Les acquisitions patrimoniales de 2021 : une quarantaine de nouveaux trésors #1 Ouvrages imprimés

Comme chaque année, la Bnu a poursuivi en 2021 une politique active d’acquisitions patrimoniales. Une quarantaine de nouveaux trésors acquis à titre onéreux est venue enrichir ses collections, dont une quinzaine d’imprimés anciens ou contemporains, cinq manuscrits, une carte, un placard, une quinzaine d’ensembles iconographiques avec, pour certains, le soutien du « Fonds régional de restauration et d’acquisition des bibliothèques » de la Région Grand Est. Tous sont alsatiques par leur thème, leur(s) auteur(s) ou leur lieu de production. Quels sont-ils ? Premier volet de ce tour d’horizon : les ouvrages imprimés.

Imprimés du 16e siècle : ouvrages de controverse ou de dialectique

Le livre imprimé ancien, de l’incunable au 17e siècle, représente le cœur des collections de la Bnu, un axe prioritaire que respectent les acquisitions patrimoniales.  Les imprimés du 16e siècle reflètent pour la plupart les controverses religieuses alors en cours. Certains sont des raretés, comme le pamphlet des huit cantons catholiques de Suisse contre la dispute de Berne, Ein send brieff der acht Christlichen ort einer loblichen Eidtgnoschafft… (R.105.767) publié par Thomas Murner en 1529 depuis son exil à Lucerne : si son auteur, un des opposants alsaciens les plus virulents à la Réforme, est bien connu, seuls quatre exemplaires sont répertoriés dans le monde.

Thomas Murner, Ein send brief…, 1529 (R.105.767), page de titre.

Autre rareté – première et seule édition connue de cet ouvrage, les trois précédentes ayant disparu –, le Contra disceptationes… de Henri de Langenstein (Henricus Hassia) (R.105.762), destiné à mettre de l’ordre dans les opinions discordantes des ordres mendiants sur la conception virginale de Marie (Strasbourg, 1516). Avec son titre à encadrement Renaissance et sa typographie particulièrement soignée, cet ouvrage, auquel ont contribué des Alsaciens célèbres – Jacob Wimpheling, Sebastian Brant et Ottmar Nachtgall – comble de plus une lacune dans les collections de la Bnu, puisque l’exemplaire acquis initialement par ce qui était alors la Kaiserliche Universitäts- und Landesbibliothek était noté manquant depuis 1919.

Henri de Langenstein (Hassia), Contra disceptationes…, 1516. (R.105.762), avec la fiche de l’ancien catalogue de la Bnu, où figure la mention « Manque ».

Le très bel ouvrage Bellum musicale inter plani et mensuralis cantus reges du théoricien de la musique Claudio Sebastiani (Strasbourg, 1563) (R.105.763), illustré de gravures allégoriques en pleine page, de tablatures et de notations musicales, reflète quant à lui la division entre les tenants du plain chant et ceux de la polyphonie au milieu du 16e siècle. Il se présente comme une joute oratoire très animée entre les rois des deux provinces pour désigner le successeur d’Apollon comme roi de la musique.

Claudio Sebastiani, Bellum musicale, 1563 (R.105.763).
À gauche la «fontaine des muses » (fons musarum), où les neuf muses jouent chacune d’un autre instrument de musique.

On citera enfin un recueil de quatre ouvrages de dialectique, imprimés entre 1538 et 1543 à Strasbourg, Mayence et Augsbourg (R.105.769,1-4), qui s’ouvre sur la Dialectica de Johannes Caesarius (Mayence, 1543). De ce parfait témoin de l’humanisme faisant converser auteurs antiques et humanistes, nous avons apprécié également la reliure d’origine, encore pourvue de ses fermoirs et couverte de peau de truie estampée à la roulette, les encadrements de titre, les annotations manuscrites du possesseur, ainsi que la rareté de chacun des quatre livres (éditions disponibles uniquement en Allemagne et en faible nombre, en outre l’une des impressions strasbourgeoises n’est pas mentionnée dans les catalogues des imprimés alsaciens du 16e siècle).

