre-Novaro, professeur d’archéologie grecque, université de Strasbourg – UMR 7044 Archimède

Claude Lorentz, conservateur en chef, Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg

Marine Schlachter, doctorante en archéologie grecque, université de Strasbourg

Corentin Voisin, agrégé d’histoire, doctorant en archéologie grecque (université de Strasbourg)

 

 

 


[1] Voir le billet publié dans ce carnet : https://bnu.hypotheses.org/7602

[2] Voir sur ce site : https://www.collexpersee.eu/projet/etudier-et-dessiner-la-grece-au-debut-du-xixeme-siecle/


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.