Paroles de chercheur : Enrica Zanin

 

Enrica Zanin

En quelques mots, pourriez-vous vous présenter ?

Je suis arrivée à l’Université de Strasbourg en 2011, après avoir mené des études en Italie, en France et en Allemagne. Je suis maîtresse de conférences en littérature comparée, et je m’intéresse à la littérature de la Renaissance dans une prospective européenne. Les relations entre éthique et littérature sont au cœur de mes recherches : je cherche à comprendre comment le lecteur parvient à extraire des textes un contenu de vérité. Je constate que ce contenu change dans le temps : les textes qui, à la Renaissance, semblaient riches de sens et de savoir, comme les nouvelles de Boccace, sont par la suite condamnés par les lecteurs et interdits par la censure. Un problème analogue se pose au théâtre, dont la poétique est souvent définie, à la Renaissance, par des critères éthiques : la tragédie finit « mal », la comédie finit « bien », l’une est censée instruire par la vue des malheurs d’autrui, l’autre viendrait satiriser les travers de chacun. L’essor du théâtre en Europe, au début du XVIe siècle, ouvre un chantier passionnant où les discussions de poétique en viennent à définir de près les effets que produit, hier comme aujourd’hui, le spectacle sur chaque auditeur.

 

 

Quelle est votre fréquentation des bibliothèques et quelle place occupe la documentation dans vos recherches ?

Les bibliothèques occupent un rôle central dans mes recherches, parce que je travaille sur des textes anciens qui font très rarement l’objet d’éditions modernes. Ce n’est qu’en consultant les manuscrits et les imprimés anciens conservés dans les bibliothèques de Florence, de Rome, d’Oxford et de Paris j’ai pu trouver les textes essentiels pour mes recherches. En ce sens, la bibliothèque de Wolfenbüttel, dans le nord de l’Allemagne, a été un lieu extraordinaire pour moi. Cette bibliothèque, fondée à la fin du XVIe siècle par le duc August, est restée intacte jusqu’à nos jours. En se promenant dans les rayonnages, on peut donc comprendre quels ouvrages étaient essentiels aux yeux des hommes et des femmes de la Renaissance. On y découvre des traités d’astronomie, des catalogues de harnachement, des livres de théologie, mais aussi des romans, des poèmes et des nouvelles. Tout ce que nous appelons littérature a été classé par le duc August dans la section Ethica de sa bibliothèque. Ce classement peut nous surprendre : il révèle que les perceptions de l’éthique et de la littérature, à la Renaissance, étaient bien différentes des nôtres.

 

Quels liens entretenez-vous avec la Bnu ?

La BNU est pour moi, comme pour nombre de lecteurs, un lieu merveilleux de découverte et d’étude. J’ai pu collaborer plus étroitement avec ses conservateurs pour la réalisation du numéro de La Revue de la BNU consacré à Dante, à l’occasion du 700e anniversaire de sa mort. Le projet de la revue est né de l’exploration de la richesse extraordinaire du fonds Witte. La bibliothèque conserve en effet les notes, les œuvres critiques et les volumes anciens ayant jadis appartenu à Karl Witte, qui fut un des pionniers de la philologie dantesque au 19e siècle.

Il s’agit d’un fond allemand qui traite de textes italiens et qui, pour cette raison, est resté longtemps peu accessible aux chercheurs français. Il est pourtant très important pour comprendre l’essor de la philologie en Europe et la place essentielle qu’occupe l’œuvre de Dante à la fin du XIXe siècle.

Dante à Strasbourg, à l’origine de la publication du n° 23 (2021) de La Revue de la BNU

Quelle est votre actualité scientifique ?

Je viens de finir un ouvrage qui porte sur l’histoire des relations entre éthique et littérature, de Boccace à Madame de La Fayette. Dans ce livre, je cherche à montrer que l’histoire du récit ne coïncide pas avec la séparation progressive entre littérature et morale, mais qu’en revanche l’extrême liberté dont jouissait le récit de la fin du Moyen Âge se trouve réduite et contrainte à la fin du XVIe siècle, quand l’essor de la censure impose un plus grand contrôle de l’imprimé et que la réception de la Poétique d’Aristote change radicalement la conception du récit. Les conséquences de ces événements sont de taille : la morale du récit devient explicite, son texte tend à l’idéalisation, toute ambiguïté idéologique et toute allusion grivoise disparaît. Le récit ne se libère pas de la morale mais semble, au contraire, devenir plus moral. Ce bouleversement dans la pratique du récit a des répercussions importantes sur l’histoire du roman moderne.

 

Avez-vous repéré, dans les collections de la Bnu, un document particulièrement remarquable dont vous souhaiteriez partager la découverte ?

La BNU possède un petit volume (cote : R.10.798) qui contient la première édition moderne des épîtres de Dante. Il s’agit d’une édition que Karl Witte publia en 1827, et qu’il fit imprimer seulement à soixante exemplaires. Ce volume est donc très rare, mais ce qui le rend unique est la quantité importante de notes manuscrites et d’ajouts dont ses marges portent la trace. Witte y fit intercaler des feuillets pour pouvoir en annoter chaque page. Il travailla ainsi à la réédition des épîtres de Dante tout au long de sa vie. Mais sa nouvelle édition ne vit jamais le jour. En revanche, nous avons pu prouver que cet important travail de correction et d’annotation a pu bénéficier à une autre édition des épîtres de Dante, celle publiée par Pietro Fraticelli en 1857. Cette édition de référence doit beaucoup plus à la main de Witte qu’à celle de Fraticelli. Le petit livre conservé à la BNU en est la preuve.

Epîtres de Dante, avec des annotations manuscrites de Karl Witte

Quels services aux chercheurs souhaiteriez-vous voir se développer dans les bibliothèques ?

Je ne peux que souhaiter que la bibliothèque développe davantage ses fonds, par l’acquisition et la conservation de nouveaux ouvrages, et qu’un dialogue plus étroit se noue entre les conservateurs et les universitaires, afin que ces fonds soient davantage connus et étudiés. La situation particulière de la BNU, qui est née comme une bibliothèque allemande et se trouve actuellement en France, appelle à encourager les collaborations entre lecteurs francophones et germanophones pour rendre les volumes plus anciens de la bibliothèque accessibles à tous.



Citer ce billet
Christophe Didier (2022, 16 mars). Paroles de chercheur : Enrica Zanin. Lieu de recherche : le carnet de la Bnu. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m49m

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search