 

 

Recueil de quatre ouvrages portant sur la dialectique, 1538 à 1543 (R.105.769,1-4). À gauche, la fin du second livre, avec la marque de l’imprimeur strasbourgeois Jakob Frölich, attribuée à Hans Baldung Grien, et sa devise disposée autour d’un cygne : « Avant tout, notre amour de la muse et les douces muses, pour Jakob Frölich ». À droite, la page de titre du troisième livre, de Herrmann Schottenius.

Imprimés des 18e et 19e siècles : un fonds en cours d’accroissement

Le 18e siècle est représenté par le traité médical d’Arétée de Cappadoce (Arateaus), médecin grec du 2e siècle de notre ère réputé pour son sens aigu de l’observation clinique, dans une traduction latine par Giunio Paulo Crass. L’ouvrage fut imprimé à Strasbourg en 1768 sous le titre Aretaei Cappadocis medici insignis ac vetustissimi libri septem (R.105.768).

Trois élégants petits livres viennent compléter le fonds alsatique du 19e siècle qui, pour plusieurs raisons, est moins approfondi que les premiers siècles de l’imprimerie. Le premier est l’édition originale du manuel d’échecs d’Alfred de Montigny Les Stratagèmes des échecs ou collection des coups d’échecs les plus brillans [sic] et les plus curieux…, publiée à Paris et Strasbourg en 1801/1802 (R.105.764,1-2), ici dans une reliure plein veau au dos orné d’entrelacs dorés. Le deuxième volume présente 120 planches imprimées à l’or (pour les cases noires), où les pièces sont figurées par des lettres rouges (pour les blanches) ou noires. Ce classique connut plusieurs traductions et rééditions mais la première édition est rare.

Alfred de Montigny, Les stratagèmes des échecs…, 1801/1802 (R.105.764,1-2), planches imprimées à l’or. Djâmi, Medjnoun et Leila, 1807 (R.105.765), poème persan du 15e s.

Le second nous fait voyager en Orient par le poème Medjnoun et Leila de Djâmi, auteur persan du 15e siècle, dans la traduction d’Antoine-Léonard Chézy éditée par Treuttel et Wurtz en 1807 (2e édition) (R.105.765). Il reflète l’activité tournée vers la littérature internationale de cet éditeur-libraire actif à la fois à Strasbourg et Paris, en même temps que l’orientalisme en vogue dans la France du 19e siècle.

Troisième ouvrage du 19e siècle, le recueil de cantiques luthériens en allemand Sammlung geistlicher Lieder nebst einem Gebetbuch (environ 1835-1845) (R.105.766) ressemble à première vue à ceux que l’on produisit en grande nombre à Strasbourg. Mais à l’intérieur de son élégante reliure en plein maroquin rouge à long grain au décor à l’or, il comprend de touchantes marques personnelles : un canivet aux cœurs et rosaces découpés dans le papier, peint au nom de « Catharina Firn », un ex-libris en cuir au même nom daté de 1845 et une plume de paon parfaitement conservée.

Sammlung geistlicher Lieder, vers 1835-1845 (R.105.766) avec son canivet peint au nom de « Catharina Firn », présentant des cœurs et des rosaces aux couleurs vives découpées au canivet.

La plume de paon restée dans l’ouvrage.

Deux acquisitions subventionnées par le FRRAB Grand Est

La Bnu a bénéficié du soutien du FRRAB (Fonds régional de restauration et d’acquisition des bibliothèques) Grand Est pour deux acquisitions de grande valeur : un imprimé des 15e et 16e siècles et un ouvrage de photographie du 19e siècle. Le premier réunit, dans une même reliure prestigieuse, deux vies d’Alexandre le Grand en latin : celle de Gautier de Châtillon (12e siècle), imprimée à Strasbourg par Renatus Beck en 1513, avec un encadrement de titre remarquable attribué à Baldung Grien (ou Johann Wechtlin), et celle de Léon l’Archiprêtre (10e siècle), un incunable de 1490 publié sans doute à Grenoble (K.2.359,1-2).

Vies d’Alexandre le Grand par Gautier de Châtillon, 1513, et Léon le Diacre, 1490 (K.2.359,1-2).
À gauche, la reliure en veau fauve sur ais de bois, réalisée par un atelier lyonnais, présente, autour des armoiries du propriétaire, un décor « à froid » fait d’un quintuple encadrement de filets droits et courbes se terminant en fleurs de lis et d’une roulette.
À droite, le premier ouvrage (Gautier de Châtillon), avec son encadrement de titre attribué à Hans Baldung Grien : bois dit « en camaïeu » à l’encre rouge présentant des animaux enclos dans un jardin, une allusion probable au « Thiergarten » (jardin des animaux), nom de l’atelier de l’imprimeur Renatus Beck.

Le second ouvrage est l’album in-folio de l’archéologue et photographe originaire de Ribeauvillé Auguste Salzmann Jérusalem : étude et reproduction photographique des monuments de la Ville sainte, depuis l’époque judaïque jusqu’à nos jours, publié en 1856 (R.331). Cette édition rare, qui comprend quarante calotypes[1] originaux contrecollés sur carton, accompagnés d’un texte de l’auteur, a été acquise en vue de la récente exposition à la Bnu L’Orient inattendu : du Rhin à l’Indus.

Auguste Salzmann, Jérusalem : étude et reproduction photographique des monuments de la Ville sainte…, 1856 (R.331). Photographies « Jérusalem. Mosquée d’Omar, côté ouest » (à gauche) et « Jérusalem. Porte de Damas, vue extérieure » (à droite).

Ces deux acquisitions enrichissent de façon significative les fonds patrimoniaux de la Bnu, l’un pour les imprimés alsaciens anciens, cœur de sa collection, l’autre comme témoignage de l’apport des savants et artistes alsaciens au courant orientaliste. 

Imprimés du 20e siècle : bibliophilie, publications artistiques et littéraires

Le 20e siècle n’est pas en reste avec les ouvrages de bibliophilie, comme l’exemplaire de tête de Charme de l’Alsace de Pierre Schmitt, imprimé sur vélin pur fil de Rives et illustré par dix-neuf très belles pointes sèches de Charles Salomon (R.25.406). L’exemplaire de tête (n° 1/700) contient à la fois une « suite de gravures avec remarques[2] » non colorée, ajoutée en fin d’ouvrage (comme dans les 150 premiers exemplaires), un dessin original coloré à l’aquarelle en pleine page (présent uniquement dans les neuf premiers exemplaires) et, en exclusivité, trois croquis à l’aquarelle en demi-page, le tout dans une reliure de luxe en plein maroquin rouge.

La revue Le Point : revue artistique et littéraire (A.500.753), dirigée par l’écrivain originaire de Colmar Pierre Betz, a pu être complétée de plusieurs numéros qui manquaient à la Bnu. Parue de 1936 à 1962, reconnue aussi pour la qualité de ses illustrations et photographies (dont celles de Robert Doisneau), elle est signée par des écrivains célèbres tels que René Schickelé, Max Jacob, Jean Cocteau, Jean Renoir et bien d’autres.

Pierre Schmitt et Charles Samson, Charme de l’Alsace, 1956 (R.25.406).
Ce dessin coloré à l’aquarelle (cathédrale de Strasbourg) ne figure que dans les neuf premiers exemplaires.

Gauche – En fin d’ouvrage, la suite avec remarques (ici une vue de Saverne, avec un petit motif évoquant son château, ajouté sur la planche avant le nouveau tirage).
Milieu – Les trois croquis à l’aquarelle en demi-page (ici Hunawihr) sont propres à l’exemplaire de tête.
Droite – Une des dix-neuf pointes sèches colorées à la main (ici Wissembourg).

Terminons le premier volet de ce panorama de 2021 avec une nouvelle pièce venant compléter le fonds Jean Hans Arp (1886-1966), un des écrivains et artistes alsaciens du 20e siècle les plus reconnus et dont la Bnu collectionne activement la production : la plaquette bilingue Jalons = Wegweiser (R.25.405), publiée en Suisse en 1951, comprenant également des compositions au trait de l’auteur et de son épouse, l’artiste Sophie Taeuber-Arp.

Jean Arp et Sophie Taeuber-Arp, Jalons = Wegweiser, 1951 (R.25.405).

Ce tour d’horizon a permis de présenter la variété des livres et périodiques patrimoniaux acquis à titre payant en 2021, tous alsatiques par un aspect ou un autre. Choisis avec soin autant pour leurs contenus ou leur rareté qu’en raison de leurs qualités bibliophiliques, ils ont permis de développer également les alsatiques du 19siècle et le volet orientalisant de la Bnu. Un prochain article présentera les autres achats patrimoniaux de 2021 : manuscrits, varia, iconographie.

Notes

[1] Les calotypes sont des tirages photographiques originaux réalisés à partir de négatifs papier, un procédé breveté en 1841 en Angleterre. Ceux de Salzmann sont tirés par Blanquart-Évrard à Lille, premier atelier photographique en France à tirer des calotypes. Pour en savoir plus sur l’intérêt à la fois technique, artistique et scientifique de l’album de Salzmann, consulter la bibliographie proposée en fin d’article.

[2] En bibliophilie, la « suite » désigne le tirage spécial de l’ensemble des gravures d’un ouvrage, ajouté dans certains exemplaires de luxe en fin d’ouvrage, en général avec des différences (papier, couleur, état particulier des planches gravées, par exemple assorties d’une remarque). La « remarque » est un dessin complémentaire ou une annotation que l’artiste a ajouté dans un second état (ou un état ultérieur) de la planche, souvent dans la marge. Voir les images.

Pierre Schmitt et Charles Samson, Charme de l’Alsace, 1956 (R.25.406). La reliure en plein maroquin rouge signée Vaissière à Castres et son étui bordé.


Bibliographie

Sur Gautier de Châtillon / Léon le Diacre (K.2.359,1-2) :

Daniel Bornemann, « Une nouvelle acquisition aux multiples facettes », in Lieu de recherche, 15/06/2021, https://bnu.hypotheses.org/8306 (consulté le 09/02/2022).

Madeleine Zeller, « La vie d’Alexandre le Grand : un imprimé alsacien et un incunable réunis dans une même reliure à la Renaissance », in Revue de la Bnu, n° 24, automne 2021, p. 120-121.

Sur Auguste Salzmann, Jérusalem : étude et reproduction photographique (R.331) :

Christian Kempf, « Les premiers photographes alsaciens en Orient : Stribeck, Salzmann, Bartholdi, Braun », in Nourane Ben Azzouna, Claude Lorentz (dir.), L’Orient inattendu. Du Rhin à l’Indus. Catalogue de l’exposition tenue à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg du 18 septembre 2021 au 16 janvier 2022, Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, 2021, p. 85-89 et notices p. 102-103.

Claude Lorentz, « Un “incunable” de l’édition photographique », in Revue de la Bnu, n° 24, automne 2021, p. 122-125.

 

En savoir plus

Acquisitions patrimoniales à titre payant en 2021 : liste complète

Les acquisitions patrimoniales à titre payant en 2021 : diaporama d’une sélection

Autres acquisitions patrimoniales récentes (puis, en bas à droite, rubrique « Acquisitions patrimoniales »)

 

Crédits photographiques

Bnu (clichés Jean-Pierre Rosenkranz) pour la plupart des photos.

Madeleine Zeller pour les photos suivantes : R.105.766 pour la plume de paon, R.25.406 pour les trois photos verticales.



Citer ce billet
Madeleine Zeller (2022, 28 février). Les acquisitions patrimoniales de 2021 : une quarantaine de nouveaux trésors #1 Ouvrages imprimés. Lieu de recherche : le carnet de la Bnu. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m49h

Madeleine Zeller

Chargée de missions scientifiques Patrimoine et Alsatiques

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search